Qu'est-ce qu'une situation de handicap?

La Loi assurant l’exercice des droits des personnes handicapées en vue de leur intégration scolaire, professionnelle et sociale (L.R.Q. E-20.1) définit une personne en situation de handicap comme «toute personne ayant une déficience entraînant une incapacité significative et persistante et qui est sujette à rencontrer des obstacles dans l’accomplissement d’activités courantes» (art. 1.1.).

Les personnes en situation de handicap présentent des limitations fonctionnelles permanentes de type sensoriel (auditif ou visuel), physique (moteur ou organique), neurocognitif (troubles d’apprentissage (TA)), trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH), troubles de santé mentale (TSM), ou encore des troubles du spectre de l’autisme (TSA), qui affectent de manière significative les activités quotidiennes.

Plusieurs déficiences sont reconnues par le ministère de l'Enseignement supérieur, de la recherche et des sciences (MESRS) afin de faciliter l'intégration universitaire.

Types de déficiences selon la clientèle dite « traditionnelle »

Déficience visuelle grave (DV)

On reconnaît une déficience visuelle grave lorsque l’acuité visuelle de chaque œil, après les corrections au moyen de lentilles ophtalmiques appropriées, à l’exception des systèmes optiques spéciaux et des additions supérieures à 4.00 dioptries, est d’au plus 6/21, ou bien lorsque le champ de vision de chaque œil est inférieur à 60 degrés, dans les méridiens 180 degrés et 90 degrés, et que dans l’un ou l’autre cas, la personne est inapte à lire, à écrire ou circuler dans un environnement non familier.

Déficience auditive (DA)

Il y a une déficience quand la capacité minimale est de 25 décibels. Lorsque l’oreille qui a la capacité auditive la plus grande est affectée d’une déficience auditive évaluée, selon la norme S3.6 de 1989 de l’American Standard Institute, à au moins 70 décibels, en conduction, en moyenne sur les fréquences hertziennes 500, 1000 ou 2000, on parle de déficience auditive grave.

Déficience motrice (DM)

Elle est reconnue lorsqu’elle entraîne des limitations significatives et persistantes pour la personne dans l’accomplissement de ses activités quotidiennes : malformation ou anomalie des systèmes squelettiques, musculaires ou neurologiques responsables de la motricité du corps.

Déficience organique (DO)

Elle est reconnue lorsqu’elle entraîne des limitations significatives et persistantes pour la personne dans l’accomplissement de ses activités quotidiennes : trouble ou anomalie des organes internes faisant partie des systèmes cardio-respiratoire, gastro-intestinal et endocrinien.

Trouble du langage et de la parole (TLP)

Les personnes ayant une déficience du langage et de la parole sont celles dont la déficience est conséquente à des troubles neurologiques (tels que l’aphasie, la dysphasie ou l’audimutité, la dysfonction cérébrale) entraînant des incapacités significatives et persistantes au niveau de la communication.

Source : AQICESH, 2013-2014

Types de déficiences selon la clientèle dite « émergente »

Troubles versus difficultés d'apprentissage

Les troubles d'apprentissage sont persistants et permanents. Ces troubles bousculent non seulement le rendement scolaire, mais ils peuvent parallèlement avoir des répercussions sur toutes les sphères de la vie. Alors que les difficultés d'apprentissage sont des obstacles à l'apprentissage qui sont temporaires et qui sont en lien avec ce que l’individu peut vivre (des difficultés économiques, de l’anxiété, un deuil…)

Troubles d’apprentissage (TA)

Le trouble d’apprentissage est un trouble permanent d’origine neurologique entrainant des limitations d’ordre cognitif à cause de difficultés au niveau de la lecture, de la concentration, de la mémoire, de l’écriture, du calcul, du raisonnement, de la communication, de l’attention et des comportements socioaffectifs.

Source : AQICESH, 2013-2014

Pour plus d'information sur le TA :

Dyslexie

C’est un trouble du langage écrit d’origine neurologique, sa cause est génétique et il s’agit d’un handicap permanent. Les difficultés se retrouvent en lecture. L’exactitude et la fluidité sont les aspects les plus touchés dans l’acte de lire.

Pour plus d'information sur la dyslexie :
www.dyslexiaassociation.ca

Dysorthographie

La dysorthographie est un trouble du langage écrit  d’origine neurologique, sa cause est génétique et il s’agit d’un handicap permanent. Ce trouble d’apprentissage à l'écriture se manifeste  par des difficultés de reconnaissance, compréhension et reproduction des symboles écrits. De ce fait, les difficultés se situent au plan de la précision ou de la vitesse d’exécution de l’écriture.

Dysphasie

C’est un trouble du langage d’origine neurologique qui est présent dès la petite enfance. La dysphasie affecte la compréhension ou l’expression d’un message verbal. Ce trouble peut avoir des répercussions dans plusieurs sphères de la vie de la personne. La dysphasie est un trouble d’apprentissage permanent. 

Pour plus d'information sur la dysphasie :

Dyspraxie 

La dyspraxie est un trouble de la coordination, de l’organisation et de l’exécution motrice, ce n’est pas un trouble musculaire. La dyspraxie est d’origine neurologique et permanente. Les individus qui sont aux prises avec ce trouble ont généralement de très bonnes capacités de compréhension et de raisonnement, et ce tant sur le plan verbal que non verbal.

Pour plus d'information sur la dyspraxie :

Trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH)

Le trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité est un problème neurologique qui entraîne des difficultés à inhiber (freiner) et à contrôler ses idées (inattention), les gestes (bougeotte physique) et les comportements (impulsivité).

Source : AQICESH, 2013-2014

Pour plus d'information sur le TDAH :

Troubles de santé mentale (TSM)

Les troubles de santé mentale sont ceux inventoriés dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, 5e édition (DSM-V) ou la Classification internationale des maladies (CIM-10).

Les troubles mentaux ne sont pas souvent perceptibles et ils n’ont pas toujours une répercussion sur les capacités d’apprentissage. Les personnes ayant une maladie mentale sont susceptibles de vivre un stress d’une manière différente des autres personnes. La différence est en rapport avec la durée et la sévérité des symptômes. L’anxiété peut s’exprimer par des comportements de retrait, de débit verbal constant, de plaintes, de pleurs, d’illusions ou de peurs extrêmes allant même jusqu’à la panique.

Parmi les troubles mentaux les plus fréquemment rencontrés chez les étudiants, sont le trouble bipolaire, la dépression, le trouble d’anxiété généralisée, le trouble obsessionnel-compulsif et la schizophrénie.

Pour plus d'information sur le TSM :

Troubles du spectre de l’autisme (TSA)

Les troubles du spectre de l’autisme sont des troubles neurologiques qui affectent principalement les relations sociales et la communication. Ces troubles se manifestent aussi par l’apparition de comportements atypiques (inhabituels) et le développement d’intérêts restreints chez l’adulte qui en est atteint.

Ils sont regroupés, dans le DSM-V, avec le trouble autistique, le syndrome d’Asperger et le trouble envahissant du développement non spécifié.

Source : AQICESH, 2013-2014

Pour plus d'information sur le TSA :