Sexualité violente, désir furieux : entre diction et indicible

Noémie LABROUSSE

En prenant appui sur les textes d’Anne Hébert, sur son écriture, et en analysant les structures phrastiques autant que les interstices typographiques, cet article mettra en évidence une sexualité masculine, violente et bestiale, ébranlée par une fureur féminine, latente et silencieuse. Il s’agira de montrer cette cohabitation et de faire ressortir comment la sensualité désirée par les femmes tend à annihiler progressivement mais avec violence la sexualité jusque-là imposée par les hommes.