Le corps de l’angoisse dans Kamouraska d’Anne Hébert

Ève LÉGER-BÉLANGER

Cet article est une analyse textuelle des symptômes psychiques et physiques de la protagoniste du roman Kamouraska, Elisabeth Rolland. Ces symptômes sont l’effet d’une vive angoisse, causée par la passion éprouvée par le personnage : l’angoisse prend corps chez Elisabeth. Dans notre étude, nous mettons en relief les manières dont la maladie physique et psychique de la protagoniste, causée par l’angoisse, se cristallise autour de certains symptômes spécifiques et autour de figures de style qui permettent de mettre en relief ces symptômes. L’objectif principal de notre analyse est de comprendre la façon dont le discours du corps qui souffre s’actualise dans les procédés stylistiques et dans les choix lexicaux.