Aller au contenu

Colloques et congrès

La Chaire de recherche sur l’antidopage et le sport organise et participe à des colloques au niveau national et international. À travers ces événements, elle diffuse les résultats de ses recherches et entretient des relations privilégiées avec des professionnels de divers domaines. 

À venir

Antérieurs

  • 3 juin 2021 – Colloque La confiance dans les juridictions internationales, « La transparence comme instrument de la confiance : le cas du Tribunal arbitral du sport », Université Côte d’Azur.
  • 21 mai 2021 – Colloque Olympisme et droit international, « Le CIO doit-il imposer une conditionnalité au respect des droits fondamentaux dans le cadre de l’octroi des Jeux Olympiques? », Université de Sherbrooke.
  • 26 avril 2021 – Colloque Le droit international des investissements au prisme de l'éthique, « Investissements et éthique sportive », Université de Bourgogne.

  • 16 avril 2021 – Colloque Cliniques juridiques et acteurs de l’accès au droit, expériences croisées, « Les cliniques juridiques font-elles réellement de l’accès au droit? », Université Paris 8 Saint-Denis et Bibliothèque nationale de France.

  • 13 avril 2021 – « Le cause lawyering dans le cadre des cliniques juridiques », avec Geneviève Dufour, Université de Sherbrooke.

  • 18 mars 2021 – Colloque Les droits de l’homme en afrique, Association africaine de droit pratique du droit international, « L’affaire Mugesera devant la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples », avec Geneviève Dufour.

  • 2 décembre 2020 – Colloque Actualité de la lutte antidopage au niveau mondial et en France, « Le Rodchenkov Act : entre questions américaines et internationales ».

La Chaire de recherche sur l’antidopage dans le sport participera à l’École d'été en droit international appliqué sur « Les enjeux de droit international à l’ère de la pandémie et l’olympisme et le droit international », organisé par l'équipe du cheminement de maîtrise en Droit international et politique internationale appliqués de l’Université de Sherbrooke, du 17 au 21 mai 2020.

La Chaire y tiendra un colloque sur l’olympisme et le droit international le 21 mai autour du programme suivant :

9 h à 10 hDiscours inaugural
Me Dick Pound, membre du Comité international olympique et avocat chez Stikeman
10 h à 10 h 15Pause
10 h 15 à 12 hTable-ronde : Les règles d’octroi des Jeux : le mouvement olympique devrait-il imposer une conditionnalité relative au respect des droits humains?
  • Cécile Chaussard, maître de conférences à l’Université de Bourgogne 
  • David Pavot, professeur à l’École de gestion de l’Université de Sherbrooke
  • Mathieu Maisonneuve, professeur à Aix-Marseille Université
  • Me Marc-André Fabien, président du comité paralympique canadien
  • Alexis Brunelle-Duceppe, député fédéral du Lac-Saint-Jean
12 h à 13 hDîner
13 h à 14 hJO en temps de pandémie et lutte antidopage : entre respect du droit des sportifs et équité des compétitions
Karine Henrie, senior manager standards et harmonisation de l’Agence mondiale antidopage
14 h à 15 hLe contentieux olympique
  • Quel rôle pour le Tribunal du sport aux jeux olympiques
    Me Patrice Brunet, avocat et arbitre au Centre de règlement des différends sportifs du Canada et au Tribunal arbitral du sport
  • La fédération internationale d’athlétismes
    Rolland Adjovi, membre du tribunal disciplinaire du World Athletism et chercheur à la Chaire de recherche sur l’antidopage dans le sport
15 h à 15 h 15Pause
15 h 15 à 16 hFaut-il réformer les jeux olympiques?
Robert Frosi, grand reporter à Radio-Canada
16 h à 16 h 15Propos conclusifs
David Pavot, professeur à l’École de gestion de l’Université de Sherbrooke

En lien avec l’École d’été de la maîtrise en droit international et politique internationale appliqués, la Chaire sur l’antidopage dans le sport devait les 7 et 8 mai 2020, organiser un colloque international sur sport, genre et lutte antidopage. En raison de la pandémie, il a été décidé de tenir 3 conférences en ligne. 

 Ces dernières portaient sur :

  • David Pavot, professeur à l’Université de Sherbrooke, École de Gestion, titulaire de la Chaire de recherche sur l’antidopage dans le sport, Genre et sport : aspects matériels et institutionnels
  • Franck Latty, professeur de droit à l’Université Paris Nanterre, directeur du Centre de droit international (CEDIN), Membre du Tribunal arbitral du sport, Les affaires Semenya et Chand devant le Tribunal arbitral du sport
  • Micheline B. Somda, candidate au doctorat en droit, Université de Sherbrooke, coordinatrice de la chaire sur l’antidopage dans le sport, La Déclaration sur les femmes et le genre dans le sport : analyse critique.

Cette conférence a été un double succès. D’un point de vue scientifique, elle a permis de mettre en avant l’intérêt du sujet que ce soit dans le sport en général et dans certains de ces domaines comme la lutte antidopage, justifiant, s’il était nécessaire la tenue du colloque prévu lorsque cela sera possible. Du point de vue de la participation, le succès a aussi été au rendez-vous puisque près de 120 personnes (étudiants, professeurs, praticiens) sur 3 continents ont suivi les 3 conférences.

Informations complémentaires
Accéder à la conférence de David Pavot
Accéder à la conférence de Micheline B. Somda

Le Symposium annuel de l'Agence mondiale antidopage qui devait se dérouler le 17 et 18 mai 2020 a été annulé.

Panel de la Chaire sur le thème : « La globalisation de l’antidopage »

Depuis l'affaire Festina en 1999, la lutte antidopage s'est structurée et globalisée. L'Agence mondiale antidopage est née en 2000, a adopté le code mondial antidopage, mène des enquêtes conduisant à dénoncer des systèmes de dopage étatiques comme la Russie. Parallèlement, sa structure s'est raffinée, allant même jusqu'à obtenir des immunités de la part du Québec. Dans le même temps, les États ont donné, en adoptant en 2005, la convention internationale sur la lutte antidopage dans le sport dans le cadre de l'UNESCO. Ce panel propose de faire un état des lieux de la lutte antidopage et de la manière dont elle s'est mondialisée.

Présidente

  • Geneviève Dufour, professeure à la Faculté de droit de l’Université de Sherbrooke

Conférenciers

  • L’impact d’un scandale de dopage sur la marque : état des connaissances
    Jean Roy, professeur à l’École de Gestion de l’Université de Sherbrooke
  • La portée et les enjeux de l’obligation de transposition du Code mondial antidopage par les États
    Cécile Chaussard, Maître de conférences à l’Université de Bourgogne
  • Le partage d’information dans la lutte antidopage
    David Pavot, professeur à l’École de Gestion de l’Université de Sherbrooke, Titulaire de la Chaire de recherche sur l’antidopage dans le sport
  • Le tribunal arbitral du sport et la lutte antidopage
    Me Julien Fouret, avocat associé Eversheds et membre du Tribunal arbitral du sport
  • L’accès aux privilèges et immunités de l’Agence mondiale antidopage (AMA) : une reconnaissance de la globalisation de la lutte antidopage?
    Micheline Somda, candidate au doctorat en droit de l’Université de Sherbrooke  et coordinatrice de la Chaire de recherche sur l’antidopage dans le sport
  • The use of social network analysis to assess and depict doping networks in sports
    Olivier Caya, professeur à l’École de Gestion de l’Université de Sherbrooke et
    Philippe Blackburn, étudiant à la maîtrise, Université de Sherbrooke, École de Gestion

Panel : « Les conditions d’accueil des organisations internationales et organisations internationales non gouvernementales au Canada »

Le 25 octobre 2019, la Chaire organisait conjointement avec la Société québécoise de droit international un panel dans le cadre du Congrès annuel du Conseil canadien de droit international.

Ce panel avait pour but d’expliquer pourquoi le Canada et le Québec en particulier sont des terrains d’accueil d’organisations internationales. On peut penser à l’OACI, au Secrétariat de la Convention sur la diversité biologique, à l’Institut de statistiques de l’UNESCO ou encore à l’Institut de la Francophonie pour le développement durable (OIF). Montréal est considérée comme la troisième plus importante ville en Amérique du Nord pour l’accueil d’organisations internationales après New York et Washington. Plus encore, le Canada est reconnu pour accueillir des organisations internationales non gouvernementales comme l’Agence mondiale antidopage, le Bureau international du droit des enfants, et bien d’autres.

Ce panel a été l’occasion de fructueux débats sur la diversité des conditions octroyées, la popularité du Canada auprès de ces organisations, l’action des différents paliers de gouvernement ou encore l’état des privilèges et immunités offerts.

Le panel était composé comme suit :

Présidente

  • Geneviève Dufour, Professeure à la Faculté de droit de l’Université de Sherbrooke, Présidente de la Société québécoise de droit international, chercheuse associée à la Chaire de recherche sur l’antidopage dans le sport

Conférenciers

  • Etienne Corriveau-Hébert, Conseiller, Ministère des relations internationales et de la francophonie, Québec
  • David Pavot, Professeur et titulaire de la Chaire de recherche sur l’antidopage dans le sport, École de gestion (département de marketing), Université de Sherbrooke
  • Me France Brosseau, Directrice organisations internationales. Montréal international
  • Martial Pagé, Représentant Permanent du Canada auprès de l'OACI