Gravure du "Festin des âmes" dans Moeurs des sauvages américains par Joseph-François Lafitau, 1724
Gravure du "Festin des âmes"

LAFITAU, Joseph-François,  Moeurs des sauvages amériquains, comparées aux moeurs des premiers temps

Décrire les habitants du Nouveau Monde : l'ethnologie

C'est après avoir personnellement demandé à faire partie de la mission en Nouvelle-France en 1711 que le jésuite Joseph-François Lafitau est posté à Sault-Saint-Louis, dans la célèbre mission de Kahnawake, où il développe un intérêt prononcé pour la culture iroquoise. Insatisfait des descriptions qu'il trouve dans les Relations de ses prédécesseurs, qu'il juge trop sommaires, il propose une étude approfondie des moeurs du peuple iroquois qui fait de lui un pionnier de l'ethnographie moderne. À son retour en France, il devient procureur des missions jésuites à Paris de 1722 à 1741, période où il rédige la majeure partie des ouvrages qui l'ont rendu célèbre.

Gravure dans Moeurs des sauvages américains de Joseph-François Lafitau, 1724
Gravure

Son approche comparatiste s'avère particulière en ce qu'il considère les peuples indigènes sur le même plan que les Anciens. Le dernier chapitre des Moeurs des sauvages américains, par exemple, livre une étude de la langue iroquoise, dans laquelle Lafitau croit reconnaître plusieurs racines appartenant à des langue aussi lointaines que le thrace, langue indo-européenne. Cela explique également qu'il soit l'un des premiers à s'intéresser au Conseil des aînés et à en détailler le fonctionnement, reconnaissant aux peuples du Nouveau Monde une certaine forme de gouvernement.

Gravure dans Moeurs des sauvages américains par Joseph-François Lafitau, 1724
Gravure

Étant donné que Lafitau souhaite être exhaustif, il se fait le relais de la période du contact en rapportant des rites ancestraux pratiqués par les nations autochtones. La description du "Festin des âmes" qu'il emprunte au père Brébeuf et à Nicolas perrot, illustrée par une gravure, est saisissante : plusieurs nations exhument leurs morts afin de les honorer et de les ensevelir dans une fosse commune. Par ailleurs, pendant les jours que dure le rituel, on tient des épreuves physiques, comme le tir à l'arc ou la course ; l'auteur a tôt fait, dans un esprit ethnographique, de rapprocher ces compétitions des jeux de la Grèce antique.

Notice bibliographique

LAFITAU, Joseph-François, 1681-1746. Moeurs des sauvages amériquains, comparées aux moeurs des premiers temps. Paris, Saugrain l'aîné, Charles Estienne Hochereau, [1724]. 2 vol.

Voir la disponibilité

Caractéristiques physiques

  • Reliure plein veau avec dos à 5 nerfs.
  • Pièces de titre et de tomaison brunes ; Titres et tomaisons dorés.
  • Ornements dorés sur les entre-nerfs.
  • Encadrements à triples filets dorés sur les plats.
  • Roulette dorée sur les chants, tranches rouges et pages de garde marbrées.
  • Ex-libris de Biblioteca Banzi sur les pages de garde fixes.
  • Ex-libris de Ferdinando Belvisi sur le verso de la page de titre du volume 1.