Figures du deuil dans la poésie hébertienne

Lydia LAMONTAGNE

La poésie hébertienne est empreinte de femmes qui meurent ou qui tuent, angle qui n’a guère été étudié jusqu’ici. Nous nous proposons de vérifier l’hypothèse d’une représentation du deuil dans la récurrence de ces figures féminines. Pour ce faire, nous interrogeons les petites filles, la sorcière mortifère, les relations ambiguës entre la jeune fille et l’autre masculin avant de nous intéresser à la vieille femme qui se prépare au trépas dans le dernier recueil hébertien. En examinant ces figures féminines, nous concluons qu’elles sont autant de représentations passées du soi dont le sujet femme doit faire le deuil pour conquérir son propre désir. Ainsi, le « je » hébertien s’affranchirait d’une mort qui pourrait bien se lire comme la métaphore de l’objectivation sexuelle des femmes.