La condition humaine dans Le temps sauvage : du temps sauvage au temps humain

Junga SHIN

Dans cet article, je me propose de faire une lecture philosophique et politique du Temps sauvage d’Anne Hébert, en faisant appel aux notions développées par Hannah Arendt dans son ouvrage The Human Condition paru en 1958. Il s’agira de faire ressortir une analogie entre le temps sauvage, tel que raconté par Anne Hébert, et l’idée de modernité, telle qu’élaborée par Hannah Arendt, en interrogeant la difficulté de passer du temps sauvage à celui que nous désignons ici avec Paul Ricœur par le « temps humain ». Dans cette perspective, j’examinerai le moment culminant de la transformation de l’homme sauvage en Homo humanus dans l’univers dramatique d’Anne Hébert, tout en me référant aux idées arendtiennes sur la condition de l’homme moderne. Mon argument se déclinera en trois volets : i) Sous le règne du temps sauvage ; ii) À la recherche du sens perdu ; iii) Du texte à l’action.