Kim Marineau

Valeur des écosystèmes et leur gestion

Coordonnées

Kim Marineau, consultante en écologie et botanique depuis 1999, est biologiste depuis 1988, et détient une maîtrise en Sciences de l’environnement (1992) de l’UQAM. Depuis 28 ans, elle a acquis une expérience diversifiée en écologie végétale, en botanique et en environnement en réalisant près de 200 études concernant les écosystèmes et la flore et réalisé des inventaires dans des territoires privés et publics partout au Québec.

Elle a également été responsable d’études d’impact sur l’environnement, de projets de conservation et d’aménagement intégrés dans des territoires d’intérêt écologique.

Ses avis d’expert sont demandés dans le cadre de litiges juridiques concernant la protection des milieux humides ou les écosystèmes naturels. Elle enseigne à la maîtrise en gestion de l’Environnement au CUFE de l’Université de Sherbrooke et est conférencière sur des sujets touchant la biodiversité et la gestion des milieux naturels et forme ses pairs sur les milieux humides. Elle a dirigé des essais universitaires et des rapports sur la connectivité notamment dans la région des Laurentides, à Bromont et Saint-Hyacinthe. Elle a aussi dirigé ou participé à des études d’impacts de projets industriels (miniers) et énergétiques (éoliens et pipelines).

Madame Marineau a fondé l’entreprise Biodiversité conseil inc. en 2013. Elle a été membre de quelques comités de consultation sur la biodiversité dont la Table d’harmonisation du parc national du Mont-Saint-Bruno et le comité d’experts de la Fondation Hydro-Québec en Environnement. Cette biologiste est mandatée par le MDDELCC comme inspectrice de la flore dans le cadre d’interventions visant à s’assurer que les dispositions de la Loi sur les espèces menacées ou vulnérables soient bien respectées. Entre 2010 et 2014, elle a été administratrice de l’Association des biologistes du Québec. Elle est aussi membre fondatrice et présidente d’Éco-corridors laurentiens, un organisme de conservation qui fait la promotion de la création d’aires protégées et d’éco-corridors.