Le lac

Caroline Dupré

Je ne voyais que ça.

Un bouillonnement. Un ragoût en ébullition. Des bulles grosses comme des têtes. Des têtes qui éclatent. Un monstre essoufflé, une créature informe entre vie et mort qui cherche à se mouvoir. Un magma noir, gluant, collant, éructant lents et graves des sons d'outre-tombe. Des vomissements obligatoires.

Je ne parle pas d'un monde inventé. Je parle d'un lac qui coule au-dedans l'Histoire. Ce lac, je l'ai toujours aimé; c'est l'Asphaltide.

Cliquer pour lire le texte complet (document PDF)