Nicholas Dion

Professeur adjoint
Responsable du volet recherche du cheminement en études littéraires et culturelles de la maîtrise et du doctorat en études françaises

Coordonnées

Formation

  • B.A. (littératures française et québécoise), Université Laval

  • M.A. (littératures française et québécoise), Université Laval

  • P.h.D. (études littéraires), cotutelle Université Laval – Université Paris-Sorbonne

  • Postdoctorat, Université McGill

  • Postdoctorat Banting, Université du Québec à Trois-Rivières

Domaines d'enseignement

  • Littérature française des XVIIe et XVIIIe siècles

  • Théâtre classique

  • Poétique des genres

  • Rhétorique

Recherches en cours

  • L’élégie classique française (XVIe-XVIIIe siècles)

  • Étude de la collection de livres anciens des bibliothèques de l’UdeS

Publications

Livres

  • Entre les larmes et l’effroi. La tragédie classique française, 1677-1726, Paris, Classiques Garnier (Lire le XVIIe siècle), 2012, 465 p. Prix jeune chercheur 2013 de l’Académie Montesquieu.
  • Guillemette Marot-Mercier et Nicholas Dion (éd.), Diversité et modernité du théâtre du XVIIIe siècle, Paris, Hermann (République des Lettres/Symposiums), 2014.
  • Dion, Nicholas, Anne-Sophie Fournier-Plamondon et Stéphanie Massé (éd.), Ombres et pénombres de la République des Lettres, Paris, Hermann (Les Cahiers de la République des Lettres), 2014.
  • Dion, Nicholas, Stéphanie Massé et Andrée-Anne Plourde (éd.), Le cosmopolitisme. Influences, voyages et échanges dans la République des Lettres (XVe-XVIIIe siècle), Paris, Hermann (Les Cahiers de la République des Lettres), 2013.

Articles et chapitres d'ouvrages

  • « La disparition des modèles antiques dans Le caractère élégiaque de La Mesnardière », dans Papers on French Seventeenth Century Literature, vol. XLII, no 83 (2015), p. 365-375.
  • « À la frontière des autres genres : les Élégies de l’abbé Le Blanc », @nalyses, vol. X, no 2 (2015), en ligne.
  • « De charogne réanimée à séduisante détective : la résiliente humanité du zombie », dans Conserveries mémorielles, no 15 « Les courbes du temps : trajectoires, histoire et mémoire », avril 2014, en ligne.
  • « “D’un genre peut-être plus sublime” : la mise en forme des intentions dans Cinna », Karine Abiven et Hélène Biu (éd.), Styles, genres, auteurs 14, Paris, Presses universitaires de la Sorbonne, 2014, p. 87-102.
  • « Muses élégiaques, muses pérennes. La tristesse comme critère définitoire de l’élégie française, de Sébillet (1548) à La Mesnardière (1640) », dans Éric Van der Schueren et Matthieu Fortin (éd.),  De la permanence. Études offertes à Bernard Beugnot pour son quatre-vingtième anniversaire, Paris, Hermann (République des Lettres/Symposiums), 2013, p. 65-84.
  • En collaboration avec Marc André Bernier, « Visages du Moi à l’âge classique. L’apport de la recherche québécoise sur les XVIIe et XVIIIe siècles au prisme des Collections de la République des Lettres », Tangence, no 100, 2013, p. 47-63.
  • « L’histoire galante d’un poète galant : Les Amours de Tibulle de Jean de La Chapelle », Littératures classiques, no 77, 2012, p. 69-82.
  • « Dans le sillon des Parallèles. Tragédie classique française et poètes tragiques au tournant du XVIIe siècle », Littératures classiques, nº 76, 2011, p. 223-233.