Mort, meurtre et maternité : « Le Torrent » et Un Habit de lumière

Lisa R. VAN ZWOLL

La maternité est une construction sociale qui impose une quantité appréciable de responsabilités à la femme. Si certains critiques louent le rôle maternel comme un pouvoir absolu qui remplit une fonction libératrice, d’autres y voient la source même de l’oppression de la femme. Selon ces critiques, les enfants de ces mères emprisonnées deviennent victimes à leur tour du mythe de la maternité. La problématique du rôle maternel est explicitement présente dans l’œuvre d’Anne Hébert. Cet article examine donc l’emprisonnement de la mère tel qu’il est dépeint dans « Le Torrent » et Un Habit de lumière, dans la mesure où la tension entre la femme et le devoir maternel alimente les deux intrigues. Claudine et François Perrault de même que Rose-Alba et Miguel Almevida forment des couples tragiques qui subissent les contrecoups d’un rapport mère-fils mal engagé.