Fragments d'ébullition

(par Thomas Windisch)

Le poème a un point d’ébullition.

Mes aisselles humides ma moiteur
d’agneau mes sifflotements
soudains
je suis une bouilloire imprévisible un violoncelle
déplié sur son bûcher
d’archets.

Tu connais la chanson
la nuit récolte les fragments et ne laisse rien
à la brique.

Absentéiste
le poème prétexte une bétonneuse
pour justifier sa
désertion cutanée
j’appète la prochaine chair de poule comme
une poule
pas de tête.

Je ne risque plus ma vie aux
feux jaunes et
j’extrais un soleil apode des nuits régulières
par de désastreuses
césariennes.

Les mots se perdent à naître en mon corps
je me surprends à les collectionner sur mes cils
soit que je prends les miroirs en photo
soit qu’ils déboulent mes poignets
jusqu’à mes phalanges
fébriles.

La nuit n’a pas aboli les chronomètres.

D’agilité et d’écorce
je m’écorche le palais avec des ustensiles
j’en apprends sur mon sang je suis une forêt
qu’on saignera plus tard.

La clé régurgite dans le contact
mon coeur est un rond de poêle
que j’oublie d’éteindre
volontairement.

Tympans de fraisil
je me tiens à neuf mètres des établissements publics
pour brûler en paix.

Les paumes précipices du
temps qui me prend
foisonnent
d’échardes.

Les jeux de lumière se jouent sans cesse
de la trame
sonore.

Le soir
je me couche dans les livres comme
dans un raz-de-marée
le lendemain matin frigide je fais mon lunch
je ne suis encore
que du bois de chauffage
trimballant un Ice Pack.

Pour vous mademoiselle
j’ai
un quatuor à cordes
des paix qu’on like et
des luttes sociales
à l’ardoise.

J’ai des gerçures profondes enchâssées
dans le cortex pariétal
des images apparaissent dans ma main
et pixellisent les fleurs brutes.

À chaque jour
je renie l’empire d’influences
quand je tente
enfin
l’exode numérique.

Je t’entends encline à écorner les
partitions avec moi j’entends les violons à nos chevilles
qui ne s’accordent qu’à l’horizontalité parfaite
de nos corps
j’entends tambouriner demain au travers
du mauve des réverbères confondu
au ciel noctambule.

Dans mon rêve la guillotine était
défectueuse.

Dans mon bain je me renseigne sur
les arcanes du silence subaquatique
c’est de la musique
à mes oreilles c’est de la musique
ondique pénétrant les bémols
dans mes veines.

Dans ma tête j’avais une mélodie
de coupe à blanc
maintenant
je n’entends plus rien
je n’entends plus que
le silence subaquatique
le silence
agogique.

Sauve-qui-peut
tout le monde fait
comme il peut
il pleut
j’écoute des bruits d’océan émis
par un iPhone
j’ai le droit
je prends le droit d’être
un humain présumé déconnecté
je n’entends plus le calendrier solfier ses jours
scrupuleusement.

Plagiaire la symphonie calendaire incinère
ses derniers
chefs d’orchestre.

L’échiquier en fraie
la stratégie ravage les pentures
le vrai mot s’éraille comme l’asphalte
en ce jour de pelle
la bordée l’écrit blanc sur blanc
tu cherches comment arracher tes coudes de
tes hanches pendant
que se nouent mes cubitus pour ne rien répandre
de ta tendresse lumachelle.

Quelques semaines sans siffle
calcaire l’humeur calque les foudres échues
les lundis s’enfilent comme
des salves d’hiver des canonnades floconnées
dans la tempête je me tais c’est l’arpège du mort
la noyade a cappella.

Le poème a un point d’ébullition.

Au concert nous sommes
un amas miroitant de fours en confettis
les vêtements sont pareillement poreux à
un mur frontalier les peaux suintantes glissent entre elles
ainsi que des lèvres de femme sur des lèvres de femme
et des lèvres d’homme sur des lèvres d’homme.

J’accours à la page pour déverser toute la beauté bouillonnante.