Une pionnière : Madeleine L. Côté

Madeleine L. Côté (Archives de la Faculté de médecine et des sciences de la santé)

Madeleine Labrecque Côté fut une des premières personnes à être embauchée à la Faculté de médecine de l’UdeS en 1965, à titre d’adjointe au doyen et responsable de la planification de l’hôpital universitaire. Elle détient alors un diplôme de 2e cycle de l’Institut supérieur d’administration hospitalière de l’Université de Montréal. Avant son arrivée à l’UdeS, elle occupait le poste d’adjointe à la direction de l’Hôpital Royal Victoria, à Montréal.

Celle qui déclare s’être battue pour que des étudiantes intègrent la 1re cohorte de médecine alors que la faculté ne voulait que des garçons[1], est nommée en 1968, directrice générale de la Clinique de l’Université de Sherbrooke qui deviendra en 1974, le Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS).[2] Elle est alors une des premières femmes laïques à diriger un hôpital au Québec.

Madeleine Côté démissionne de son poste de directrice générale en 1972 pour occuper des fonctions de cadre au ministère de la Santé à Ottawa. Elle décède le 20 juin 2014, à l’âge de 95 ans.

Chaque année, depuis 2005, le prix Madeleine-Côté est décerné lors du Gala du mérite de la Faculté de médecine et des sciences de la santé (FMSS). Il est remis à une personne ou à un groupe œuvrant à l’extérieur de la faculté qui, par ses actions, contribue de manière significative au développement de celle-ci. Le prix est décerné par le comité de direction de la Faculté de médecine et des sciences de la santé.


[1] Brochure sur le 40e anniversaire du volet universitaire du CHUS, page 9.

[2] Le premier directeur général de la Clinique de l’Université de Sherbrooke est le Dr Gérald La Salle, également doyen de la Faculté de médecine (1964-1968).