Réception et récupération du Tombeau des rois : l’allégorie-écran de l’interprétation identitaire

Robert HARVEY

Un texte de Jacques Michon, publié dans Anne Hébert, parcours d’une œuvre, sert d’amorce à cette réflexion sur la réception du Tombeau des rois et son incidence sur l’interprétation. À travers l’analyse des états successifs du discours critique, on suit les relais qui conduisent progressivement la critique à modifier sa perception de l’œuvre hébertien, alors que s’opère un déplacement d’accent, du symbolisme poétique comme idée communautaire dans les années 1940 et 1950, au symbolisme poétique comme idée politique dans les années 1950 et 1960. En s’appuyant sur l’esthétique de la réception et la sémiologie de la lecture, on tente par la suite de démontrer en quoi cette interprétation de l’œuvre, axée sur l’identitaire, fait écran au texte. Par l’analyse des lacunes dans le fonctionnement de l’acte de lecture, on relève finalement quelques-uns des aspects importants du texte occultés par l’allégorie politique.