Regards offensés et voix captives : lectures du Tombeau des rois et de Mystère de la parole d'Anne Hébert

Nathalie WATTEYNE

Nombreux ont été les critiques à rendre compte du changement de tonalité entre Le tombeau des rois et Mystère de la parole dans le sens d'une évolution de la poésie d'Anne Hébert, en termes d'ouverture au monde et de consentement à la vie, mouvements qui se substitueraient à l'enfermement et au repli sur soi. L'analyse de certaines marques énonciatives de Mystère de la parole fait pourtant ressortir une quête identitaire du sujet tout aussi problématique que dans Le tombeau des rois. Sachant que l'analyse du discours poétique et l'étude de la réception critique de ce discours peuvent mener à un écart interprétatif, nous les envisageons comme des compléments indispensables au dégagement du sens du recueil.