À propos

Objectifs

La chaire a pour objectif d'améliorer les soins :

  1. permettre l'exécution de projets de recherche comparant l'efficacité, la sécurité et les coûts des soins  offerts ou en développement;
  2. favoriser l'intégration de la recherche dansles unités de soins aigus et le développement
    d’une culture de collaboration interprofessionnelle;
  3. veiller à l’utilisation des meilleures pratiques et à l’implication des patients-partenaires par la diffusion des données probantes;
  4. former une relève de qualité dans le domaine de la recherche clinique axée sur le patient;
  5. créer à Sherbrooke un pôle d’experts en recherche clinique axée sur le patient.

A quoi servent les revenus de la chaire?

Au moment du lancement de la chaire, un fonds de 1,1 million de dollars était placé en dotation. À terme, une cible de 3,5 millions est fixée et les donateurs auront l'option de nommer la chaire. Seuls les revenus annuels de la chaire pourront être utilisés par son titulaire. Concrètement, les revenus serviront à :

  1. payer une partie du salaire du personnel de recherche qui exécute les projets de recherche;
  2. payer une partie des bourses octroyées aux étudiants en formation auprès des membres de l'équipe de recherche;
  3. appuyer les demandes de fonds pour des projets de recherche en lien avec les objectifs de la chaire.

Financement

La Chaire est créée grâce à un partenariat entre La Fondation de l’Université de Sherbrooke, La Fondation du CHUS, le Centre de recherche du CHUS ainsi que la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Université de Sherbrooke.

La chaire est établie à l’instigation de dons recueillis par la Fondation du CHUS, de dons du Service de médecine interne et du Département de médecine dans le cadre de la campagne D’avenirs et de passions. Ces trois contributions majeures ont été complétées par de nombreux dons individuels et des contributions de la Faculté de médecine et des sciences de la santé provenant du Fonds commun en santé et du Fonds Merck.

La contribution des étudiants en recherche

Fidèle à sa mission de former une relève de qualité dans le domaine de la recherche clinique axée sur le patient, le docteur Lamontagne et son équipe ont contribué à la formation en recherche de nombreux médecins et chercheurs. Une planification rigoureuse et beaucoup de travail ont permis à la plupart de ces étudiants de publier le fruit de leurs travaux dans des revues scientifiques de grande valeur.

Sans surprise, certains de ces étudiants sont depuis devenus eux-mêmes professeurs d’université.

Dr Charles St-Arnaud

(intensiviste au CIUSSS-Estie et professeur à L’université de Sherbrooke) :

Charles St-Arnaud a travaillé avec le docteur Lamontagne lors de ses deux dernières années de résidence en médecine interne. Son projet ‘Targets for the titration of vasopressors in sepsis’ fut présenté au congrès annuel de la Société européenne de soins intensifs (Berlin 2011) et publié en 2013 (St-Arnaud, CMAJ Open, 2013). Le docteur St-Arnaud est désormais professeur à l’université de Sherbrooke et intensiviste au CIUSSSE-CHUS.

Dr Jean-François Éthier

(interniste au CIUSSS-Estie et professeur à l’université de Sherbrooke) :

Jean-François Éthier terminait sa formation dans le réseau de l’université McGill lorsqu’il fut invité à collaborer au projet du docteur St-Arnaud. Le docteur Éthier a depuis terminé une formation en informatique biomédicale et occupe un poste de professeur et de chercheur à l’université de Sherbrooke.

Dr Frédérick D’Aragon

(intensiviste au CIUSSS-Estie et professeur à l’université de Sherbrooke) :

Frédérick D’Aragon fut initié à la recherche clinique aux soins intensifs par le docteur Lamontagne au terme de sa résidence en anesthésiologie. Son premier travail ‘Blood pressure targets for vasopressor therapy: a systematic review’ fut présenté au congrès annuel de la société canadienne d’anesthésiologie en 2012 et au congrès canadien de soins intensifs en 2014. L’article fut publié dans la revue Shock en 2015 (D’Aragon, Shock, 2015). Il a poursuivi sa formation en recherche à l’université McMaster et dirige actuellement un programme de recherche national en don d’organe en tant que professeur à l’université de Sherbrooke.

Dre Émilie Belley-Côté

(intensiviste au CIUSSS-Estie et doctorante à l’université McMaster):

Pendant sa formation en cardiologie de Sherbrooke, Émilie Belley-côté a collaboré au projet de recherche du docteur d’Aragon. Comme lui, elle a poursuici sa formation en recherche à l’université McMaster où elle termine actuellement son PhD. Elle dirige un ambitieux programme de recherche axé sur les lésions myocardiques observées dans un contexte de soins intensifs.

Drs Philippe Yale et Vincent Masse

(Néphrologue et infectiologue au CIUSSS-Estie) :

PhilippeYale et Vincent Masse ont conjointement executé des travaux de recherche portant sur l’utilisationde corticostéroïdes lors de l’épidémie de grippe H1N1. Ce travail, pu-blié en 2015 (Yale et al., Canadian Respira-tory Journal, 2015) a aussi été présenté au congrès annuel de la American Thoracic Society à San Diego en 2011.

Dre Isabelle Soucy et Mélina Boutin

(internistes) :

Isabelle Soucy et Mélina Boutin participèrent au projet‘One-day Point Prevalence of Acute Rehabilitation in Ontario Intensive Care Units: Rates, Barriers and F acilitating Factors of Mobilization’. Ce travail leur valut à toutes deux un prix pour la pertinence clinique des travaux de recherche lors de la journée scientifique du département de médecine de l’université de Sherbrooke.

Dr Mathieu Hylands

(résident en chirurgie générale CIUSSSEstrie):

Le docteur Mathieu Hylands, résident en chirurgie générale, a terminé sa maîtrise en recherche clinique sous la direction du docteur Lamontagne à l’été 2016. Durant ses deux années de formation, il a démarré un programme de recherche axé sur la réanimation des des victimes de traumatismes sévères. Ses travaux furent présentés au congrès annuel de la Society of Critical Care Medicine à Pheonix en 2015. Par ailleurs, il a participé à la création de lignes directrices internationales sur l’utilisation des vasopresseurs.

Bruno Martin

(étudiant génie électrique) :

Candidat à la maîtrise en génie électrique co-dirigé par le docteur Lamontagne, les travaux de M. Martin portent sur l’automatisation de l’administration de médicaments vasopresseurs dans le but de réduire les risques de complications liés au surtraitement (projet en cours).

Dre Myriam Irislimane

Myriam Irislimane était résidente en radiologie lorsqu’elle a mené un projet de recherche visant à étudier la pertinence des
tests de radiologie prescrits aux patients en phase terminale d’un cancer. Les résultats de ses travaux furent publiés (Irislimane et al.)

«L’enseignement de la recherche enseigne aux étudiants la rigueur scientifique tout en les outillant pour qu’ils deviennent les leaders de demain.»