Nene Oumou Diallo

Spécialisation : Analyse d’impact, microéconométrie, modélisation, économie du développement
Projet : Évaluation de l’impact de la microfinance sur l’activité des petites et moyennes entreprises dans le milieu manquant de la distribution des entreprises : études de cas au Panama et en Ouganda
Admission : 2012

Coordonnées de Nene Oumou Diallo
Curriculum vitae

Résumé du projet

Dans le monde 2,5 milliards de personnes n’ont aucun accès aux services financiers (Banque Mondiale, 2013) alors même que ces derniers sont vitaux pour permettre l’émergence d’un secteur privé dynamique et générateur d’emploi. Dans les pays en développement, malgré la faiblesse du système bancaire, la microfinance traditionnelle peine à montrer des impacts significatifs en dépit du fort soutien des pouvoirs publics et des organismes internationaux. Il devient donc nécessaire de créer de nouveaux outils de financement destinés aux entreprises coincées entre la microfinance traditionnelle et les banques commerciales puisque ce sont celles qui détiennent le plus gros potentiel de croissance. De même, il faut développer des modèles d’évaluation d’impact innovants pour mesurer les résultats de ces nouveaux outils, d’où ce projet de recherche doctorale. Grâce aux collectes de données menées auprès d’un échantillon statistiquement représentatif des micros, petites et moyennes entreprises exclues à la fois de la microfinance traditionnelle et des banques commerciales, nous dressons un portrait de la clientèle cible du programme de microfinance à évaluer. Nous pouvons également quantifier l’effet de l’accès aux produits et services de microfinance sur l’activité entrepreneuriale des clients et leur qualité de vie ainsi que celle de leur famille. Pour ce faire, nous construisons des outils d’évaluation d’impact sur la base des règles d’éligibilité utilisées par l’institution de microfinance (IMF) pour octroyer ses prêts. Finalement, en répliquant la même méthodologie dans deux pays différents (Panama et Ouganda) sur le même type d’IMF, nous sommes à même d’isoler un éventuel effet spécifique lié au niveau de développement économique du pays, de son système financier, de sa composition sectorielle et des réalités du marché de l’emploi.

Mots-clés

Performance des firmes, microfinance, collecte de données, Panama, Ouganda

Direction

Pr Jonathan Goyette, Département d'économique