Louis Mercier

Louis Mercier

Professeur associé

Coordonnées

Lexicographie; variation linguistique; histoire du français québécois; phonétique; description prédictionnairique du français québécois; nomenclature des faune et flore indigènes.

Formation

  • B.A. (études françaises) U. Laval
  • M.A. (linguistique) U. Laval
  • Ph.D. (linguistique) U. Laval/Paris III

Domaines d'enseignement

  • Histoire et variation du français
  • Français québécois
  • Lexicographie, métalexicographie

Recherches en cours

  • Directeur du Centre d'analyse et de traitement informatique du français québécois
  • Dictionnaire du français québécois
  • Description du vocabulaire de la faune et de la flore
  • Histoire de la lexicographie québécoise
  • Chroniques québécoises de langage et imaginaire linguistique

Publications

Principales contributions

  • Contribution à la description synchronique du français québécois
    Collaboration depuis 2002 au projet de dictionnaire électronique du français en usage au Québec, développé à l’Université de Sherbrooke  (projet FRANQUS/CATIFQ) : formation et encadrement des rédacteurs; supervision du volet Faune/flore. Rédaction et révision de plusieurs centaines d’articles relatifs au vocabulaire de la faune et de la flore, qui, une fois publiés (2009), constitueront une contribution importante à l’avancement de la lexicographie francophone dans ce domaine particulier du lexique français (notamment en ce qui a trait à la mise en perspective des usages québécois et hexagonaux, à la prise en compte du contexte nord-américain, à la mise en relation des emplois génériques et spécifiques, et au traitement des lexies complexes).
  • Contribution à la description historique du français québécois
    Poirier, Claude, et Louis Mercier (dir.), 1986, Index lexicologique québécois (ILQ), réalisé dans le cadre des activités du Trésor de la langue française au Québec. — Il s’agit d’un index qui répertorie tous les mots du français québécois ayant déjà fait l’objet d’un relevé, d’un commentaire ou d’une étude dans les sources du corpus métalinguistique québécois (milieu du XVIIIe siècle – début des années 1980). Depuis mai 1995, l’ILQ a été implanté sur le réseau informatique de l’Université Laval et rendu accessible sur le réseau Internet (www.tlfq.ulaval.ca/ilq). L’ILQ, qui regroupe près d’un demi-million de renvois, constitue une référence de base pour tous ceux qui, dans une perspective historique, s’intéressent au lexique québécois ainsi qu’au discours qui s’y rapporte. — De 1992 à 1994 (à titre de rédacteur principal à partir de 1993), participation à la réalisation du Dictionnaire historique du français québécois (sous la dir. de Cl. Poirier, 1998, PUL) qui constitue une autre référence importante pour tous les chercheurs qui s’intéressent à l’histoire et à la description du français québécois.
  • La Société du parler français au Canada et la mise en valeur du patrimoine linguistique québécois (1902-1930). Histoire de son enquête et genèse de son glossaire, Québec, Les Presses de l’Université Laval (« Langue française en Amérique du Nord »), 2002, xii-507 p. — Première monographie consacrée à cette société savante qui, pendant la première moitié du XXe siècle, a joué un rôle déterminant dans le développement des études sur le français en usage au Canada; première étude métalexicographique du glossaire qui a le plus contribué à la construction de l’image traditionnelle de cette variété de français. — [C.R. : G. Saint-Yves, Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 56, no 3 (2003), p. 415-417 :; J.-P. Chauveau, Revue de linguistique romane, 2005, p. 271-274.]
  • Base textuelle ChroQué (chroniques de langage diffusées au Québec) du laboratoire interuniversitaire LexiQué, réalisée en collaboration avec Claude Verreault (Université Laval) et Thomas Lavoie (UQAC) et Wim Remysen (Laval et Sherbrooke), grâce à l’appui financier du Secrétariat à la politique linguistique (v. Gagné, Verreault et Mercier 2004). — Cette base, consultable sur le Web (www.lexique.ulaval.ca) favorise la diffusion, la consultation et l’exploitation à des fins de recherche de textes qui ont joué un rôle déterminant dans la construction de l’imaginaire linguistique des Québécois ainsi que dans leur rapport à la norme. Point de départ du projet « Chroniques de langage, représentations sociales de la langue et construction de l’imaginaire linguistique » (CRSH 2004-2007).
  • Français du Canada – français de France. Actes du 6e Colloque international d’Orford (Québec), Tübingen, Max Niemeyer Verlag, 2004, iv-365 p. [Avec la collaboration d’Hélène Cajolet-Laganière.] — Organisation d’un colloque international qui a réuni dans la région de Sherbrooke une trentaine de conférenciers d’origines diverses (française, québécoise, acadienne, ontarienne, manitobaine et allemande) qui travaillent à la description de la variation du français. Le tiers des communications ont porté sur l’exploitation de banques de données textuelles et géolinguistiques, dont la base ChroQué.

Publications, communications récentes (depuis 2000)

  • « Le traitement des noms d’espèces naturelles dans un dictionnaire québécois ouvert à la variation topolectale et à la différence de contextes référentiels », dans M. Heinz (éd.),Le dictionnaire maître de langue. Lexicographie et didactique, Actes des « Deuxièmes journées allemandes des dictionnaires » (Klingenberg am Main, Allemagne, juillet 2006), Berlin, Frank & Timme (« Metalexikographie »), 24 p. [À paraître à l’automne 2009.]
  • « Mise en relation des particularismes québécois et hexagonaux dans les dictionnaires usuels du français : vocabulaire politique et limites du marquage topolectal », dans Fabienne Leroy et autres, La marque lexicographique. Quel avenir ? Actes du colloque tenu à Nicosie (Chypre) (21-23 octobre 2006), 14 p. [Co auteurs : Mireille Elchacar et Louis Mercier] [À paraître en 2009.]
  • « Travailler depuis le Québec à l’émancipation de la lexicographie du français », dans Claudine Bavoux (dir.), Le français des dictionnaires. L’autre versant de la lexicographie française, De Boeck éditeur, 2008, p. 289-306.
  • « À la découverte des particularismes canadiens et de leur origine : la lexicographie québécoise à l’époque des glossaires (1880-1930) », dans Monique Cormier et Jean-Claude Boulanger (éd.), Les dictionnaires de la langue française. De la Nouvelle-France au Québec contemporain, Les Presses de l'Université de Montréal, 2008, p. 63-97.
  • « Dictionnaires usuels du français et Banque de données textuelles de Sherbrooke (BDTS) : convergence et divergence des nomenclatures », dans Français du Canada – français de France VII. Actes du septième colloque international de Lyon, du 16-18 juin 2003, édité par Brigitte Horiot, en collaboration avec Chiara Bignamini-Verhoeven, Tübingen, Max Niemeyer Verlag (« Canadiana Romanica, 22 »), p. 9-23. [Coauteurs : H. Cajolet-L., G. Labrecque, P. Martel, L. Mercier et M. Théoret].
  • « Des différences à décrire, un parler à revaloriser », dans Michel Plourde et Pierre Georgeault (dir.), Le français au Québec : 400 ans d’histoire et de vie, (nouvelle édition), Montréal, Fides, 2008, p. 265-272.
  • « Définition des noms de plantes herbacées dans le Petit Robert : les segments locatifs », dans Pierre Larrivée (éd.), Variation et stabilité en français, des notions aux opérations. Hommage à Jean-Marcel Léard par ses collègues et amis, Paris– Louvain, Peeters, (« Bibliothèque de l’Information grammaticale ; 61 »), 2007, p. 201-216. [Co-auteurs : Louis Mercier et Ginette Thiffault.]
  • « L’œuvre lexicographique de la Société du parler français au Canada », dans Claude Verreault, Louis Mercier et Thomas Lavoie (éd.),La Société du parler français au Canada cent ans après sa fondation : mise en valeur d’un patrimoine culturel. Actes du colloque organisé par le Laboratoire de lexicologie et lexicographie québécoise (Université Laval, Université de Sherbrooke, Université du Québec à Chicoutimi) et tenu au musée de la civilisation (Québec) le 25 octobre 2002, Québec, Les Presses de l’Université Laval (« Langue française en Amérique du Nord »), 2006, p. 85-144.
  • « Problèmes de décodage des exemples servant à illustrer les noms d’espèces naturelles dans les dictionnaires usuels du français », dans L’exemple lexicographique dans les dictionnaires français contemporains. Actes des « Premières Journées allemandes des dictionnaires » (Klingenberg am Main, Allemagne, 25-27 juin 2004), édités par Michaela Heinz, Tubingen, Niemeyer, (« Lexicographica »), 2005, p. 65-79.
  • « Le dialogue entre les données linguistiques et les données encyclopédiques dans le DRF, le DHFQ et le DSR », dans A. Thibault et M. Glessgen (éds), La lexicographie différentielle du français et le Dictionnaire des régionalismes de France : actes du Colloque en l’honneur de Pierre Rézeau pour son soixante-cinquième anniversaire, Strasbourg, Université Marc Bloch, 20-22 juin 2003, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2005, p. 209-231.
  • Français du Canada – français de France. Actes du sixième Colloque international d’Orford (Québec), Tübingen, Max Niemeyer Verlag (« Canadiana Romanica »), 2004, iv-365 p. [à titre d’éditeur, avec la collaboration d'Hélène Cajolet-Laganière.]
  • « La base de données textuelles ChroQué : un nouvel outil pour élargir la description du français en usage au Québec », dans Louis Mercier (éd.), avec la collaboration d’Hélène Cajolet-Laganière, Français du Canada–français de France. Actes du sixième Colloque international d’Orford (Québec), Tübingen, Max Niemeyer Verlag (« Canadiana Romanica »), 2004, p. 247-262. [Co-auteurs : Frédérick Gagné, Claude Verreault et Louis Mercier.]
  • « Nomenclature d’un prochain dictionnaire du français standard en usage au Québec : problématique et bilan des travaux », dans Pierre Bouchard et Robert Vézina (éds). La variation dans la langue standard. Actes du colloque tenu à l’Université Laval dans le cadre du 70e Congrès de l’ACFAS (mai 2002), Québec, Office québécois de la langue française, p. 121-140. [Co-auteurs : H. Cajolet, P. Martel, J.-Cl. Boulanger., Louis Mercier et M. Théoret.]
  • « Opposer français “standard” et français québécois pour mieux se comprendre entre francophones ? Le cas du Dictionnaire québécois français », Le Français moderne, Paris, 2002, tome 70, no 1, p. 87-108. [Co-auteurs : Louis Mercier et Claude Verreault.]
  • La Sociétédu parler français au Canada et la mise en valeur du patrimoine linguistique québécois (1902-1930). Histoire de son enquête et genèse de son glossaire, Québec, Les Presses de l’Université Laval (« Langue française en Amérique du Nord »), 2002, xii-507 p.
  • Le français, une langue à apprivoiser. Textes des conférences prononcées au Musée de la civilisation (Québec, 2000-2001) dans le cadre de l’exposition « Une grande langue : le français dans tous ses états », Québec, Les Presses de l’Université Laval (« Langue française en Amérique du Nord »), 2002, 111 p. [Co-éditeurs : Claude Verreault, Louis Mercier et Thomas Lavoie.]
  • « Le français, une langue qui varie selon les contextes », dans Claude Verreault, Louis Mercier et Thomas Lavoie (éd.), Le français : une langue à apprivoiser, Québec, Les Presses de l’Université Laval (« Langue française en Amérique du Nord »), 2002, p. 41-60.
  • « Des différences à décrire, un parler à revaloriser : du premier glossaire (Dunn, 1880) au premier dictionnaire (Bélisle, 1957) » (chap. 2b), dans Conseil de la langue française, Le français au Québec, 400 ans d’histoire et de vie, Publications officielles du Québec – Éditions FIDES, 2000, p. 206-209.
  • « Quand les dictionnaires se mettent au service de la science », dans Annick Englebert, Michel Pierrard, Laurence Rosier et Dan Van Raemdonck (éd.), Actes du XXIIe Congrès international de linguistique et de philologie romanes, (Bruxelles, 23-29 juillet 1998), Tübingen, Max Niemeyer Verlag, tome IV (Des mots aux dictionnaires), 2000, p. 1340-1365.
  • « La difficile cohabitation des points de vue européen et nord-américain dans les dictionnaires usuels du français : le cas du vocabulaire ornithologique », dans Marie-Rose Simoni-Aurembou (éd.), Français du Canada-français de France. Actes du cinquième Colloque international de Bellême, du 3 au 7 juin 1997, Tübingen, Max Niemeyer Verlag (« Canadiana Romanica, 13 »), 2000, p. 291-305.