Le dialogisme chez Anne Hébert

Patricia GODBOUT

De 1959 à 1961, Anne Hébert et Frank Scott entretiennent un dialogue sur « Le tombeau des rois », poème que Scott veut traduire. Pour Hébert, cette démarche lui permet de comprendre les enjeux de son propre poème, qui étaient sans doute là au moment de sa composition, mais qu'elle aurait oubliés ou qu'elle ignorait. Pour Scott, il s'agit, à travers la traduction, de se positionner non seulement par rapport aux enjeux sociaux, même inconscients, à l'origine du poème, mais encore de retrouver les implications personnelles qu'il peut avoir lui-même par rapport à son milieu immédiat. Cet article propose de mettre en perspective plusieurs des éléments dialogiques que comprend ce « dialogue » entre l'auteure et son traducteur. C'est ainsi, par exemple, que sont évoquées, outre les échanges directement liés au poème à traduire, les pratiques linguistiques des années 1960 et l'analyse politique qu'une nouvelle génération fait, à travers la langue, de l'aliénation socioéconomique des Canadiens français.