La fugueuse chez Anne Hébert et chez Suzanne Jacob

Aleksandra GRZYBOWSKA

La fugueuse chez Anne Hébert et Suzanne Jacoba pour but de présenter les correspondances dans la construction des personnages féminins chez les deux grandes romancières québécoises. La fugueuse, figure centrale très aboutie chez Jacob, trouve peut-être, en partie, sa source dans l’œuvre d’Hébert, par exemple chez les personnages d’Élisabeth d’Aulnières, de Catherine (« Le printemps de Catherine »), surtout de Lydie (L’enfant chargé de songes), et chez les deux principaux personnages féminins du Premier jardin. Des parallèles dans la construction du personnage de la fugueuse dans les derniers romans d’Hébert et dans les premières œuvres de Jacob sont présentés dans les trois volets : le portrait onomastique ou la femme-scrabble, le portrait relationnel ou la femme excessiveet le portrait spatial ou l’héroïne labyrinthique.