Historique

Ouvert en 1969, le premier directeur du département de psychiatrie fut le Dr Jules Lamarre, du 15 mai 1966 au 31 décembre 1969. Il avait l'esprit d'entrepreneurship et un bon sens des relations publiques. Dès le début, le département fut fortement inspiré par la philosophie communautaire et la recherche occupait une place importante. Une équipe de recherche fut d'ailleurs constituée, regroupant des chercheurs, des secrétaires et des assistants de recherche.

Le 1er janvier 1970, le deuxième directeur du département, Dr Pierre Martel, prit la relève. Il occupa ce poste jusqu'au 13 mai 1975. Également orienté vers le communautaire, ses énergies se sont canalisées vers l'organisation d'équipes communautaires et sur la dispensation de nombreux cours au niveau prédoctoral.

Après un intérim d'un an assuré par le Dr Diego Rosales, le docteur Gilbert Pinard devint directeur du département de psychiatrie le 1er juin 1976 jusqu'au 15 août 1982. Dans le cadre de ses fonctions, le Dr Pinard a restructuré le programme d'études spécialisées en psychiatrie et il a instauré des activités de recherche clinique. Ses talents de chef et d'organisateur l'ont amené à mieux structurer le Département, en insistant sur le développement, sur les moyens financiers pour y arriver et sur le souci d'assurer une bonne relève.

Après un intérim de quelques mois assumé par le Dr Jacques Drouin, c'est le Dr Denis Lepage qui devint directeur du département le 27 janvier 1983. Jusqu'au 14 juillet 1989, il a mis l'accent sur la rigueur dans les politiques et les procédures. Pour former des cliniciens avec beaucoup d'habiletés dans le management des patients, il valorisa un enseignement clinique précis. Il souhaitait également augmenter le nombre de professeurs et enraciner l'idée que la recherche devait à tout prix être développée au sein du département.

Par la suite, de 1989 à 1997, le Dr Yvon-Jacques Lavallée fut directeur du département universitaire et chef du département clinique de psychiatrie. Le Département connut, au cours des mandats du Dr Lavallée, un essor particulier sur le plan de la recherche sur les troubles anxieux.

Pendant cette période, le programme d'études spécialisées en psychiatrie, sous la direction du Dr Claude Arbour, fut restructuré afin de répondre plus adéquatement aux besoins de formation des résidents en psychiatrie. Le programme fut alors agréé pour 30 résidents au lieu de 16. Parallèlement, les membres du Département apportèrent, au cours de cette période, beaucoup d'attention à l'enseignement prédoctoral basé sur l'approche de l'apprentissage par problèmes (APP).

En janvier 1992, l'Hôpital Charles LeMoyne, nouvellement affilié à l'Université de Sherbrooke, commença à recevoir ses premiers résidents de psychiatrie. Le centre hospitalier Sainte-Croix de Drummondville, l'Hôtel-Dieu d'Arthabaska et Georges-L.-Dumont de Moncton consolidèrent le volet régional et communautaire de l'enseignement.

Au niveau des services cliniques, la fusion des hôpitaux de courte durée de Sherbrooke, en 1996, amena le Département universitaire de psychiatrie à déménager sur le site de l'Hôtel-Dieu. Au même moment, l'Hôpital Youville et le Sherbrooke Hospital fusionnaient afin de créer l'Institut universitaire de gériatrie de Sherbrooke (IUGS).

La fusion des hôpitaux de Sherbrooke et le déploiement du réseau universitaire (RUIS) se consolidèrent sous le directorat du Dr Pierre Gagné de 1997 à 2001. Ce fut également la période où une réflexion sur une approche par sous-programmes spécialisés s'amorça.

De juillet 2001 à janvier 2002, la Dre Paule Hottin assuma, par intérim, la direction universitaire du Département de psychiatrie jusqu'à l'arrivée du Dr Morrison. Le mandat de celui-ci aura été marqué par la concrétisation de l'approche par sous-programmes spécialisés au CHUS.

De 2005 à 2013, le Dr Pierre-André Beauséjour fut nommé directeur du département. Cette période fût marquée par le recrutement de plusieurs professeurs et cliniciens. Le programme postdoctoral vit sa capacité d'accueil augmentée à 60 résidents. Sur le plan des services cliniques, le Dr Beauséjour contribua à déployer les effectifs du département hospitalier sur l'ensemble du territoire de l'Estrie, conformément aux souhaits du ministère de la Santé et des Services Sociaux.

Depuis 2013, la direction est assumée par le Dr Jean-François Trudel. Il travaille à instaurer la transparence dans les processus financiers et administratifs, à recruter de nouveaux professeurs réguliers (cliniciens et chercheurs) et à maintenir de bonnes relations au sein du réseau d'enseignement, tout en tentant d'améliorer l'accès à des services cliniques de qualité. Le renouveau du programme de médecine prévu pour 2017, les modifications attendues des programmes postdoctoraux (approche par compétences) et les changements du réseau de la santé (fusion de tous les établissements Estriens en un grand Centre Intégré Universitaire de Santé et Services Sociaux ou CIUSSS) sollicitent les énergies de tous les professeurs.