Les coopérants à titre militaire français à l'UdeS - 1966-1973

Drapeau de la France

Entre 1966 et 1973, l’Université de Sherbrooke a compté jusqu’à deux cent quinze coopérants à titre militaire français au sein de son personnel enseignant. Ces jeunes diplômés obtenaient l’autorisation de s’acquitter de leurs obligations militaires au titre de la coopération franco-québécoise. Médecins, ingénieurs, chercheurs, leur apport a été significatif pour le développement de l’Université. Plusieurs sont venus avec l’idée d’enseigner quelques années, d’autres sont restés à l’Université de Sherbrooke après leur contrat initial d’engagement d’une durée de quatorze à seize mois.

En juin 2004, dans le cadre des fêtes du 50e anniversaire de l’Université, où la Faculté de génie rendait hommage à ses pionniers et bâtisseurs, on profita de l’occasion pour honorer les quatre-vingts coopérants français qui y ont séjourné, contribuant au développement de la recherche et des programmes de maîtrise et de doctorat de la faculté (journal Liaison, 8 juillet 2004).

On peut aussi lire, dans les archives du rectorat, le texte de l’allocution de la vice-rectrice adjointe Luce Samoisette prononcée le 4 juin 2004 lors de la signature d’accords avec des établissements d’enseignement supérieur français : « [… ] l’Université de Sherbrooke a pu compter, particulièrement au début de sa création, sur la collaboration de coopérants français, dont certains ont même élu domicile chez nous et ont contribué à façonner notre personnalité institutionnelle ».

Tableau statistique sur les coopérants à titre militaire à l’UdeS entre 1966-1973, fonds d’archives du Service d’aide à la recherche, à l’innovation et à la création (SARIC) de l’Université de Sherbrooke