Nicholas Dion

Professeur adjoint
Responsable du volet recherche du cheminement en études littéraires et culturelles de la maîtrise et du doctorat en études françaises

Coordonnées

Formation

  • B.A. (littératures française et québécoise), Université Laval

  • M.A. (littératures française et québécoise), Université Laval

  • P.h.D. (études littéraires), cotutelle Université Laval – Université Paris-Sorbonne

  • Postdoctorat, Université McGill

  • Postdoctorat Banting, Université du Québec à Trois-Rivières

Domaines d'enseignement

  • Littérature française des XVIIe et XVIIIe siècles

  • Théâtre classique

  • Poétique des genres

  • Rhétorique

Recherches en cours

  • L’élégie classique française (XVIe-XVIIIe siècles)

  • Étude de la collection de livres anciens des bibliothèques de l’UdeS

Publications

Livres

  • Entre les larmes et l’effroi. La tragédie classique française, 1677-1726, Paris, Classiques Garnier (Lire le XVIIe siècle), 2012, 465 p. Prix jeune chercheur 2013 de l’Académie Montesquieu.
  • Guillemette Marot-Mercier et Nicholas Dion (éd.), Diversité et modernité du théâtre du XVIIIe siècle, Paris, Hermann (République des Lettres/Symposiums), 2014.
  • Dion, Nicholas, Anne-Sophie Fournier-Plamondon et Stéphanie Massé (éd.), Ombres et pénombres de la République des Lettres, Paris, Hermann (Les Cahiers de la République des Lettres), 2014.
  • Dion, Nicholas, Stéphanie Massé et Andrée-Anne Plourde (éd.), Le cosmopolitisme. Influences, voyages et échanges dans la République des Lettres (XVe-XVIIIe siècle), Paris, Hermann (Les Cahiers de la République des Lettres), 2013.

Direction de numéros thématiques de revues

  • « Plaintes, pleurs, et plaisirs : la poésie élégiaque aux siècles classiques », Tangence, no 109, 2015.
  • « Les livres anciens des institutions d’enseignement québécoises », Études littéraires, vol. XLVI, no 2, 2015.

Articles et chapitres de livres (sélection)

  • « Animals vs. Zombies: Representations and Roles of the Animal Kingdom in Zombie Fiction », dans Alfonso M. Rodriguez (dir.), Deconstructing the Zombie : Cultural and Ideological Approaches, Londres, Routledge, à paraître en 2020.
  • « Un recueil des plus belles élégies françaises ? Le Recueil Barbin en regard de l’évolution du genre élégiaque aux XVIIe et XVIIIe siècles », dans Mathilde Bombart, Maxime Cartron et Michèle Rosellini (dir.) « Une histoire de la poésie française, par les ouvrages mêmes des poètes » ? Le Recueil Barbin(1692), Genève, Droz (Cahiers du Gadges), 2019.
  • « L’abandon dans les Élégies de Le Blanc : typologie et rhétorique élégiaques dans le premier tiers du XVIIIe siècle », dans Cécile Lignereux et Stéphane Macé (éd.), La vulnérabilité : discours et représentations du Moyen-Âge aux siècles classiques / Vulnerabilität: Diskurse und Vorstellungen vom Frühmittelalter bis ins 18. Jahrhundert, Tübingen, Mohr Siebeck, 2019, p. 313-324.
  • « De la contagion à la propagation : la tache aveugle des récits de zombies apocalyptiques », dans Jérôme-Olivier Allard, Marie-Christine Lambert-Perreault et Simon Harel (dir.), La mort intranquille. Autopsie du zombie, Québec, Presses de l’Université Laval, 2019, p. 63-80.
  • « De l’actualité littéraire aux traités théoriques : l’élégie française au miroir de La critique de Bérénice », dans Sara Harvey (éd.), La critique au présent. Émergence du commentaire sur les arts (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, Classiques Garnier, 2019, p. 91-100.
  • « “La vérité ne peut être trop claire.” Ésope et ses fables à l’épreuve de la scène dans deux comédies de Boursault », XVIIe siècle, vol. LXX, no 3, 2018, p. 475-486.
  • « Trois bibliothèques de collèges classiques : Nicolet, Saint-Hyacinthe et La Pocatière », dans Claude Corbo et Sophie Montreuil (dir.), Bibliothèques québécoises remarquables, Montréal, Del Busso, 2017, p.53-63.
  • « Du Couvent des Jacobins à la Bibliothèque Roger-Maltais : quelques pistes sur la constitution du fonds ancien de l’Université de Sherbrooke », Études littéraires, vol. XLVI, no 2, 2015, p. 77-95.
  • « La disparition des modèles antiques dans Le caractère élégiaque de La Mesnardière », Papers on French Seventeenth Century Literature, vol. XLII, no 83, 2015, p. 365-375.