La galerie des ancêtres dans Les Fous de Bassan

Anne ANCRENAT

Si la narration au masculin est privilégiée dans Les Fous de Bassan, elle n'a pas pour autant le pouvoir de tout dire puisque des voix féminines et même féministes s'infiltrent pour déjouer l'ordre du discours patriarcal.  Dans l'extrait de la galerie des ancêtres, Anne Hébert, à travers les propos machistes du pasteur, expose les débats qui entourent et étouffent toute tentative de reconnaître la portée pragmatique d'une pensée au féminin sur la plan de l'écriture.  Un narrateur omniscient, sûr de son pouvoir de maîtriser le Verbe, autorise deux personnages féminins à "raconter" la lignée de leurs ancêtres-femmes.   D'elles émergeront les paroles effacées du récit à entendre au milieu du brouhaha des multiples interprétations.