Le fantastique étrangement familier de Ying Chen

Gilles DUPUIS

Le fantastique habite, plus qu’il ne hante, l’univers romanesque de l’écrivaine québécoise d’origine chinoise, Ying Chen. Des histoires de fantômes chinois jusqu’à la croyance bouddhiste en la réincarnation, en passant par la métamorphose, ses romans mettent en œuvre quelques topoï de la littérature fantastique, revisités à la lumière d’une poétique singulière où le surnaturel paraît naturel et la normalité paranormale. Le texte qui suit tente d’éclairer dans ses nombreuses facettes ce fantastique « étrangement familier » de l’auteure francophone.