Pédiatrie générale

Direction : Dre Caroline Langlais

Secrétariat : Mme Lucie Blais

Historique

Le Département de pédiatrie a été créé en 1968. Timidement, un premier service apparu.  Bon deuxième, le Service de pédiatrie fût créé en août 1991 alors que le docteur Claude Paré était le directeur du Département de pédiatrie et que le docteur Michel Bureau était doyen de la Faculté de médecine (nom de la FMSS à l’époque). Docteur Claude Lemoine fut le premier directeur de ce service du 1er août 1991 au 13 février 2001; de 2001 à 2007, ce fut Dr Stéphane Tremblay; de 2007 à 2015, Dre Thérèse Côté-Boileau; de 2015 à 2019, Dr Marc Soucy et présentement, Dre Caroline Langlais assume la direction du Service de pédiatrie.

À l’époque, les docteurs Paré et Bureau ont reconnu l’importance de la médecine pédiatrique et ils ont permis la création du Service de pédiatrie compte tenu entre autre que la formation clinique post-doctorale avait pour but essentiellement la formation de pédiatre.

Au moment de sa création, le Service de pédiatrie ne pouvait compter que sur une poignée d’individus. Ce service a connu un développement  important au cours des années qui suivirent. D’excellents pédiatres cliniciens vinrent s’ajouter au groupuscule de départ. Les membres de ce service excellent dans le cadre de nos missions d’enseignement, de recherche et de clinique. D’autres rayonnent aux plans régional, provincial, national et international.

Activités académiques

  • Journée de formation en transport pédiatrique
  • Congrès annuel en soins critiques
  • Direction du programme de formation post-doctorale en pédiatrie
  • Présidence du comité prédoctoral de pédiatrie

Activités de recherche

La pédiatrie a évolué rapidement dans les 50 dernières années. La mortalité chez l’enfant dans les pays industrialisés a diminué de façon considérable. (1)La recherche clinique pédiatrique a été un agent de changement important dans cette transformation. La recherche clinique pédiatrique doit continuer à prioriser des programmes ciblés sur les causes de mortalité de l’enfant, telle la mortalité périnatale, le syndrome de la mort subite du nourrisson ou les accidents. Cependant, de plus en plus d’enfants fragiles survivent à des maladies ou accidents graves se soldant par des limitations physiques ou mentales permanentes. Un défi important de la recherche pédiatrique actuellement est d’imaginer, évaluer et mettre en place les moyens d’améliorer leur qualité de vie.

Afin de répondre aux besoins de la communauté, le service de pédiatrie de l’Université de Sherbrooke a établi ses priorités de recherche avec le souci de répondre aux problèmes de santé rencontrés quotidiennement en pratique clinique.

Nous pensons qu’un département de pédiatrie académique a une responsabilité importante dans l’identification des facteurs de risque et dans la promotion des activités de prévention.

Le taux de mortalité attribuable aux traumatismes reflète l'ampleur des blessures les plus graves : chaque année, les blessures causent plus de décès chez les enfants Canadiens de plus d'un an que toutes les autres causes réunies. Les chercheurs de notre département s’intéressent particulièrement aux stratégies les plus efficaces de protection des enfants en automobile (2, 3), aux priorités de prévention (4), à la prise en charge et aux conséquences de ces traumatismes.(5)

Vaccination

Certaines études documentent que présentement en Estrie trop peu d’enfants et de nourissons se font vacciner. La couverture vaccinale des nourrissons est sous-optimale (respectivement de 83, 74 et 64 % à 3, 5 et 7 mois). L’écart entre les taux souhaités et les taux existants sont considérable. La prévention des maladies infantiles responsables de morbidité importante ou de mortalité est étudiée sous différents aspects, incluant la promotion générale de la vaccination, l’impact d’un calendrier à 3 doses de vaccin antipneumococcique heptavalent sur les pneumonies à pneumocoques de l’enfant de moins de 5 ans, et les effets de l’implantation d’une vaccination universelle contre le rotavirus en Estrie.

La paralysie cérébrale, séquelle d’une atteinte cérébrale périnatale inflammatoire et/ou hypoxique est étudiée sur un modèle murin nouveau-né unique qui permet l'exploration des rôles de l’anoxie et de l’inflammation cérébrale dans la pathogenèse de la paralysie cérébrale.L’équipe du CHUS est  à l’origine d’une banque de données québécoises sur la paralysie cérébrale reconnue comme modèle au niveau national, et collabore à une banque de données internationales sur les accidents vasculaires cérébraux chez l’enfant. Finalement, l’équipe multidisciplinaire assure l’étude et le suivi des enfants avec paralysie cérébrale.

Les maladies respiratoires chroniques ou récidivantes représentent encore des défis importants chez les enfants d’âge préscolaire. En effet, l’exploration de leur fonction respiratoire, à un âge où la collaboration est limitée, reste difficile et, à toutes fins pratiques, quasi inexistante. De plus, la prise en charge des bronchites récidivantes, très fréquentes à cet âge, est décourageante en raison de l’inefficacité fréquente des schémas thérapeutiques actuels. Les recherches effectuées dans le département sont centrées sur l’établissement de normes de spirométrie forcée chez les 3-5 ans et leur validation chez des enfants hospitalisés pour bronchite aiguë ou crise d’asthme(6).

Les médecines alternatives et complémentaires(MAC) sont utilisées de façon croissante par les enfants. L'objectif de cette étude est premièrement, de déterminer la prévalence et les caractéristiques des utilisateurs de MAC. Le second objectif est de vérifier l’hypothèse que l'utilisation de la MAC est en partie dû à l'insatisfaction des services primaires de soins. (7)

L’accessibilité aux soins de première ligne est un facteur important dans la santé des enfants. Nous avons récemment évalué l’accessibilité et la qualité des soins de premières lignes en Estrie(8). Suite à cette étude, nous étudions l’accessibilité pour les familles immigrantes.

Services d’orthophonie

L’accessibilité aux services d’orthophonie est aussi problématique dans notre région. Une étude récemment complétée avait pour but de déterminer la corrélation entre le nombre d’heures d’orthophonie reçu avant l’âge de 5 ans et la réussite scolaire ainsi que d’identifier les facteurs sociaux, familiaux qui ont un impact sur la réussite scolaire de ces enfants.

Santé mentale, vie sexuelle et toxicomanie chez les adolescents

Les désordres alimentaires à l’adolescence, anorexie nerveuse  ou boulimie, sont sources de détresse majeure et de morbidité considérable durant de longues années. Leur traitement est difficile et souvent décevant. Un projet de recherche évaluative en cours dans cette clinique offre une intervention multidimensionnelle innovatrice aux adolescentes aux prises avec l’anorexie.  L'intervention inclut la consultation avec la famille et le réseau de pairs de l’adolescent. L'objectif est d'identifier les caractéristiques sociales, familiales et personnelles ainsi que les caractéristiques liées aux habitudes alimentaires associées au succès ou à l'échec d'une intervention multidisciplinaire

Vie sexuelle de l’adolescent.

Orientation sexuelle. L’adolescence est un moment crucial de la vie quant à la prise de conscience et l’acceptation de son orientation sexuelle, avec parfois pour conséquence une véritable détresse psychique, source de comportements dangereux pour l’adolescent. Alors que les médecins peuvent avoir un rôle très important à ce stade, le plus souvent ils ne savent pas comment aborder cette question. L’étude a pour objectif d’évaluer les attitudes des adolescents concernant la communication avec leur médecin de leur orientation, identité et comportement sexuel.

Prévention des maladies sexuellement transmissibles. L’adolescence est une période de conduites risquées et de relations sexuelles souvent non-programmées. Le projet en cours teste l’hypothèse qu’une plus grande accessibilité aux condoms à l’école secondaire augmente leur utilisation.

Les intoxications sévères à l’alcool font présentement l’objet d’un projet de recherche aux soins intensifs pédiatriques visant à d’identifier les adolescents à risque et les meilleures méthodes de prévention secondaire de la toxicomanie.

Douleur, soins palliatifs et deuil

Depuis plusieurs années, nous nous intéressons à la souffrance et à la douleur chez l’enfant. Le but clinique étant d’être un département sans douleur, la recherche aide à mieux comprendre les meilleures façons d’évaluer, de traiter et de prévenir la douleur. L’équipe de Dr Sylvie Lafrenaye a développé, entre autre, un algorithme de traitement de la douleur post-opératoire qui a transformé la vie des enfants hospitalisés. (9,10)

La plus grande source de souffrance en pédiatrie est la mort d’un enfant. Nos chercheurs ont décrit les meilleurs soins palliatifs à offrir à ces enfants dans l’antichambre de la mort ainsi qu’à leur famille. De plus, le deuil des familles est un sujet de recherche spécifique au département; les résultats de cette recherche ont souligné l’importance d’un suivi de deuil et mené à des changements dans l’accompagnement des familles. (11,12)

Références du texte

Activités cliniques

  • Clinique de paralysie cérébrale : enfants et adolescents de 0 à 18 ans avec paralysie cérébrale
  • Clinique de la douleur pédiatrique: enfants et adolescents atteints de douleur chronique
  • Clinique d'évaluation de problèmes cutanés pédiatrique: enfants en consultation, référés pour des problèmes dermatologiques
  • Clinique des enfants avec pathologie complexe: enfants présentant des pathologies complexes et chroniques
  • Clinique d’évaluation des retards de développement : enfants de 0 à 5 ans avec un retard de développement soupçonné et sans diagnostic
  • Clinique de fibrose kystique : patients souffrant de fibrose kystique de 0 à 18 ans.
  • Clinique de gynécologie pédiatrique et de l'adolescence: prise en charge de problèmes gynécologiques chez les filles de moins de 18 ans.
  • Clinique d'immigration: enfants réfugiés ayant immigrés au Québec.
  • Clinique de médecine de l’adolescence : jeunes de 12 à 18 ans
  • Clinique d'obésité: investigation et offre d'un plan de traitement pour les enfants entre 2 et 18 ans ayant une obésité exogène dont l'IMC est entre le 85e et le 97e percentile, sans complication de l'obésité.  Les références doivent provenir de la 1ère ligne uniquement.
  • Clinique de pédiatrie sociale: clinique pédiatrique communautaire en partenariat avec le programme d'Intervention de Quartier du CSSS-IUGS et ayant pour mission d'offrir des soins de santé aux enfants isolés et vulnérables d'un point de vue socio-économique
  • Clinique de spina-bifida/myélodysplasies : enfants et adolescents de 0 à 18 ans avec myélodysplasie
  • Clinique des troubles alimentaires : patients 12 à 18 ans
  • Clinique des difficultés d'apprentissage et d'adaptation scolaires : enfants d’âge scolaire en difficulté d’apprentissage
  • Clinique médicosociale : enfants victimes ou avec suspicion de négligence, abus physique ou sexuel
  • Consultation pédiatrique urgente : service de consultation pédiatrique pour l’ensemble de la clientèle pédiatrique 0-18 ans 24 heures sur 24
  • Consultation pédiatrique semi urgente et suivi de centre de jour : prise en charge d’une clientèle qui a besoin de suivi et de prise en charge non intra hospitalier mais dans un court terme y incluant l’antibiothérapie à domicile
  • Clinique de consultation en externe / clinique pédiatrique 24 juin : consultations non urgentes et suivi de clientèle vulnérable en externe
  • Transfert interhospitalier pédiatrique : service de transfert pour la clientèle jusqu’à 18 ans d’un centre référant vers l’Unité de soins intensifs pédiatriques du CHUS et de l’unité d’hospitalisation pédiatrique du 5C
  • Unité de soins intensifs pédiatriques : population pédiatrique jusqu’à 18 ans présentant des problèmes de natures médicales, chirurgicales ou traumatologiques
  • Unité de soins pédiatrique pour patients hospitalisés : Prise en charge des patients hospitalisés pour problèmes médicaux à l’unité de soins du 5e C
  • Unité d’observation pédiatrique : prise en charge des patients présentant une condition médicale et nécessitant une période d’observation de moins de 23 heures

Membres du service

  • Geneviève Beaulieu, Domaine : immigration et médecine sociale
  • Sylvie Côté
  • Camille Fournier
  • Ann Graillon
  • Fanny Lacelle-Webster : pédiatrie du développement - Difficultés et troubles d'adaptation scolaire
  • Johanne L’Allier, Domaine: dermatologie pédiatrique
  • Sophie Laflamme
  • Sylvie Lafrenaye, Domaine: médecine des enfants avec pathologie complexe
  • Caroline Langlais, Domaine : Allergie/médecine médicosociale et sociojuridique
  • Éric Lavoie, Domaine : médecine de l’adolescence et troubles alimentaires
  • Francis Livernoche: pédiatrie sociale
  • Julie Loignon, Domaine: dermatologie pédiatrique
  • Pascale Maurice, Domaine : pédiatrie du développement et troubles d’apprentissage
  • Caroline Pesant, Domaine : médecine de l’adolescence et troubles alimentaires
  • Nicole Pigeon, Domaine : déficit moteur
  • Josée Quesnel
  • Lyne Rivard, Domaine : fibrose kystique
  • Marie-Claude Roy, Domaine : pédiatrie du développement et troubles d'apprentissage
  • Marc Soucy, Domaine : spina-bifida et myélodysplasie
  • Krystel Toulouse, Domaine : médecine médicosociale et sociojuridique
  • Stéphane Tremblay

Coordonnées du secrétariat

Mme Lucie Blais

Faculté de médecine et des sciences de la santé
3001, 12e avenue Nord
Sherbrooke (Québec)  J1H 5N4
Tél.: 819-821-8000 poste 74633