L'extrême ou Les enfants du sabbat

Neil B. BISHOP

« L'extrême ou Les enfants du sabbat » s'adresse tant aux hébertologues qu'au grand public roumain cultivé. À celui-ci, il présente un roman qui provient d'une littérature que les lecteurs connaissent peu. En s'adressant aux deux lectorats, il s'efforce de résumer, voire de faire progresser, la réflexion sur ce roman. Il esquisse l'histoire des Canadiens français, surtout celle des Québécois, présente l'œuvre d'Anne Hébert et situe Les enfants du sabbat au sein de cet œuvre. Le texte insiste sur deux thèmes de réflexion. L'un présente l'évolution de l'œuvre hébertien vers des textes toujours plus transgressifs par rapport à la société québécoise traditionnelle, et notamment par rapport à la domination de celle-ci par l'Église catholique romaine. L'autre thème, éminemment ouvert, interroge l'appartenance de ce roman au genre fantastique, après l'examen de certaines ambiguïtés narratives. Le texte insiste sur la qualité et le grand intérêt du roman aux plans thématique et stylistique.