Papier de bureau

Conformément à sa Politique de développement durable, l’Université offre un service complet de collecte du papier de bureau permettant de maximiser la mise en valeur de cette ressource en toute confidentialité. Trois types de collecte assurent une gestion optimale du papier de bureau :

Papier de bureau d’usage courant

Le papier de bureau d'usage courant est le papier utilisé tous les jours et qui ne contient pas de renseignements pour lesquels une certaine discrétion est nécessaire : notes diverses, comptes rendus, listes, aide-mémoire, notes de cours, etc.Ce papier est ramassé par le personnel d'entretien ménager directement sur les lieux de travail ou dans les îlots de récupération et transporté aux centres de gestion des matières résiduelles. Aux centres, le papier de bureau est placé dans un compacteur (Campus principal), des conteneurs (Campus de la santé) ou dans un local à accès restreint (Campus de Longueuil), ce qui permet de maintenir un niveau de sécurité adéquat pour ce type de papier lors de la manutention et de l'entreposage. Depuis l'automne, le ramassage de ce papier s'effectue avec des bacs bleus, ce qui permet d'économiser plus de 20 000 sacs de plastique par année. De plus, la collecte dans les bureaux est maintenant faite sur une base mensuelle.

Voir le schéma du cycle du papier de bureau d'usage courant (PDF)

Documents nécessitant une manutention sécuritaire

Sans devoir être traités comme du papier confidentiel, certains papiers nécessitent des précautions : examens, listes d’étudiantes et d’étudiants, dossiers de stages, etc.

Les facultés et services qui ont à gérer ce type de papier sont invités à maintenir leur procédure actuelle en déposant ce papier dans des boîtes puis en faisant une demande de collecte au Service des immeubles via Maximo.

Cette procédure permet d’ajouter la sécurité requise pour ce type de document lors de la manutention.

Voir le schéma du cycle du papier nécessitant une manutention sécuritaire (PDF)

Gestion du papier de bureau confidentiel

Seules quelques catégories de papier exigent un traitement confidentiel :

  • tout document contenant un renseignement sur une personne et dont la prise de connaissance du renseignement par une autre personne pourrait être préjudiciable. C’est le cas par exemple de papier contenant le nom d’un employé avec de l’information salariale ou relative à son dossier de santé, nom d’un étudiant associé à une demande d’aide financière ou à un dossier disciplinaire, etc.
  • tout document contenant un renseignement industriel, financier, scientifique, commercial, technique ou syndical et dont la divulgation risquerait notamment de causer une perte à l’Université ou à un tiers, ou encore de procurer un avantage appréciable à une personne physique, à un autre organisme ou à une entreprise. C’est le cas notamment des contrats de recherche, analyses de besoins précédant un appel d’offres, etc.

Le papier de bureau confidentiel peut continuer à être déchiqueté dans des déchiqueteuses de bureau et ensuite traité comme du papier d’usage courant. Par ailleurs, des bacs bleus identifiés «PAPIER CONFIDENTIEL» sont placés dans les facultés et dans les services produisant une quantité importante de papier confidentiel. Ces bacs sont cadenassés et dotés d’une fente pour insérer uniquement le papier confidentiel.

Liste des endroits où sont placés les bacs pour papier confidentiel (Sherbrooke et Longueuil).

Des bacs sont également disponibles afin de répondre à des demandes ponctuelles. La demande de livraison d’un bac s’effectue au moyen d’une demande de travail MAXIMO transmise au moins cinq jours ouvrables à l’avance.

Lorsque les bacs sont remplis, une demande de travail MAXIMO doit être transmise au Service des immeubles pour leur ramassage. Les bacs seront transportés vers un entrepôt sécurisé puis  acheminés ensuite vers l’Atelier Poly-Teck, une entreprise sherbrookoise de réinsertion sociale qui se chargera du déchiquetage.

Ce processus est hautement sécuritaire et offre toutes les garanties requises. Toutefois, comme le coût de traitement du papier confidentiel est nettement plus élevé, il est important de limiter l’utilisation de ces bacs au papier strictement confidentiel.

Voir le schéma du cycle du papier de bureau confidentiel (PDF).

Qualité de la matière

Les procédures de traitement du papier permettent à l’Université d’obtenir un très haut niveau de sécurité pour son papier de bureau et de mieux valoriser cette ressource. Comme aucun tri supplémentaire n'est réalisé en aval, la collaboration de l’ensemble de la communauté universitaire est indispensable pour assurer une excellente qualité de la matière récupérée et éviter la présence de cartables, reliures, CD et autres contaminants dans les bacs.

Le tableau ci-dessous liste les types de fibres acceptées dans la collecte du papier d'usage courant ainsi que celles qu'il faut placer ailleurs.

Matières acceptéesMatières refusées
Papier finCarton ciré, ondulé ou de pâte (voie du carton)
Papier glacéPapier ou carton souillé (voie du compost)
Papier kraft (sac brun)Mouchoir de papier (voie du compost)
EnveloppesPapier essuie-tout (voie du compost)
Carton légerPapier carbone (voie des déchets)
Document dans un emballage de plastique (voie des déchets)

Voir les consignes pour la récupération des matières résiduelles autres que le papier.