Admission au programme

L’Université veille à éliminer toute discrimination dans l’évaluation des demandes d’admission. Les conditions sont les mêmes pour l’ensemble des candidates et des candidats.

Les responsabilités des étudiants en situation de handicap sont tirées de la Directive relative à l’intégration des étudiantes et étudiants en situation de handicap (Université de Sherbrooke, mars 2014) 

Responsabilités des étudiantes et étudiants en situation de handicap

L’étudiante ou l’étudiant en situation de handicap qui souhaite faire une demande doit :

  1. Déclarer sa situation de handicap au Programme d’intégration et au responsable du programme d’études le plus rapidement possible suivant son admission ou le diagnostic de sa situation de handicap puisqu’un délai administratif est nécessaire à l’identification et à la mise en place des accommodements;
  2. Informer et fournir les informations nécessaires dont notamment un rapport d’évaluation d’une professionnelle ou d’un professionnel reconnu dans le domaine d’expertise. L’Université peut exiger une nouvelle évaluation lorsqu’elle juge que le rapport fourni n’est pas assez récent ou n’est pas suffisamment détaillé;
  3. S’assurer de remplir adéquatement les documents requis et les acheminer aux instances gouvernementales concernées et au Programme d’intégration;
  4. S’assurer du suivi de son dossier auprès des différentes instances.  

Les étudiants admissibles aux services du Programme d’intégration sont les citoyens canadiens et les résidents permanents. Si vous êtes dans une autre situation (programme d’échange, visa étudiant), vous devrez payer vous-même les ressources humaines et matérielles nécessaires pour pallier votre situation de handicap.

Responsabilités du Programme d'intégration

Le personnel du Programme d’intégration doit :

  1. Rencontrer l’étudiante ou l’étudiant afin de déterminer ses besoins;
  2. Prendre connaissance du rapport d’évaluation d’une professionnelle ou d’un professionnel reconnu dans le domaine d’expertise attestant la situation de handicap;
  3. Valider la conformité des documents à fournir aux instances gouvernementales et, s’il y a lieu, assurer le lien avec le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie (MESRST) afin d’obtenir le financement nécessaire pour mettre en place les services spécialisés;
  4. Présenter une recommandation d’accommodement à la faculté concernée;
  5. Agir à titre d’instance ressource pour les facultés et les soutenir dans la mise en place de mesures d’accommodement qui tiennent compte des contraintes facultaires;
  6. Assurer un rôle de veille pour suivre les tendances permettant ainsi une amélioration continue des services.