Être hébergé sur les campus - La  vie en résidences

Anciennes résidences étudiantes, 1962, Fonds d’archives du Service des communications de l’Université de Sherbrooke
Nouvelles résidences étudiantes, 1969, Fonds d’archives du Service des communications de l’Université de Sherbrooke

À la lecture du rapport annuel de l’Université de Sherbrooke de 1961-1962, on apprend que 67,4 % des étudiantes et étudiants provenaient de Sherbrooke et des Cantons-de-l’Est, alors que 32,6 % provenaient d’autres régions du Québec.

Dès les années 1960, afin de répondre aux besoins d’hébergement de ses étudiantes et étudiants, l’Université a fait construire des résidences sur ses deux campus. En 1962, on voit l’apparition, sur le campus principal, des premières résidences, que plusieurs qualifient encore aujourd’hui « d’anciennes » par rapport aux « nouvelles » qui furent érigées en 1969. La même année, fut construite la résidence étudiante de la Faculté de médecine.

Intérieur d’une chambre des résidences étudiantes vers 1970, fonds d’archives du Service des communications de l’Université de Sherbrooke

Une brochure de 1969, année où les étudiantes sont acceptées pour la première fois en résidences, conservée dans les archives des Services à la vie étudiante, mentionne que les résidences sont à la fois une hôtellerie discrète et un foyer accueillant dans lequel il faut respecter « les bonnes règles qui font un hôtel de bonne tenue et qui s’inspirent du sens commun le plus ordinaire » :

  • l’abus de boissons alcooliques est sujet à de sévères avertissements;
  • les dames et demoiselles ne sont pas admises dans les chambres des garçons. Les garçons ne sont pas admis dans les chambres des filles.

On y apprend qu’il en coûtait 40 $ par mois pour une chambre pour une personne et 3 $ par mois pour le câble de la télévision.

Résidence étudiante de la Faculté de médecine, 1977, fonds d’archives du Service des communications de l’Université de Sherbrooke