Vie professionnelle

Le ressourcement professionnel

PAULINE LEBLANC Conseillère d'orientation

J'aime le printemps. Avec ses couleurs douces, sa lumière et toute sa vie. Cette énergie animant la nature qui m'entoure me rejoint même au travail. Vu de l'angle d'un étudiant, le printemps est synonyme de cours d'été, d'emploi, de retour au bercail, de voyage, de vacances. Tandis que les feuilles regarnissent les arbres, le printemps ramène de notre côté les feuilles volantes qui pleuvent dans nos cases postales, rappelant aux professionnels que vous serez et que je suis le retour de la saison des congrès, des colloques et des journées de perfectionnement.

À vos valises, prêts, partez!

En effet, en mai-juin, année après année, peu après le départ des étudiantes et étudiants, d'autres vies apparaissent sur le campus. Vous reconnaîtrez facilement ces gens qui fréquentent temporairement vos bancs d'école, porte-documents promotionnels sous le bras et cocardes au cou (étiquette «Bonjour, je m'appelle...»), circulant en groupes dans vos corridors et explorant vos tunnels, allant même jusqu'à dormir dans vos lits aux résidences. On entend l'écho de leurs rires, on les voit discutant sérieusement, parfois même dans une autre langue, échangeant de chaleureuses poignées de mains. Impossible de trouver une salle de réunion libre ici ou ailleurs ces jours-ci! Les professionnels, les professeurs, les gestionnaires se retrouvent pour des journées de formation, des séminaires, des congrès, des colloques, des journées de perfectionnement. Et croyez-moi que les occasions ne manquent pas.

Faire le vide pour faire le plein

Bien au-delà du plaisir de se retrouver, de revoir d'anciens collègues de classe eux-mêmes devenus professionnels, participer à ces journées de perfectionnement ou à des activités de formation continue, créditées ou non, apporte un gros plus essentiel dans la poursuite d'une carrière. Et ça motive quand on revient au travail la tête pleine d'idées nouvelles. On a hâte de les appliquer. Je rencontre parfois des étudiantes et étudiants qui se demandent comment faire pour rester motivés au travail pendant plusieurs années. Vous venez de comprendre l'un de nos secrets. Ma collègue Johanne compare ce besoin de mettre à jour nos connaissances, d'apprendre sur notre pratique et de revenir aux sources pour se renouveler au besoin vital de se nourrir.

Assister à des activités de ce genre implique d'accepter de se laisser déstabiliser par le contenu nouveau et différent, de se questionner et de prendre position face à toute cette matière nouvelle, de vivre une période de réorganisation une fois de retour au travail ainsi que de prendre le risque de faire certaines choses différemment. On parle alors de ressourcement professionnel, puisque ces rencontres deviennent tellement enrichissantes, comme l'engrais qu'on ajoute aux plantes au printemps. Tellement importantes ces activités, que certains ordres professionnels dont le nôtre demandent à chacun de ses membres de dresser la liste des activités auxquelles ils ont participé durant l'année au moment de renouveler leur cotisation. Tellement importantes que la loi oblige les employeurs à se réserver un certain montant d'argent destiné au perfectionnement pour leurs employés. Tellement importantes que chacun de nous, qui travaillons déjà tous beaucoup, accepte de tout mettre de côté, travail, famille et conjoint, pour s'absenter quelques jours du bureau au risque d'être bousculé au retour avec tout ce qui est resté en plan, en plus de revenir la tête bien pleine. Est-ce le printemps ou ces activités qui nous donnent du pep, un regain d'énergie dans le travail? Un peu des deux…

Si vous revenez sur le campus d'ici l'été et que vous croisez vos professeurs, responsables de programmes, directeurs ou autres professionnels, montrez-vous indulgents. Nous aurons peut-être le regard distrait, l'air songeur. Nous vous laisserons l'impression d'être différents… Usez de patience et de compréhension. Nous sommes occupés à grandir, comme les fleurs qui s'épanouissent au soleil du printemps! Et vous en profiterez à la récolte d'automne.

Le retour au travail

Psychologue invitée : Lucie Gauthier

D'un point de vue psychologique, que représentent les vacances pour la plupart des gens?

C'est d'abord et avant tout le relâchement des exigences. C'est une période au cours de laquelle nous disposons librement de notre temps, un moment où l'on s'accorde en général plus de privilèges qu'à l'accoutumée. Lorsqu'on imagine nos vacances, on espère généralement prendre notre temps, se donner les conditions (financières ou autres) de combler nos besoins ou de réaliser nos projets personnels. Les vacances, c'est en quelque sorte le "bonheur de la liberté" ou le "temps du rêve".

Pourquoi, pour certains, le retour au travail est-il difficile?

Au départ, bien des gens trouvent un peu exigeant de reprendre le travail. Nous avons tendance à comparer directement ce que l'on vient tout juste de vivre à travers nos vacances avec ce que l'on entrevoit du travail à venir. À cela peut s'ajouter aussi, une sorte de sentiment de deuil. Nos vacances annuelles sont maintenant écoulées et en plus, la période estivale s'achève. C'est pourquoi parfois, l'idée du retour au travail peut nous faire vivre un peu de nostalgie. Heureusement, pour la plupart, ces ressentis de perte sont de courte durée et font place rapidement à la perspective du nouveau, de quelque chose qui recommence. Ici à l'Université, nous sommes particulièrement choyés, avec une nouvelle année universitaire, des étudiants pleins de talents et de projets qui nous entourent et généralement de nouveaux défis à relever. Cette nouvelle optique contribue à nous centrer sur quelque chose de stimulant que l'on peut aussi apprécier.

Est-ce normal d'être angoissé devant la perspective du retour au travail?

Si quelqu'un est aux prises avec de l'angoisse à l'idée de reprendre le travail, c'est probablement qu'il anticipe un retour pénible et ardu, et qu'il n'est pas certain d'avoir les conditions nécessaires pour y faire face.

La plupart du temps, les gens connaissent bien la portée du problème avant même de débuter leurs vacances, mais ils espèrent beaucoup d'elles. Soit qu'elles vont leur procurer le ressourcement ou les solutions nécessaires; soit que grâce à la magie des vacances, l'amplitude du problème va se dissiper. Malheureusement, une fois les vacances passées, la situation problématique se fait de nouveau sentir et ils perçoivent dorénavant l'obligation de l'affronter. Dans ces situations, une des avenues les plus prometteuses est de prendre le temps de bien cerner le problème réel pour ensuite viser à trouver des stratégies concrètes de résolution. Le passage à l'action est un bon antidote à l'angoisse.

Comment faire pour vivre de manière harmonieuse la transition vacances-travail?

Au-delà des raisons financières, si l'on choisit de travailler, c'est que l'on a besoin d'accomplissement, de se réaliser au plan professionnel. Alors, une façon de reprendre contact avec cette dimension est de se demander qu'est-ce qui pourrait arriver au cours de l'année qui m'apporterait de la satisfaction? Qu'est-ce qui ferait en sorte que je serais heureux, satisfait de l'année à venir? Encore, on peut s'interroger sur les années précédentes. Quelle fut celle où j'ai été le plus emballé? Pour quelles raisons? À travers ces questions, je pourrai identifier les éléments qui correspondent à la réalisation de mes désirs et objectifs au plan professionnel. Ensuite, je dois transformer ces points de satisfaction en objectifs à atteindre.

On peut aussi approfondir son questionnement en s'interrogeant, à l'inverse, sur l'année de travail que l'on a trouvé la plus laborieuse ou la plus difficile. Pour quelles raisons? Ensuite, il y a lieu de garder ces éléments en tête afin de prévenir ou d'éviter le plus possible de se retrouver dans une situation semblable.

Faire le point par rapport à ses objectifs est une excellente façon de commencer une étape et de l'envisager avec intérêt. Plus je mise sur les éléments de réalisation professionnelle et de satisfaction, plus la perspective de l'année à venir me paraîtra stimulante, même si les prochaines vacances peuvent paraître loin!