La maternité dans l'œuvre d'Anne Hébert

Stéphanie VIAU

Dans les romans d'Anne Hébert, la mère évolue au sein d'une société patriarcale particulièrement oppressante. En tant que mère, elle est rarement épanouie : elle souhaite vivre alors sa féminité autrement que par la maternité. Mais cela ne se vérifie par toujours. Trois figures maternelles sont à dégager chez l'auteure : la femme enceinte, la mauvaise mère et la mère rêvée. Les mères ont différents visages mais la déviance n'est jamais loin. Elles oscillent entre la tentation d'aimer et l'empêchement de vivre. Elles représentent une société en mutation qui cherche la place des femmes dans un monde pensé par les hommes. La maternité dans l'œuvre d'Anne Hébert ne se réduit pas aux stéréotypes. Elle est entière même si sa violence est indiscutable.