Présentation

En 2000, 90 000 tonnes de verre en moyenne ont été récupérées à travers divers systèmes au Québec. Une partie de ce verre, et surtout le verre incolore, est facilement recyclée avec une bonne valeur ajoutée, tandis que la valeur du verre mixte est négative. Le marché du recyclage du verre est fragile et dépend du marché du calcin par rapport aux matières premières vierges. Cet état de fait a généré l'entreposage de quantités importantes de calcin, aussi bien chez les conditionneurs que dans les centres de tri. Des solutions novatrices, qui répondent aux besoins du Québec, doivent maintenant être mises de l'avant dans les meilleurs délais afin de pallier la situation.

L'utilisation du verre mixte dans le béton présente une avenue très intéressante pour sa valorisation. En effet, de par sa composition chimique et minéralogique, le verre peut présenter des propriétés intéressantes dans un béton : d'une part, comme matrice cimentaire en remplacement d'une fraction du ciment, d'autre part, comme substitut des granulats. Parce que le béton est un matériau facile à fabriquer, résistant, durable et se prêtant à une variété d'usages, sa demande ne cessera de croître durant les années à venir. Toutefois, afin d'assurer le développement de ce matériau de construction indispensable, l'approche du développement durable doit être intégrée à la production du ciment et du béton, ce qui permettra d'atteindre un équilibre entre les contraintes de protection de l'environnement et les considérations économiques et sociales. Dans cette optique, le défi de l'industrie du ciment et du béton consiste à produire un béton de grande durabilité, à un coût compétitif et avec un impact environnemental minimal.

Le programme de recherche envisagé dans cette chaire, en collaboration avec la Société des alcools du Québec (SAQ), se concentrera sur les objectifs suivants :

Objectifs généraux

Objectifs spécifiques