Gérard Bouchard

Docteur d’honneur de l'Université

26 septembre 2015

Après un baccalauréat, puis une maîtrise en sociologie (1968), Gérard Bouchard complète un doctorat en histoire à l'université Paris X Nanterre. De retour au Québec en 1971, il obtient un poste de professeur à l'Université du Québec à Chicoutimi. Il fonde l'année suivante la Société interuniversitaire de recherches sur les populations (SOREP), qui devient en mai 1994 l'Institut interuniversitaire de recherches sur les populations (IREP).

Avec ses collaborateurs, Gérard Bouchard développe, à travers ce centre, un important projet de recherche sur les populations, où s'entrecroisent la démographie, l'histoire, l'ethnologie, la génétique des populations, la biochimie, l'épidémiologie, l'informatique et le droit. Les travaux de l'Institut donnent lieu à la création du fichier BALSAC, compilant cinq millions d'actes de l'état civil et permettant la reconstitution automatique des liens généalogiques et de la structure de la parenté de la population du Québec sur plus de quatre siècles.

Depuis 2002, monsieur Bouchard est titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la dynamique comparée des imaginaires collectifs. Intellectuel très engagé dans les milieux scientifiques et dans la société civile, il a, entre autres, coprésidé avec le philosophe Charles Taylor la Commission de consultation du Québec sur les pratiques d'accommodement reliées aux différences culturelles (2007-2008).

Gérard Bouchard mène depuis plus de 40 ans des travaux novateurs sur le Québec, les sociétés neuves, les identités et les imaginaires collectifs, travaux pour lesquels il a reçu plusieurs prix prestigieux. Chercheur infatigable, il signe plus de 300 articles, une vingtaine d'ouvrages et trois romans. Les idées, les méthodologies et les infrastructures de recherche qu'il développe exercent une influence profonde sur plusieurs domaines et ont un retentissement qui dépasse les frontières québécoises et canadiennes. Son œuvre riche et inspirante constitue un important legs à la communauté de recherche.

La doyenne de la faculté des lettres et sciences humaines Christine Hudon, Gérard Bouchard et la rectrice Luce Samoisette