Profil d'une chimiste

Amélie Dion, candidate pour le doctorat en chimie pharmaceutique

Originaire de la région estrienne, Amélie Dion fait un D.E.C. en sciences de la nature au Collège de Sherbrooke. Lorsque le temps des inscriptions à l'université arrive, l'étudiante, intéressée par les sciences en général, choisit la chimie, car il s'agit d'un domaine où elle excelle et où elle a de la facilité.

Dès le début de son baccalauréat, Amélie Dion a la certitude d'avoir fait le bon choix. Elle trouve les cours passionnants, elle aime l'ambiance amicale qui règne dans les classes et dans les laboratoires, et elle apprécie particulièrement la chimie qui s'est rapidement créée parmi les étudiants du Département.

Puis, l'expérimentation en laboratoire permet à Amélie Dion de découvrir que la chimie pharmaceutique est le domaine de la chimie qui lui convient. «Je suis comme une vraie scientifique, il faut que j'essaie, que j'expérimente, avant de savoir si quelque chose me plaît.»

Amélie Dion effectue ses deux premiers stages en chimie des procédés dans les laboratoires Les produits chimiques Delmar à Montréal. Son dernier stage se déroule ensuite chez Biochem pharma, une compagnie pharmaceutique de Laval.

En chimie pharmaceutique, elle trouve intéressant de pouvoir travailler à la composition des molécules pouvant être utilisées comme médicament. De ce fait, l'étudiante voit les chimistes comme des chercheurs des plus complets : à la base du développement de nouveaux médicaments, ils doivent indéniablement détenir des connaissances en biologie pour comprendre le fonctionnement du système humain.

Alors qu'elle s'inscrit aux études supérieures, Amélie Dion décide de se consacrer à un projet d'envergure qui lui permet de faire un passage direct de la maîtrise au doctorat, sans présenter de mémoire. Il s'agit d'un projet en chimie pharmaceutique mis sur pied par le professeur Claude Spino et sur lequel plusieurs étudiants ont travaillé depuis près de dix ans.

Avec ses collègues Pascal Dubé et Stéphane Perreault, la chimiste étudie les efforts d'une synthèse totale de quassinoïdes. «Les quassinoïdes sont des produits naturels qui ont des propriétés antimalariales et anticancérigènes. Leur structure est complexe, donc difficile à créer, ce qui en fait des molécules intéressantes.», explique-t-elle.

La chercheuse teste les stratégies élaborées par le professeur Spino sur un modèle plus simple que le sont les quassinoïdes. Si les expérimentations l'amènent à des résultats concluants, elle - ou les prochaines équipes qui travailleront sur le projet - aura la possibilité d'attaquer la véritable problématique : la synthèse totale de quassinoïdes utilisant une stratégie de Diels-Alder à diènes transmissibles. Une fois accompli, le projet de recherche pourrait avoir des retombées sur la scène internationale.

Au terme de ses études, Amélie Dion souhaiterait travailler dans une compagnie pharmaceutique et y diriger un groupe de recherche. Cependant, enseigner à l'université est aussi l'un des choix de carrière auxquels elle songe.