Témoignages

Témoignage de Rocío Esquivel (Pérou)

En septembre 2008 je suis arrivée à Sherbrooke pour réaliser des études de doctorat en éducation. Je ne connaissais pas la ville de Sherbrooke, mais j’étais certaine de la qualité de l’enseignement offert à la Faculté d’éducation de l’Université, car au Centre de perfectionnement, d’expérimentation et des recherches pédagogiques du ministère de l’Éducation du Chili où je travaillais avant mon départ, nous avions reçu des stagiaires de la Faculté. À cette époque, je faisais partie de l'équipe nationale de formateurs d'enseignants chiliens et j'avais eu la chance de côtoyer ces stagiaires, ce qui m'avait permis de me faire une idée de la qualité de la formation offerte à la Faculté d’éducation de l’Université de Sherbrooke.

À cette époque, je ne maîtrisais pas totalement le français. J'avais obtenu la bourse du Président de la République du Chili, mais j’avais tout de même besoin de travailler (aucune bourse n’est suffisante pour faire vivre trois enfants). Ainsi, trois jours après mon arrivée à Sherbrooke, j'ai rencontré mon directeur de recherche pour lui présenter mes intérêts de recherche et pour solliciter un emploi! Je l’ai fait non seulement par nécessité, mais aussi parce que j’étais persuadée que ce serait enrichissant pour ma formation. J’ai alors obtenu un emploi d’assistante de recherche.

Certes, la première année a été très difficile, mais je m'en suis bien sortie. Évidemment, ma volonté et ma persévérance ont beaucoup contribué à mon adaptation, mais aussi le fait que toutes les conditions étaient mises à ma disposition. Peu après mon arrivée à la Faculté, j’ai obtenu une bourse institutionnelle, ce qui a contribué à me sentir appuyée dans ma démarche. J'ai été surprise par le nombre d'opportunités disponibles, lorsqu’on se donne la peine de bien s’informer! Je suis péruvienne de naissance et je ne suis pas habituée à ce qu’autant de possibilités me soient offertes. Dans mon pays, nous devons nous débrouiller pour les produire. Avec toutes mes limites, j'ai essayé de tirer le meilleur parti des occasions qui se sont présentées.

Au cours des années, j'ai reçu quelques prix et bourses. J'ai travaillé fort pendant deux ans pour enrichir mon curriculum vitæ et pour obtenir la Bourse d'excellence pour les étudiants étrangers, octroyée par le Gouvernement du Québec. J’ai toujours essayé de rester positive quant à mes chances d’obtenir cette bourse. Dix à quinze bourses pour tout le Québec, toutes spécialités confondues! Mon directeur de recherche m'a soutenue en tout temps dans mes démarches. Finalement, je l’ai obtenue, ce qui m'a motivée encore davantage à continuer.

Le parcours des études doctorales n'est pas facile. Il a été, et demeure, un cheminement empreint de défis et d’efforts constants, mais je suis motivée à le suivre. Tout est à ma disposition: un espace de travail, des équipements pour la recherche, des bourses, des concours, des subventions, mais aussi le soutien de mon mari et la présence de mes collègues du doctorat, autant d’éléments fondamentaux à la réussite de mes études.

J'ai produit quelques publications, organisé des colloques nationaux et internationaux. Je me suis également impliquée activement dans la vie étudiante. Je me sens soutenue et confiante face à l’avenir. Grâce à mon directeur de recherche, le professeur Yves Lenoir, et à mon codirecteur, le professeur Frédéric Saussez, j'ai toujours maintenu vivant mon intérêt pour mon projet de recherche et gardé alerte mon esprit scientifique. Mon expérience en tant qu’étudiante à l’Université de Sherbrooke est très enrichissante tant d’un point de vue personnel que professionnel. Sur le plan personnel, elle m’apprend à connaître mes forces, à développer ma résilience et à me surpasser. Sur le plan professionnel, j’apprends à développer mon esprit critique en recherche, à établir des liens entre recherche, pratique et formation dans le but d’intervenir dans le milieu de l’éducation. Je ne peux que me réjouir de cette opportunité qui m’est offerte et continuer d’offrir le meilleur de moi-même pour tirer profit au maximum de cette magnifique expérience.

Rocío Esquivel
Septembre 2014

Témoignage de Khoi Mai Huy (Luxembourg)

Je suis étudiant luxembourgeois d’origine vietnamienne et je suis arrivé à Sherbrooke en août 2009. Je suis étudiant au doctorat en éducation, plus spécifiquement en didactique des mathématiques. Vers la fin de mon Bachelor en sciences de l’éducation au Luxembourg en 2009, je voulais poursuivre mes études à la maîtrise. Je souhaitais alors m’inscrire dans une université francophone et également découvrir un pays différent du Luxembourg et à l’extérieur de l’Europe. Ainsi, j’ai consulté plusieurs chargés de cours et professeurs que je connaissais à l’Université du Luxembourg et qui ont réalisé leur maîtrise à l’Université de Sherbrooke. Ils étaient tous enthousiastes en me racontant leur expérience positive au Québec et ils ont souligné la qualité des cours, le professionnalisme et l’expertise des professeurs de même que la qualité de l’accompagnement des étudiants tout au long de leur cheminement dans leur programme. Ces expériences et commentaires positifs ont fait en sorte que mon choix s’est porté vers l’Université de Sherbrooke pour réaliser ma maîtrise.

De manière générale, j’aimerais souligner l’ambiance accueillante, détendue et stimulante que j’ai ressentie dès les premiers mois de ma formation à la maîtrise, malgré la charge importante de travaux dans les différents cours et les nombreuses adaptations qu’implique tout changement de pays.

J’apprécie particulièrement le soutien et la reconnaissance de la Faculté d’éducation, notamment les bourses d’excellence offertes pour les études en recherche. Ces bourses que j’ai reçues au début de la maîtrise et du doctorat représentent pour moi une source de motivation personnelle et un soutien financier suffisamment important pour bien réaliser mes études.

J’aimerais également souligner l’intérêt et l’implication des professeurs qui ont à cœur la qualité de nos travaux et de nos apprentissages. Ils sont en général disponibles et d’un abord facile, malgré leur agenda chargé.

Finalement, je souhaite mettre l’accent sur le professionnalisme des membres du personnel du secrétariat de la Faculté. Leur écoute et leurs réponses pertinentes contribuent à offrir aux étudiants, en particulier aux nouveaux arrivants, un climat propice au déroulement de leurs études.

Khoi Mai Huy
Novembre 2014