Un potentiel sous-évalué: Les petits exploitants de la Caraïbe et du monde

Romain Paquette a publié

Éditions GGC

Face à la persistance de la malnutrition dans le monde et à l'épuisement imminent du modèle industriel de production agricole, une révision des choix que nous faisons s'impose.   Considérant que le potentiel biophysique de production agricole de la planète est loin d'être épuisé, le modèle de production mis au point par les petits exploitants agricoles des pays pauvres, dont les fondements rejoignent les exigences rigoureuses de l'agroécologie moderne, offre un complément et probablement même une alternative, que l'on a jusqu'à maintenant nettement sous-évaluée.  Dans la Caraïbe, plus particulièrement en Martinique, à Sainte-Lucie et en Jamaïque, ces petits exploitants ne produisent qu'au quart de leur capacité.

Sans doute, le désengagement des petits exploitants n'est pas aussi profond dans les autres régions des pays en voie de développement!  Mais même s'il ne s'y observe qu'à des degrés moindres, ceux qui le pratiquent ne constituent pas moins un immense potentiel de production sous-utilisé ou mal utilisé, qu'il conviendrait d'activer en tout premier lieu pour résoudre le problème alimentaire mondial.

Le recours à des solutions plus sophistiquées, comme la production d'organismes génétiquement modifiés (OGM), dont on ne connaît ni l'impact sur la santé des êtres humains ni sur la qualité de l'environnement, n'est qu'un palliatif qui n'a rien d'inéluctable.

Le livre se termine avec la présentation des conditions à rencontrer pour atteindre un développement agricole durable et efficace, un développement qui viserait à inciter les petits exploitants agricoles des pays en voie de développement à produire à pleine capacité, où ils constitueraient indéniablement des acteurs de première ligne dans le système de production alimentaire mondial, tout en continuant d'intégrer les principes fondamentaux de l'agroécologie moderne.