Stratégie énergétique Horizon 2020: vers la neutralité en carbone

Engagée dans la réduction de ses émissions de GES et pour la maîtrise de l'énergie, l’UdeS se dote d’une ambitieuse stratégie énergétique. Cette stratégie est directement liée au consensus international établi lors de la Conférence de Paris sur le climat en 2015 qui fixe l'objectif de limiter le réchauffement climatique «nettement en dessous de 2°C» et de poursuivre les actions «pour limiter l'élévation des températures à 1,5°C». En cohérence avec ce consensus, les cibles retenues par le gouvernement du Québec prévoient une réduction des émissions de GES de 20% en 2020, 37,5 % en 2030 et de 80 à 95 % en 2050, par rapport au niveau de 1990.

La Stratégie énergétique Horizon 2020 prend en compte les émissions directes associées aux sources fixes (bâtiments) de l’Université. Elle couvre la consommation énergétique des bâtiments des trois campus de l’Université.

Une trentaine d'actions organisées autour de 4 objectifs 

Cette stratégie permet à l’Université d’intensifier et d’intégrer ses actions dans ce domaine. Elle contribue à transformer les campus de l’Université en véritables laboratoires énergétiques en favorisant le maillage entre les activités de gestion et la vaste expertise de recherche de ses chercheurs dans le domaine des changements climatiques ou de l'énergie. Plus concrètement elle poursuit 4 objectifs: 

  1. Réduire les émissions de GES issues de la consommation de carburants fossiles pour les équipements fixes de l’Université de 50 % en 2020-2021 et atteindre la neutralité en carbone dès 2030.
  2. Réduire l’intensité énergétique à 1,00 GJ/m2 d’ici à 2020.
  3. Maintenir la position de l’Université de Sherbrooke comme chef de file dans le domaine de l’efficacité énergétique, des énergies propres et de la lutte aux changements climatiques.
  4. Promouvoir auprès de la communauté universitaire l’adoption de comportements favorisant les économies d’énergie et la lutte aux changements climatiques.

Le budget carbone de l'UdeS, une première

Parmi les actions innovantes mises de l'avant dans la stratégie énergétique, l'UdeS s'est engagée à intégrer et assurer le suivi d’un budget carbone triennal dans le budget annuel de l’Université. Concrètement, le conseil d’administration de l’Université a adopté dans le budget de fonctionnement 2016-2017 de l’Université un premier « budget carbone » précisant les cibles annuelles d’émission de GES qui sont autorisées à l’Université.

Le graphique suivant illustre l’évolution des émissions de GES de l’Université depuis 1990-1991 (ligne bleue), les cibles annuelles d’émissions de 2015-2016 à 2020-2021 prévues au budget carbone de l'UdeS (ligne verte). On y observe que les émissions de GES de l'Université ont été réduites sous le niveau prévu par le Protocole de Kyoto. Les émissions pour 2015-2016 et l'ensemble des plafonds d'émissions du budget carbone surpassent largement les cibles prévues par Québec pour 2020, 2030 et 2050. 

Comparaison des cibles de réduction de GES de l'UdeS au regard des objectifs du gouvernement du Québec

L’objectif de réduction de 50 % des émissions de GES par rapport au niveau de 1990-1991 en 2020-2021 devrait se traduire à terme par un niveau d’émission de 4 855 t éq. CO2. Le maintien des efforts de réduction des émissions de l’Université au-delà de 2020 devrait permettre d’atteindre la carboneutralité des bâtiments d’ici 2030.

Ces cibles sont présentées dans le tableau qui suit:

Première période d'engagementSeconde période d'engagement
2015-20167 8612018-20196 057
2016-20177 2592019-20205 456
2017-20186 6582020-20214 855
Sous-total:21 778Sous-total:16 368

Note: Ces cibles ont été révisées à la suite de la mise à jour des coefficients d'émission de GES par le ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur.

Une approche rigoureuse

En conformité avec la norme ISO 14064-1, Enviro-accès quantifiera annuellement ces émissions dans un document annexé au rapport financier annuel de l'Université. Au cours de la première période triennale, l'Université devra avoir émis un maximum de 21 778 t éq. CO2. À l'instar de la réglementation entourant le Système de plafonnement et d'échange des droits d'émissions (SPEDE) du Québec, tout dépassement de ce niveau (21 778 t éq. CO2) se traduira par une compensation des émissions équivalente à trois fois la différence observée. Au cours de la seconde période triennale, l'Université devra avoir émis un maximum de 16 368 t éq. CO2. La même approche de compensation en cas de dépassement sera appliquée pour cette seconde période d'engagement.