Travaux individuels

La session va bon train et je m'en tire plutôt bien. Je mène de front la préparation de mes cours, les lectures et les périodes d’étude. J'ai même commencé à lire en vue de réaliser le travail de session. En fait, je me sens même « en avance » parce que les heures de recherche à la bibliothèque portent fruit et j'accumule les références.

Dernièrement, pourtant, cet élan de documentation qui ne cesse de grandir m'apparaît soudainement comme une tactique d’évitement… Éviter de commencer à rédiger! Serais-je atteint d’une nouvelle forme du syndrome de la page blanche?   

Bon nombre d’étudiants vivent des difficultés à rédiger leurs travaux scolaires ou y parviennent avec très peu de méthode. Sachez qu’il existe des façons de faire pour encadrer le processus de rédaction et lui donner son élan.   

Quelques trucs pour y arriver

  • Avant de commencer, assurez-vous de bien comprendre les directives.
  • Consultez votre document facultaire concernant les normes de rédaction.
  • Faites un plan sommaire du travail comprenant les éléments que vous désirez couvrir. En définitive, il deviendra la table des matières.
  • Travaillez sur l’enchainement logique des idées en dégageant les idées principales et secondaires.
  • Écrivez l’introduction une fois le travail terminé afin d’avoir une idée claire des thèmes à introduire. 
  • Ne négligez pas l’importance de la conclusion et assurez-vous de lui réserver le temps nécessaire.
  • Idéalement, laissez reposer le texte quelques jours avant d’en faire la révision finale.

Pour en savoir plus

Inscrivez-vous à l'atelier Méthodes de travail intellectuel offert par le Service de psychologie et d'orientation au Campus principal de Sherbrooke seulement ou consultez les chroniques Soutien à l'apprentissage suivantes :

Lectures complémentaires

  • TREMBLAY, R. et PERRIER, Y. (2006). Savoir plus : Outils et méthodes de travail intellectuel. Éditions de la Chenelière.