Conférence "Regards croisés: enjeux linguistiques et culturels du discours missionnaire. Le cas du "Diamant du Rajah" du père italien Celestino Testore"

Photo: Paola Puccini (Université de Bologne, Italie).

Le groupe de recherches et d'études sur le livre au Québec (GRÉLQ) et le Centre Anne-Hébert, en collaboration avec la Faculté des lettres et sciences humaines de l'Université de Sherbrooke, vous convient à la conférence "Regards croisés: enjeux linguistiques et culturels du discours missionnaire. Le cas du Diamant du Rajah du père italien Celestino Testore" de la professeure Paola Puccini (Université de Bologne). L'activité aura lieu le 31 octobre 2019 à midi dans les locaux du GRÉLQ (A3-103) à la Faculté des lettres et sciences humaines.

L’histoire de la collection « Romans missionnaires », parue auprès de l’Apostolat de la Presse à Sherbrooke, est curieuse. Elle remonte aux années 1930 en Italie. Elle est le fruit du passage de l’italien au français par une importante activité autotraductive de la part du jésuite piémontais Celestino Testore qui, sans avoir jamais quitté son Alba natale, se livre à l’écriture exotique de cultures éloignées. Le programme qui dicte son écriture est un programme d’évangélisation qui arrive au Québec avec un décalage temporel important. Des années 1930 aux années 1950-1960, les textes de cette collection voyagent dans le temps et l’espace. Ce voyage cache une découverte : derrière une vision ethnocentrique de l’image de l’Autre, l’analyse fait entrevoir un mouvement de décentrement important qui donne à voir toute la complexité anthropologique du rapport à l’Autre. De manière insoupçonnée, ce discours met en scène une vision humaniste de l’individu, capable d’apercevoir la ressemblance derrière la différence.

Paola Puccini, titulaire d’un doctorat en littératures francophones sur le théâtre de Marco Micone, est professeure titulaire à l’Université de Bologne, où elle enseigne la langue et la médiation au Département de langues, littératures et cultures modernes. Elle est actuellement directrice de ce département et responsable pour l’Université de Bologne du Centre Interuniversitaire d’études québécoises. Elle s’occupe des écritures migrantes dans leur dimension linguistique et culturelle. Ses travaux portent en particulier sur l’autotraduction, la médiation linguistico-culturelle, l’interculturalité et l’altérité. Son approche est linguistique, littéraire et anthropologique.