James Anaya

Docteur d'honneur de l'Université

22 septembre 2018

Diplômé d’économie de l’Université du Nouveau-Mexique (1980) et de droit de l’Université Harvard (1983), James Anaya commence sa carrière à titre d’avocat représentant des autochtones et d’autres groupes minoritaires à Albuquerque au Nouveau-Mexique. Il est déjà reconnu à cette époque comme l’un des « 20 young lawyers who make a difference ».

C’est à titre de professeur de droit à l’Université d’Iowa de 1988 à 1999 qu’il écrit son ouvrage phare, Indigenous Peoples in International Law, un traité déterminant sur les peuples autochtones en droit international public. Pour cette raison, on l’invite à participer à la rédaction de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones et il est nommé rapporteur spécial des Nations unies sur les droits des peuples autochtones par la Commission des droits de l’Homme des Nations unies.

Bénéficiant d’une solide réputation internationale, il est professeur invité dans plusieurs institutions prestigieuses et reçoit de nombreux prix et distinctions. Tout au long de sa carrière, il continue à représenter des parties autochtones dans un grand nombre d’affaires d’importance, dont le cas Awas Tingni contre Nicaragua devant la Cour interaméricaine des droits de l’Homme. C’est dans cette affaire que, pour la première fois, les droits des peuples autochtones sont reconnus comme justiciables en droit international.

Professeur et doyen de la Faculté de droit de l'Université du Colorado à Boulder, James Anaya présente une feuille de route exemplaire, tant sur le plan des connaissances scientifiques que des retombées professionnelles et sociales. Il est l’un des rares théoriciens aussi acteur de transformations sociales d’envergure. En plus de contribuer au développement du droit positif, ses travaux exercent une influence déterminante dans le domaine du droit des autochtones.

Le doyen de la Faculté de droit, Sébastien Lebel-Grenier, James Anaya et le recteur de l'Université de Sherbrooke, Pierre Cosette.