Paysages, désir et délivrance dans Les fous de Bassan

Kazuko OGURA

Le roman Les fous de Bassan se déroule à Griffin Creek, village imaginaire situé près de l’estuaire du Saint-Laurent et habité par des descendants de loyalistes. Bien que diverses lectures aient été proposées pour éclairer cette œuvre à la fois poétique et énigmatique, les études sur la description des paysages dans ce texte sont peu nombreuses. Nous voudrons ici examiner les valeurs que l’auteure rattache à ces paysages remplis de cris d’oiseaux et les influences que ceux-ci exercent sur les attitudes des personnages. L’objectif de cet article est de rendre compte du désir et de l’aspiration à la délivrance que refoulent certains protagonistes, par l’examen des éléments topographiques et écologiques tels que le village, la plage, la haute mer, le vent, l’orage et les oiseaux marins.