Le premier programme de médecine francophone de l'histoire de l'Acadie

À Moncton, le projet de programme délocalisé de l'Université de Sherbrooke s'était trouvé en compétition avec le projet d'une faculté de médecine bilingue à l'Université de Moncton. Malgré quelques résistances, c'est le projet d'un programme délocalisé qui a été mis en place. Il a fait consensus dans la communauté francophone et a reçu de nombreux appuis. Le Pr Michel H. Landry, doyen associé du campus de Moncton depuis 2014, sait mieux que quiconque à quel point le programme était important. Diplômé du doctorat de médecine de l'UdeS en 1985 et du programme de résidence en médecine de famille de Sherbrooke en 1987, il n'a pas hésité à apporter sa contribution au développement du programme. « En acquérant toute leur formation ici, à Moncton, nos étudiantes et étudiants sont plus enclins à pratiquer leur profession au Nouveau-Brunswick, souligne le médecin de famille. De plus, ils connaissent mieux les enjeux liés aux soins de santé dans notre province et peuvent ainsi mieux les relever. » Chaque site a ses particularités. « Nous travaillons pour répondre aux besoins de nos étudiants, mentionne le Pr Landry. Nous enseignons le même programme qu'à Sherbrooke, mais avec une couleur locale pour répondre spécifiquement aux attentes des étudiants et étudiantes. On est créatifs. » Les défis pour l'avenir sont grands. L'équipe de Moncton travaille à développer une offre de formation en spécialités au-delà de celle en médecine de famille, à accroître les activités de simulation clinique et à augmenter sa capacité de recherche dans des domaines liés aux sciences de la vie.

Saviez-vous que depuis la création en 2006, 70 finissantes et finissants de Moncton ont poursuivis en médecine de famille et 63 autres ont poursuivi dans les autres spécialités?

Reportages sur les 10 ans du CFMNB

Reportages produits par Radio-Canada afin de souligner les 10 ans du Centre de formation médicale du Nouveau-Brunswick (CFMNB)