Bilan énergétique

Entre 1990-1991 et 2016-2017, la consommation énergétique des trois campus a connu une croissance de 42,4 %. À l'UdeS, cette augmentation, comparable à celle de l'ensemble du réseau universitaire québécois, s’explique en grande partie par la croissance du parc immobilier et plus particulièrement la croissance des infrastructures de recherche. En effet, pour la même période, l'effectif étudiant (ÉÉTP) a connu une augmentation de 61,4 % alors que la superficie des bâtiments des trois campus a augmenté de 117,6 %.

Transition vers l'énergie renouvelable

Une partie importante de la démarche énergétique de l’Université se traduit par une transition énergétique vers l’énergie renouvelable. Alors que l’hydroélectricité ne représentait que 31,4 % de la consommation énergétique en 1990-1991, cette source d’énergie répond en 2016-2017 à 67,9 % des besoins énergétiques de l’Université. Au cours de la même période, la part du gaz naturel a chuté de 62,8 % à 25,9 %. La vapeur fournie par le CIUSSS de l’Estrie – CHUS représente 4,7 % des besoins énergétiques de l'Université alors que le mazout ne compte plus que pour 1,5 % de l'énergie consommée à l’UdeS.

Sources d'énergie 2016-2017

Amélioration de 34,5 % de l'efficacité énergétique

En 2006, le ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur (MÉES) avait fixé au secteur de l'enseignement supérieur un objectif d'amélioration de l'efficacité énergétique de 14,0 % par rapport à 2002-2003. Pour l'UdeS, cela correspondait à 1,60 GJ/m2, objectif atteint dès 2009-2010.

L'Université de Sherbrooke a diminué son intensité énergétique de 34,5 % depuis 1990-1991.

En 201-2017, l’efficacité énergétique de l’UdeS a été améliorée de 34,5 % par rapport à 1990-1991, . Ces résultats ont été rendus possibles grâce à la mise en œuvre d’une quarantaine de projets en efficacité énergétique menés à terme depuis 2003. Ces projets ont généré des économies d’énergie récurrentes estimées à 2,75 M$ sur la facture énergétique annuelle.

Intensité énergétique

(en gigajoules par m2)

Une démarche financièrement rentable

La consommation énergétique de l’Université de Sherbrooke représentait une dépense de 6,59 M$ en 2016-2017, soit une dépense moyenne de 16,55 $ par GJ. Depuis 2002-2003, le coût moyen du GJ a augmenté de 3,0%. La réduction dans la consommation énergétique au cours de cette période a toutefois permis de limiter l’augmentation des dépenses énergétiques totales de l’Université à 2,0 % annuellement.

Les économies d'énergie récurrentes liées aux mesures d'efficacité énergétique mises en place à l'UdeS sont estimées à 2,75 M$ sur la facture énergétique annuelle.