Développement et implantation d'un programme de prise de décision partagée entre l'ergothérapeute et le travailleur ayant une incapacité au travail due à un trouble musculosquelettique persistant: perspective des acteurs en réadaptation

Chercheure principale: Marie-France Coutu

Cochercheurs: France Légaré, Marie-José Durand, Marc Corbière, Dawn Stacey, Lesley Bainbridge, Pierre Lemieux 

Période: 2011-2014

Financement: Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST)

Résumé : L’efficacité des programmes de réadaptation au travail est étroitement liée à la communication et à la concertation que les acteurs clés sont en mesure d’établir pour atteindre un but commun. Cette recherche évaluative visait à faciliter l’atteinte d’un but commun entre l’intervenant en santé et le travailleur dans le cadre de programmes de réadaptation au travail suite à un trouble musculosquelettique, tout en tenant compte des contraintes et intérêts des employeurs, du syndicat et de l’assureur. Pour ce faire, elle devait permettre de : 1) documenter l’acceptabilité et la faisabilité d’un programme de prise de décision partagée (PDP) applicable aux programmes de réadaptation existants auprès des acteurs clés en réadaptation (travailleurs, employeurs, syndicats et assureurs); 2) évaluer l’effort d’implantation du programme de PDP auprès de ces acteurs clés; 3) explorer l’impact du contexte d’implantation sur la satisfaction et le retour au travail. Afin de répondre à ces objectifs, les chercheures ont eu recours à une adaptation de la technique de recherche de l’information par l’animation d’un groupe d’experts (TRIAGE) ainsi qu’à une étude de cas multiples (dyades ergothérapeute – travailleur).

L’analyse des données a permis de faire le constat d’une perception globalement favorable du programme par un grand nombre de cliniciens. Les études de cas révèlent d’ailleurs que les activités réalisées avec le travailleur ont été implantées à un très bon degré. Cependant, les activités impliquant d’autres acteurs semblent implantées à un degré plus variable. Enfin, les résultats de cette étude soutiennent un des fondements de l’approche de PDP, à savoir que lorsqu’un travailleur bénéficie d’une réelle prise de décision partagée, même si l’issue de l’intervention n’est pas favorable, il n’y a pas de regret par rapport à la décision prise.

Publications liées

Articles scientifiques

Chapitre de livre

Rapport de recherche

Article de vulgarisation

Outils :