Biographies des conférenciers

Johanne Bouchard

Johanne Bouchard a obtenu un diplôme en études internationales à l’Université Laval (Québec, Canada) et un master en anthropologie sociale à l’Université de Fribourg. Elle a travaillé pendant quelques années dans divers pays comme enseignante de langue avant de suivre une formation spécialisée en droits économiques, sociaux et culturels. En 2007, elle a rejoint l’Observatoire de la diversité et des droits culturels, un programme de recherches de l’Institut interdisciplinaire d’éthique et des droits de l’homme de l’Université de Fribourg devenu organisation civile autonome en 2016. Au sein de l’Observatoire, elle collabore aux programmes de recherche et projets développés avec de nombreux partenaires.

De 2015 à 2019, Johanne Bouchard a travaillé pour le bureau du Haut-commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (Genève), assistant principalement le travail de la Rapporteuse spéciale dans le domaine des droits culturels et contribuant au travail du bureau sur ce thème.

Guillaume Cliche-Rivard

Fort d'un baccalauréat en relations internationales et droit international (UQAM, 2011) et d'une maitrise en développement international (Oxford Brookes University, 2013) où il a complété son mémoire de maitrise en Ouganda sur les enjeux légaux entourant le rapatriement forcé de milliers de réfugiés rwandais dans leur pays d'origine, Me Cliche-Rivard continue de s'intéresser au droit des réfugiés et complète son parcours académique avec un baccalauréat en droit (UQAM, 2014). Membre du Barreau du Québec, il pratique le droit de 2015 à 2019 chez Nguyen, Tutunjian & Cliche-Rivard - Avocats SENC, cabinet oeuvrant principalement en droit de l'immigration et de la protection des réfugiés. De 2014 à 2018, il a enseigné à titre de chargé de cours à la Faculté de science politique et de droit de l'UQAM, ainsi qu' à l'École des sciences de la gestion (UQAM). Depuis 2016, il est également membre du Conseil d'administration de l'Association québécoise des avocats et avocates en droit de l'immigration (AQAADI) pour laquelle il oeuvre à titre de président depuis juillet 2018. En avril 2019, il fonde Cliche-Rivard, Avocats inc. et continue d'exercer à ce jour en droit de l'immigration et de la protection des réfugiés.

François Crépeau

Le professeur titulaire François Crépeau, O.C., M.S.R.C., Ad. E., est titulaire de la Chaire Hans et Tamar Oppenheimer en droit international public, à la Faculté de droit de l'Université McGill, ainsi que Directeur du Centre pour les droits de la personne et le pluralisme juridique de McGill. Le professeur Crépeau été Rapporteur spécial des Nations Unies pour les droits de l’homme des migrants de 2011 à 2017. Il a publié plusieurs rapports thématiques sur la détention des migrants, la protection des droits des migrants aux frontières extérieures de l’Union européenne, le changement climatique et la migration, la gouvernance mondiale des migrations, les accords de commerce et la migration, les modes de recrutement des travailleurs migrants, et l’exploitation au travail des migrants. De 2014 à 2015, il a été président du Comité de coordination des procédures des droits de l’homme des Nations Unies. Le professeur Crépeau est Officier de l’Ordre du Canada (2017), membre de la Société royale du Canada (2012), boursier de la Fondation Pierre Elliott Trudeau (2008-2011). Il a reçu un Doctorat Honoris Causa de l’Université de Clermont-Auvergne (2018) et il est un Advocatus Emeritus de Barreau du Québec (2013).

Géraud de Lassus St-Geniès

Géraud de Lassus St-Geniès est chercheur postdoctoral du CRSH à la Faculté de droit de l'Université McGill et au Centre pour l'Innovation dans la Gouvernance Internationale (CIGI). Il est également chargé de cours à la Faculté de droit de l'Université Laval et chercheur associé à la Chaire de recherche du Canada en droit de l'environnement. Ses travaux portent principalement sur le droit des changements climatiques. Il s'intéresse également à la dimension culturelle du développement durable. 

Rémi Fuhrmann

Détenteur d'un baccalauréat en science politique (relations internationales) de l'UQAM , Rémi Fuhrmann poursuit présentement ses études de maîtrise en droit international au sein de la même université. Sous le direction d'Alexandre Lorite, son mémoire de maîtrise porte sur la protection des biens culturels en cas de conflits armés. Il a un intérêt particulier pour la région du Moyen-Orient, ayant entre autres écrit sur le sujet de l'efficacité du Tribunal spécial pour le Liban en tant que mécanisme de justice pénale internationale. Très impliquée au sein de son université d'attache autant en tant que membre de l'association étudiante des cycles supérieurs en droit  qu'en tant que participant à des activités de simulations telles que la SimOACI et le Concours Jean-Pictet , M. Furhamm souhaite développer son expertise en droit international humanitaire.  

Véronique Guèvremeont

Véronique Guèvremont est professeure à la Faculté de droit et à l’Institut québécois des hautes études internationales de l’Université Laval (Québec, Canada), et titulaire de la Chaire UNESCO sur la diversité des expressions culturelles. Diplômée de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, elle enseigne depuis 2006 le droit international de la culture et le droit international économique. De 2003 à 2005, elle a agi à titre d’experte associée à la division des politiques culturelles de l’UNESCO lors de la négociation de la Convention de 2005 sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles. En 2008, elle a cofondé avec le professeur Ivan Bernier le Réseau international des juristes pour la diversité des expressions culturelles (RIJDEC) et elle a, depuis, dirigé plusieurs études réalisées par des membres de ce réseau. Ses recherches et publications les plus récentes portent sur le traitement des biens et des services culturels dans les accords de commerce, la préservation de la diversité des expressions culturelles à l’ère numérique et la dimension culturelle du développement durable. Véronique Guèvremont fait partie de la Banque d’experts de l’UNESCO sur la Convention de 2005.

Fannie Lafontaine

Fannie Lafontaine est avocate, professeure titulaire à la Faculté de droit de l'Université Laval et titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la justice internationale pénale et les droits fondamentaux. Elle est membre régulier de l'Institut québécois des hautes études internationales et co-directrice du Centre de droit international et transnational de l’Université Laval. Elle est la fondatrice et co-directrice de la Clinique de droit international pénal et humanitaire, récipiendaire du prix « Hommage aux innovations sociales » de l’Université Laval. Avant de se joindre à l'Université Laval, elle a entre autres été conseillère et spécialiste en droits de l'homme au cabinet exécutif de la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme à Genève, adjointe au Président et spécialiste en droits de l'homme au sein de la Commission internationale d'enquête sur le Darfour, avocate au Centre de justice globale (Justiça Global) à Rio de Janeiro au Brésil, auxiliaire juridique auprès de Mme la juge Louise Arbour à la Cour suprême du Canada et avocate au cabinet McCarthy Tétrault à Montréal. Elle est diplômée de l’Université nationale d’Irlande Galway (Ph.D. 2011), avec honneurs de 1st class de l'Université de Cambridge (LL.M. 2004) et avec distinction de l'Université Laval (LL.B.1999). Elle est co-directrice de l’ouvrage collectif Doing Peace the Rights Way – Essays in International Law and Relations in Honour of Louise Arbour (Intersentia, 2019), auteure de l’ouvrage Prosecuting Genocide, Crimes Against Humanity and War Crimes in Canadian Courts (Toronto: Carswell, 2012), co-auteure de la publication annuelle Chartes des droits de la personne (Wilson & Lafleur) et auteure de nombreuses autres publications en droit canadien et international. Elle agit à titre d’experte et consultante dans des projets de coopération internationale et auprès d’organisations vouées à la protection des droits humains. En 2015, elle a été nommée par le gouvernement du Québec pour agir comme observatrice civile indépendante de l’enquête du Service de police de la ville de Montréal sur des allégations d’actes criminels commis par des policiers d’autres corps de police contre des membres des Premières Nations. Elle est membre notamment du Barreau du Québec, des conseils d’administration d’Avocats sans frontières Canada, du Conseil canadien pour le droit international, de la Société québécoise de droit international et du comité éditorial du Journal of International Criminal Justice.

Véronique Lamontagne

Avocate, conseillère au Bureau des relations internationales – Climat et migrations, Ville de Montréal

Véronique cumule une expertise en diplomatie municipale, migration, droits humains, gestion et renforcement des capacités.

À la Ville de Montréal depuis 2016, dans des fonctions de Directrice par intérim du Bureau d’intégration des nouveaux arrivants (BINAM) (novembre 2017 à mai 2018) et de responsable du dossier des migrations internationales et climat pour le Bureau des relations internationales de la Ville (2016 à aujourd’hui). Parmi ces réalisations, elle a initié une démarche de mobilisation des villes en lien avec le Pacte sur les migrations des Nations unies en proposant un mémoire, signé et soumis aux Nations unies par 136 villes de Metropolis et plusieurs villes américaines. Au BINAM, elle a réalisé le cadre stratégique d’inclusion et d’intégration des nouveaux arrivants de la Ville. 

Véronique cumule plus de vingt ans d'expérience en développement international dans le secteur de la gouvernance, de la justice et de droits humains.  À ce titre, elle a acquis une solide expertise en matière de planification stratégique, renforcement des capacités et de suivi et évaluation. Elle a réalisé des mandats dans plus de 15 pays pour le compte du gouvernement du Canada, des Nations unies, de la Francophonie, d’universités et d’ONG.

Elle a aussi siégé à titre juge administratif en détermination de statut de réfugiés à la Commission de l’immigration et du statut de réfugié du Canada (CISR) et a aussi pratiqué en droit de l’immigration.

Grâce à un cumul de fonctions, elle a acquis une solide compréhension de la réalité des migrants ainsi que des enjeux, des systèmes et des acteurs, tant locaux qu’internationaux, en matière de migration. Une expertise qu’elle met à profit en diplomatie municipale et dans le renforcement des capacités de villes.

Les enjeux de migration, d’inclusion et de développement international sont au cœur de son engagement professionnel.

Hélène Mayrand

La professeure Mayrand est titulaire d’un baccalauréat en droit de l’Université de Sherbrooke, d’une maîtrise en droit de l’Université Cambridge et d’un doctorat en droit de l’Université de Toronto. Elle a été auxiliaire juridique à la Cour d’appel fédérale. Elle est cofondatrice du Laboratoire pour la recherche critique en droit. Elle enseigne le droit de l’immigration et des réfugiés, l’interprétation juridique et les théories du droit international et des relations internationales. Les recherches de la professeure Mayrand sont principalement en droit de l’immigration et des réfugiés ainsi qu’en droit de l’environnement, tant international que national. Elle s’intéresse particulièrement à développer des approches critiques du droit.

Brusil Miranda Metou

Brusil Miranda METOU est Professeur agrégée de droit public, de nationalité camerounaise.

Sur le plan administratif, elle est actuellement vice- Recteur chargé de la Recherche, de la Coopération et des relations avec le monde des entreprises de l'Université de Dschang. Elle est spécialiste de droit international public, du droit du contentieux international et de l’arbitrage, du droit international des droits de l’homme et du droit des investissements internationaux. Ses publications se concentrent sur les questions relevant du droit contentieux international, des droits de l’homme, droit des investissements, droit humanitaire et des réfugiés, du droit d'exploitation des ressources naturelles, etc.

Dans le domaine de l’enseignement, en dehors des enseignements régulièrement dispensés dans les universités et grandes écoles du Cameroun, le professeur Metou est enseignante associée et/ou invitée dans plusieurs universités africaines et dans les Universités françaises.

Elle est membre de plusieurs sociétés savantes et des comités scientifiques des revues.  En outre, le professeur METOU contribue à l'amélioration de la gouvernance universitaire. Elle a ainsi développé une expertise dans le domaine de la gouvernance universitaire, plus précisément dans l'assurance qualité, après avoir participé à plusieurs séminaires de formation sur l’Assurance qualité dans l’enseignement supérieur. Elle est intervient désormais comme Expert en Assurance Qualité de l'Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) au CAMES et  l'UNESCO. 

Valère Ndior

Valère Ndior est professeur à l’Université de Bretagne Occidentale et Directeur adjoint du Lab-LEX (Laboratoire de recherche en droit). Il est également Président du Réseau francophone de droit nternational et membre du Conseil d’administration de la Branche française de l’International Law Association. Ses travaux portent sur le droit international public, le droit du numérique et les droits de l’homme. Il s’intéresse particulièrement à la place du droit dans la culture populaire. À ce titre, il a récemment publié, avec deux collègues, le livre « Relations internationales et fictions : Ou comment j'ai appris à aimer le droit des relations internationales en regardant la télévision ». Il est le créateur du blog « Le droit international expliqué à Raoul ».

Denise Otis

Denise Otis, membre du Barreau du Québec depuis 1982, est cheffe d’unité sur le terrain pour Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), au bureau de Montréal. Avant d’être employée par le HCR en mai 2004,  Me Otis s’est consacrée à la pratique privée principalement dans le domaine du droit des réfugiés. Elle est appelée à soutenir la Représentation du HCR à Ottawa à l’égard du droit, des politiques et des pratiques canadiennes qui affectent les demandeurs d’asile et les réfugiés. Elle représente aussi le HCR dans ses partenariats avec les autorités gouvernementales provinciales, municipales et la société civile du Québec.  Elle est partie à deux reprises en mission humanitaire d’urgence avec le HCR, soit au Sri Lanka et en Égypte.

Elisabeth Patterson

Me Patterson est avocate et associée chez Dionne Schulze s.e.n.c. et pratique principalement en droit autochtone et commercial. Elle représente des entités autochtones (gouvernements, entreprises et organisations à but non lucratif).

Me Patterson conseille les clients en matière de gouvernance, d’obligation de consulter les autochtones, de processus d’octroi d’autorisations environnementales et aussi relativement à la protection de la culture autochtone et des renseignements personnels. Elle rédige et négocie aussi divers types de contrats commerciaux.

Elisabeth est impliquée dans des projets de formation et de réforme juridique en Amérique latine, notamment avec Avocats sans frontières Canada, et a travaillé sur un dossier devant la Commission interaméricaine des droits de l’homme. Elle travaille en français, anglais et espagnol.

Michèle Rioux

Michèle Rioux est professeure au département de science politique à l’Université du Québec à Montréal depuis juin 2006. Directrice du Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) depuis octobre 2011, elle a précédemment été directrice de la recherche du CEIM. Elle a été professeure invité Erasmus Mundus, MAPP consortium, à l’Institut d’études internationales de Barcelone de janvier à juin 2013 (www.ibei.org). Spécialiste de l’économie politique internationale, ses recherches portent sur les organisations internationales et la gouvernance globale, les firmes transnationales, la concurrence, la société de l’information et le secteur des télécommunications, l’intégration économique et le régionalisme. Elle fait partie de l’équipe de recherche FRQSC dirigée par Christian Deblock (accords commerciaux).

Sophie Rondeau

Sophie Rondeau est diplômée de la Faculté de droit de l'Université de Montréal, titulaire d'une maitrise en droit international de l'Université du Québec à Montréal (UQAM), membre du Barreau du Québec et actuellement candidate au doctorat aux facultés de droit de l'Université de Genève et de l’Université Laval. Sa thèse porte sur les spécificités du droit international humanitaire en matière de sources.

À travers les années, Me Rondeau a travaillé dans le domaine de la justice internationale, des droits de la personne et du droit international humanitaire dans les institutions telles que le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie, Droits et Démocratie, la Croix-Rouge canadienne et le Concours Jean-Pictet. Elle est aussi chargée de cours à la faculté de droit de l’Université d’Ottawa et à la maitrise en droit international et politique international appliqués à l’Université de Sherbrooke.

Catherine Savard

Catherine Savard est étudiante à la maîtrise en droit à l'Université Laval sous la supervision de la professeure Fannie Lafontaine. Elle est aussi assistante coordonnatrice du Partenariat canadien pour la justice internationale et membre de la Chaire de recherche du Canada sur la justice internationale pénale et les droits fondamentaux. Elle collabore avec la Clinique de droit international pénal et humanitaire depuis 2017 et a représenté l'Université Laval lors de l'édition 2018 du concours Jean-Pictet. Ses champs d’intérêt sont le droit international pénal et humanitaire ainsi que les droits humains, et son mémoire porte sur le génocide culturel en droit international pénal.

Bérangère Taxil

Bérangère Taxil est professeure de droit international à l’Université d’Angers, où elle dirige avec Alina Miron un Master en droit international et européen. Elle pilote un projet de recherches pluridisciplinaires (2017-2020) sur l’accueil des réfugiés en Europe, intitulé ARRECO. Entre 2015 et 2018, elle fut également juge-assesseure nommée par le HCR à la Cour nationale du droit d’asile.

Guy-Philippe Wells

Artiste et économiste, Guy-Philippe Wells est professeur enseignant au département de science politique de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et chercheur au Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM).

Détenteur d’un baccalauréat en science économique de l’Université de Montréal et d’une maîtrise en science politique de l’UQAM, il poursuit des études doctorales de ce dernier établissement. Il a d’abord été recherchiste pour le Bloc québécois au Parlement canadien pour ensuite devenir conseiller du premier ministre du Québec, M. Lucien Bouchard (1993-1998).

Il s’est ensuite tourné vers la musique en offrant deux albums de ses compositions : Futur antérieur (2005) et Brise-glace (2009). Boursier du Conseil des arts et des lettres du Québec à cinq reprises, finaliste au Festival de Petite-Vallée (2003) et sélectionné pour le Grand prix de la relève Archambault (2006), il a donné plus d’une centaine de représentations de son spectacle dans la francophonie.

Ses intérêts de recherche portent sur l'économie politique des relations internationales, le régionalisme et l'intégration économique et les effets de la mondialisation et d'internet sur la culture. Il rédige depuis 2014 la Chronique commerciale américaine du CEIM.