Mercredi le 21 avril 2010 à 10h15 - Hôtel Le Président, 3535 King Ouest

Dîner-causerie de Charles-Édouard Lebeau :

Cachez cette religion que je ne saurais voir : la religion comme indécence

05-04-2010 au 22-04-2010

Chers collègues et membres de l'APPRUS,

Au nom de votre CA j'ai le plaisir de vous inviter avec vos conjoints et conjointes, amis et amies, à notre prochain dîner-causerie qui aura lieu le mercredi 21 avril 2010 à l'Hôtel Le Président, 3535 King Ouest à 10h15.

Notre conférencier invité est Mr Charles-Édouard Lebeau, Docteur en sciences des religions. Le titre de sa conférence est:

"Cachez cette religion que je ne saurais voir : la religion comme indécence"

L'exposé se propose d'explorer la question suivante : comment sommes-nous arrivés à avoir une attitude aussi négative, voire hostile envers diverses expressions de la religion?

La conférence sera suivie d'un dîner avec service aux tables dont le coût est de 18,00$ par personne incluant taxes et services.

Comme l'hôtel Le Président envoie la facture globale à l'APPRUS, nous vous prions de payer le matin même soit en argent comptant ou par chèque libellé à l'APPRUS, au membre du CA qui sera désigné à cet effet. Le montant exact serait apprécié. (Nous ne sommes pas équipés pour accepter des cartes de débit ou de crédit).

Pour vous inscrire à cette activité, auriez-vous l'amabilité de répondre simplement à ce courriel ou par téléphone, avant dimanche le 18 avril.

Prière d'indiquer le nombre de personnes qui prendront le dîner.

En souhaitant vous voir nombreux à cette rencontre,

André Ghibely

Responsable activités sociales et culturelles

APPRUS

aghibely@videotron.ca

819-563-4915

N.B.

Il s'agit d'une activité conjointe avec l'ARPUS dont les membres sont cordialement invités avec leurs conjoints et conjointes, amis et amies.

Toutefois l'inscription pour les membres l'ARPUS se fera avec Mr Marcellin Croteau.

 CV-CHARLES-ÉDOUARD LEBEAU

J'ai fait mes études de premier cycle en théologie, ainsi qu'une maîtrise en sciences humaines des religions à l'Université de Sherbrooke. Par la suite, j'ai obtenu un doctorat en sciences des religions à l'Université du Québec à Montréal. Ma thèse de doctorat a été publiée aux éditions

Médiaspaul sous le titre « La santé au secours de la foi ».

J'ai été adjoint à la recherche sur des projets portant sur la compréhension interculturelle et assumé plusieurs charges de cours au premier et au deuxième cycle à l'Université de Sherbrooke et à l'Université du Québec à Montréal. En ce moment, j'exerce une tâche d'expertévaluateur pour le Ministère québécois de l'Éducation. Depuis quelques années, je donne des cours de sciences des religions à l'Université du troisième âge.

Mercredi 17 février 10h30 à la salle "Le Bistrot" de la Villa de l' Estrie, 3300 rue des Chênes

Dégustation de Vins et Fromages

ainsi que de petites bouchées et entretien/causerie Les plaisirs du bien boire par Benoît Lajeunesse, sommelier de renom

04-02-2010 au 18-02-2010

À l'occasion de la Saint Valentin, l'APPRUS vous propose une "Dégustation de Vins et Fromages" ainsi que de petites bouchées, qui sera animée par Benoît Lajeunesse, sommelier de renom, qui nous fera faire le tour du monde en quelques cépages. Le titre de son entretien est: "Les plaisirs du bien boire".

Épicurien devant l’Éternel, curieux et touche à tout, Benoît Lajeunesse a déjà animé plus de 400 ateliers et dégustations. C’est un vulgarisateur hors pair très apprécié. Il est sommelier à l’« Auberge et Spa West Brome » et à « La Maison du Gouverneur ».

Conjoints et conjointes, amis et amies, sont invités à cet évènement qui aura lieu le mercredi 17 février à la Villa de l' Estrie, 3300 rue des Chênes, à 10h30 à la salle "Le Bistrot".

Le coût de cette activité est de 20,00$ par personne incluant taxes et services.

Nous vous prions de payer le matin même en argent comptant ou par chèque libellé à l'APPRUS, au membre du CA qui sera désigné à cet effet. Le montant exact serait apprécié.( nous ne sommes pas équipé pour accepter des cartes de débit ou de crédit ).

André Ghibely

Responsable activités sociales et culturelles

APPRUS

aghibely@videotron.ca

819-563-4915

N.B. (1)

STATIONNEMENT: Sur la rue des Chênes ou sur le parking en arrière des magasins SEARS

N.B. (2)

Un tirage aura lieu pendant la dégustation. Le gagnant ou la gagnante recevra une bonne bouteille de vin.

Veuillez garder votre coupon d'entrée jusqu'au moment du tirage.

N.B.(3)

Il s'agit d'une activité conjointe avec l'ARPUS dont les membres sont cordialement invités avec leurs conjoints et conjointes, amis et amies.

Mercredi le 20 janvier 2010 à l'hôtel Le Président, 3535, King Ouest, Sherbrooke

Dîner-causerie de Serge Granger :

L'Inde dans le monde et en Estrie

06-01-2010 au 21-01-2010

L'Inde dans le monde et en Estrie

Parfois surnommée la mère de l’histoire, tout découle de l’Inde et tous y retournent. Puissance globalisante bientôt la plus populeuse du monde, l’émergence indienne ne laissera personne indifférent. Bien que distante et différente, l’Inde et l’Estrie interagissent depuis plus de deux siècles. Agissant comme vase communiquant, l’empire britannique en Inde offrait aux Estriens aventuriers un rôle dans son développement. Après deux siècles de mondialisation, l’influence de l’Inde dans un monde multipolaire affectera davantage le monde et l’Estrie.

Activités professionnelles de Serge Granger

Responsable académique:

2007 CERIUM. Centre d'études et de relations internationales de l'Université de Montréal. École d'été sur l'Inde Professeur invité:

2005 Jawaharlal Nehru University. Centre d'études françaises et francophones

Professeur associé:

2004-2009 Université Sherbrooke. École de politique appliquée

Spécialisation sur l’émergence sino-indienne

Système politique chinois et indien

Relations internationales et criminalité

Chargé de cours:

2004-2007 Université Sherbrooke. Département de politique appliquée

Cours de M.A. : Les régions et les relations internationales: les relations sino-indiennes et le monde multipolaire.

Cours de B.A. : Les nationalismes; L'Asie dans les relations internationales; La Chine dans le monde et au Canada; Système politique de

l'Inde; Système politique de la Chine.

1996-2006 Université du Québec à Montréal. Département d'histoire

Cours de B.A. : Histoire et civilisation de la Chine traditionnelle; Histoire de la Chine au XXe siècle; Histoire et culture du sous-continent

indien; Histoire du Japon; Problème historique contemporain: Afghanistan au XIXe et XXe siècle.

Formation académique

2003 Maharaja Sayajirao University of Baroda (Gujarat, Inde). Département d'histoire et centre d'études canadiennes. Chercheur invité

Recherche Québec-Canada and India 1837-1947

1996-2002 Université Concordia. Ph.D. (histoire) Martin Singer dir. Québec and China during the First Half of the Twentieth Century

1993-1996 Université Concordia. Maîtrise ès Arts (histoire) John F. Laffey dir. Un chemin de fer en Chine: les efforts français au Yunnan, 1872-1911

Publications sur l’Inde:

Articles:

« Les Lotbinière au Cachemire avant la première guerre mondiale », Synergies Inde n° 3 - 2008 pp. 129-140

« Un remède exotique. Le modèle québécois en Chine et en Inde à la fin du 19e siècle » dans Bulletin d’histoire politique, vol.18. no.2 (hiver 2010) à paraître

« Le Québec et l’Inde: les liens du 19e siècle » dans Rencontre avec l’Inde, New Delhi, Center of Intercultural Studies of India, vol. 34, no. 2. (printemps 2006), pp. 159-171.

« La recherche historique sur les relations entre l’Asie et le Canada d’avant 1850 », dans Canada and Asia/Le Canada et l'Asie, International Journal of Canadian Studies/Revue internationale d'études canadiennes, vol. 31 (2005), pp. 167-174.

« Les coureurs de l'Extrême-Orient. Visions de l'Ailleurs avant la Révolution Tranquille » dans Identités hybrides. Orient et orientalisme au Québec, Mounia Benalil, Janusz Przychodzen (dirs), Montréal: Département des littératures de langue française, Université de Montréal, coll. «Paragraphes», vol. 25 (septembre 2006), pp. 37-53.

« La milice de Québec et la révolte des Cipayes » dans Dix ans d’histoire militaire en français au Québec, Robert Comeau & Serge Bernier et al., Montréal: Lux – Chaire Hector-Fabre (2005), pp. 37-42.

« Canada/India, a (post) colonial tangent » dans International Journal of Francophone Studies, vol. 5, no. 2 (2003), pp. 128-130.

Serge Granger, Ian H. Magedera, Kate Marsh and Dhana Underwood, « Aux délices de Mahé: a Selected, Critical and Annotated Bibliography of French-Language Representations of India and French India 1763-2002 » dans International Journal of Francophone Studies, vol. 5, no. 2 (2003), pp. 104-127.

Conjoints et amis des membres sont invités

Mercredi le 9 décembre à l'Hôtel Le Président, 3535, King Ouest, Sherbrooke (10 h 15)

Dîner-causerie de François De Médicis

Les conseils du vent qui passe : les écrits esthétiques de Claude Debussy

26-11-2009 au 10-12-2009

RÉSUMÉ

Claude Debussy (1862-1918), l’observateur attentif des profondeurs de l’âme humaine dans Pelléas et Mélisande, le peintre inspiré de l’océan majestueux et protéiforme de La Mer, se plaît à s’abandonner à l’occasion à son penchant pour la mystification et l’irrévérence, comme dans son Golliwog’s Cakewalk ou son Hommage à S. Pickwick Esq. P.P.M.P.C. Dans ses chroniques journalistiques, le compositeur n’hésite pas à déboulonner les gloires les mieux établies, affirmant sans ciller qu’il vaut mieux contempler le coucher de soleil que d’écouter la Symphonie Pastorale de Beethoven. Son alter ego, Monsieur Croche, tient des propos paradoxaux pour un critique musical, valorisant les phénomènes naturels plus que la musique, et élevant la contemplation silencieuse de l’art au-dessus de toute prétention à en disséquer l’effet : « [Devant le coucher du soleil,] vous vous sentez trop chétif et vous ne pouvez pas y incorporer votre âme. Mais, devant une soidisant oeuvre d’art, vous vous rattrapez, vous avez un jargon classique qui vous permet d’en parler d’abondance ». Dans tout cela, il y a de la pose et un goût certain de la provocation. Mais aussi, des considérations longuement mûries sur la nature de l’art, où l’on décèle l’influence de plusieurs auteurs, en particulier celle des écrivains symbolistes (Baudelaire, Mallarmé, Maeterlinck, etc.). Cette conférence propose un survol de la pensée esthétique exposée dans la correspondance et les écrits journalistiques de Debussy : j’en dégagerai les thématiques, tracerai leur développement, et examinerai les rapports qu’elles entretiennent avec l’évolution stylistique de l’oeuvre du compositeur et des événements marquants de la vie musicale contemporaine.

Biographie

François de Médicisest professeur à l’Université de Montréal. Ses publications et communications touchent une variété de sujets, qui englobent les opéras de Mozart, la musique instrumentale de Brahms, et la musique française et russe du premier tiers du XXe siècle (Debussy, Milhaud, Scriabine et Stravinsky). Il a présenté des communications scientifiques dans des colloques nationaux et internationaux tant en Europe qu’en Amérique du Nord. Rédacteur francophone de la revue musicologique Intersections (2006-2009), il a co-dirigé avec Sylvain Caron et Michel Duchesneau un ouvrage consacré à la musique moderne en France (1900-1945) aux Presses de l’Université de Montréal. Ses articles ont paru dans les pages d’Acta Musicologica, Music & Letters (prix Opus du CQM pour l’article de l’année en 2005-2006), la Revue de musique des universités canadiennes, les Cahiers de la SQRM, et l’Enciclopedia della musica de l’éditeur Einaudi (en traduction française chez Actes Sud), ainsi que dans des collections d’articles publiés par les Presses de l’Université de Montréal, l’Harmattan, et la Sorbonne.

Les réservations doivent être faites auprès d'André Ghibély (819-563-4915, aghibely@videotron.ca), responsable des activités sociales et culturelles, AVANT lundi le 7 décembre en indiquant le nombre de personnes qui prendront le dîner.

Conjoints et amis des membres sont invités.

Il s'agit d'une activité conjointe avec l'ARPUS dont les membres sont cordialement invités avec leurs conjoints et conjointes, amis et amies.

Mercredi le 18 novembre 2009 à l'hôtel Le Président, 3535, King Ouest, Sherbrooke

Dîner-causerie de Vincent Échavé de la Faculté de Médecine :

Un monde à la dérive - regard humanitaire

06-11-2009 au 19-11-2009

Le Docteur Vincent Échavé est chirurgien au Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS) et professeur à la Faculté de médecine et des sciences de la santé depuis 1979.

Sa carrière exemplaire illustre les idéaux les plus élevés de la médecine canadienne . Il se démarque comme celui qui délaisse régulièrement le confort d’un hôpital universitaire moderne pour aller travailler auprès de populations en crise à travers le monde. Passionné de chirurgie, réputé pour son habileté à résoudre des cas complexes et difficiles, le Dr Echavé poursuit avec conviction et dévouement une vocation humanitaire par de nombreuses missions chirurgicales avec l’organisme Médecins sans Frontières.

Dans la cour des grands

Il reçoit en août 2008 le Prix F.N.G.-Starr. Cette médaille a été décrite comme la «Croix de Victoria de la médecine canadienne». Décernée pour la première fois en 1936 à Sir Frederick Banting, au Dr Charles Best et au Dr James Collip, cette médaille constitue le prix le plus prestigieux que l'Association médicale canadienne puisse décerner à l’un de ses membres pour souligner une réalisation exceptionnelle.

Plusieurs autres sommités du monde médical, dont la Dre Lucille Teasdale et le Dr Armand Frappier, ont également reçu ces honneurs. Dr Échavé joint ainsi les grands de la médecine au Canada.

« Recevoir ce prix est un grand honneur pour moi. Je l’accepte au nom des personnes pour lesquelles j’ai toujours travaillé : les plus démunis qui souffrent dans le monde, particulièrement les victimes de guerre,

de famine ou de catastrophe naturelle », s’est exprimé avec émotion le Dr Vincent Échavé.

Une formation qui guidera sa vie

D’origine Basque et né à La Havane, le Dr Echavé est marqué dans son adolescence par le soulèvement politique provoqué par la révolution cubaine. Quelques années plus tard, il s’exile aux États-Unis. Au début de la vingtaine, il se rend étudier la médecine à l’Université de Madrid en Espagne où il décroche son diplôme en 1965. Il se spécialise en chirurgie générale et thoracique en Suisse. Il immigre au Canada en 1969 et s’établit au Québec.

Il fait son internat rotatoire à la Faculté de médecine de l’Université de Sherbrooke et sa résidence en chirurgie générale à l’Université McGill et à l’Université de Miami (Floride). Il reçoit une maîtrise en chirurgie expérimentale à l’Université Mc Gill en 1975. En 1976, il obtient sa citoyenneté canadienne. Il fait un fellow en chirurgie vasculaire en 1978 à l’hôpital Mount Sinai de New York et en chirurgie de l’oesophage à Munich, en Allemagne, en 1985.

De professeur à chirurgien et chercheur

En 1979, il entre à la Faculté de médecine de l’Université de Sherbrooke (UdeS) comme professeur de chirurgie et amorce, en même temps, sa pratique de chirurgien au CHUS. Il est alors directeur du programme de formation postdoctoral en chirurgie jusqu’à 2001. Il dirige le Service facultaire de chirurgie générale de 1997 à 2002. Durant ce mandat, il fonde et gère le tronc commun de chirurgie et le

laboratoire d’anatomie à la FMSS de l’UdeS. Comme enseignant, il est également fier d’inculquer dans la pratique des étudiants une dimension humanitaire.

Pour ce chirurgien généraliste, vasculaire et thoracique du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke, la médecine signifie d’abord soigner un patient en opérant un corps, tout en incluant les soins de l’âme du patient. Il est reconnu pour son aptitude à résoudre les cas complexes ou ardus. Il appartient à la génération des médecins qui ont appris à composer avec des ressources limitées, en utilisant leur sens clinique et leur créativité.

Ses champs d’intérêt en recherche fondamentale comprennent la régénération pancréatique, les prothèses vasculaires et la physiologie bronchique.

L’entraide humanitaire : sa passion

Son travail humanitaire l’amène à s’intéresser à la chirurgie en contexte de guerre et aux défis particuliers que soulève l’aide médicale aux victimes traumatisées par la guerre. Outre son enseignement au Québec, il s’est également impliqué dans des missions éducatives en Afrique, en Asie du Sud-Est et en Amérique latine. Il a participé à une mission chirurgicale de l’Université de Sherbrooke en République démocratique du Congo. Il s’est aussi rendu au Mali, en décembre 2007, avec le Réseau canadien de chirurgie internationale pour enseigner les techniques chirurgicales à l’Université de Bamako.

Le Dr Echavé s’est d’abord engagé dans Médecins sans Frontières en 1990, ce qui l’a amené à utiliser ses compétences chirurgicales dans quelques-unes des régions les plus pauvres du monde et dans les conditions les plus horribles. Ces missions médicales l’ont conduit dans des endroits que la plupart d’entre nous ne connaissent que par les bulletins d’information faisant état des conflits, des sinistres et de la souffrance humaine : Rwanda, Burundi, Éthiopie, Haïti, Bangladesh, Kosovo, Sierra Leone, Sri Lanka, Colombie, République démocratique du Congo, Côte d’Ivoire, Tchad et Darfour pour ne nommer que ceux-là. Il a aussi siégé au Conseil d’administration canadien de Médecins sans Frontières.

Lors de conférences et de réunions internationales, il n’hésite jamais à promouvoir les objectifs de l’organisme qui sont de sensibiliser davantage les gens au manque de médicaments et de soins médicaux dont souffre la plus grande partie de la population du monde, à la souffrance et à la détresse des hommes, femmes et enfants à la merci de conflits insensés, aux problèmes associés à la mondialisation et au partage inégal de la richesse et des ressources. Le travail désintéressé du Dr Echavé et de centaines de médecins et intervenants médicaux comme lui a valu à Médecins sans Frontière le prix Nobel de la paix en 1999.

« Son esprit de générosité et sa compassion sont une source d’inspiration pour tous les médecins », a affirmé le président de l’AMC, le Dr Brian Day. « Son oeuvre phénoménale auprès des plus démunis, sa conviction que tout être humain, quelle que soit sa condition, mérite les meilleurs soins, son acharnement à brancher les projecteurs sur les injustices et les inégalités sociales, font de ce grand humaniste un modèle à suivre pour toute une génération de futurs médecins. »

Les reconnaissances fusent de toute part

Son talent, sa passion et ses contributions internationales à la pratique humaine de la médecine lui ont mérité de nombreux prix. En 1999, le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada souligne son travail de formation médicale et de services communautaires et, deux ans plus tard, Médecins sans Frontières souligne sa contribution humanitaire. En 2001, l’Association médicale du Québec reconnaît son travail remarquable en lui décernant son Prix Prestige. Il a également reçu la mention d’honneur de la Fondation du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke et du Régiment des Fusiliers de Sherbrooke; en 2002, il reçoit le prix «Bâtisseur du Québec» de la Confédération des syndicats nationaux; en 2003, il reçoit le Prix d’excellence du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke dans la catégorie CMDP et, en 2005, le certificat de mérite de l’Association canadienne pour l’éducation médicale.

En 2007, le Collège des médecins du Québec lui décerne son Grand Prix en reconnaissance de son talent, sa passion et sa contribution à la pratique humaine de la médecine. Un quotidien de Montréal, le journal La Presse, a également souligné son travail en le nommant personnalité de la semaine (5 août 2007).

Il a récemment été invité à présider un groupe de travail du gouvernement provincial qui veille à favoriser l’intégration des médecins diplômés de facultés de médecine étrangères désirant exercer la médecine au Québec.

« Mon engagement avec Médecins sans frontières me permet de réaliser mon rêve d’apporter mon aide là où les populations ont le plus besoin et ainsi mettre la personne humaine au-dessus de tout autre considération. J’ai embrassé la dimension internationale de notre profession pour vivre la médecine comme un désir d’humanité. Mon plus grand souhait est qu’on puisse conserver cette volonté de ne pas tolérer l’inhumain, de refuser la banalisation de l’injustice dans un monde placé sous le signe de la violence », conclut le Dr Échavé.

Cette année, le Dr Vincent Echavé deviendra le 43e récipiendaire du prix F.N.G.-Starr au cours d'une cérémonie spéciale qui se déroulera au Centre Sheraton à Montréal (QC) dans le cadre de la 141ième Assemblée annuelle de l’Association médicale canadienne.

Note: La conférence sera suivi d'un dîner avec service aux tables dont le coût est de 18,00$ par personne incluant taxes et services.

Comme l'hôtel Le Président envoie la facture globale à l'APPRUS, nous vous demandons de payer le matin même en argent comptant ou par chèque libellé à l'APPRUS, au membre du CA qui sera désigné à cet effet. Le montant exact serait apprécié (nous ne sommes pas équipés pour accepter les cartes de débit ou de crédit).

Les réservations doivent être faites auprès d'André Ghibély (819-563-4915, aghibely@videotron.ca), responsable des activités sociales et culturelles, AVANT lundi le 16 novembre en indiquant le nombre de personnes qui prendront le dîner.

Conjoints et amis des membres sont invités.

Il s'agit d'une activité conjointe avec l'ARPUS dont les membres sont cordialement invités avec leurs conjoints et conjointes, amis et amies.

Toutefois l'inscription pour les membres de l'ARPUS se fera avec M. Marcellin Croteau.

Le jeudi 5 novembre, à 17 h, l’Association générale des étudiantes et étudiants aînés de l’Université de Sherbrooke présente à l’Agora du Carrefour de l’information

Michel Cyr et sa causerie intitulée

LE DÉFI DE L’EAU : ILLUSION? EXAGÉRATION? ACTIONS!

19-10-2009 au 06-11-2009

Michel Cyr, ingénieur-administrateur de formation, abordera en premier lieu « Le long voyage de l’eau à Sherbrooke ». Ce sujet touche, entre autres, l’eau potable distribuée aux 150 000 citoyens de Sherbrooke, depuis son prélèvement au lac Memphrémagog, son traitement à l’usine J.-M.-Jeanson, sa distribution via 850 kilomètres de conduites d’aqueduc, une dizaine de réservoirs d’eau potable et une vingtaine de postes de pompage.

Suivra la thématique du « Retour à la rivière ». Il s’agit essentiellement du traitement des eaux usées captées via les conduites d’égouts sanitaires de la Ville de Sherbrooke.

Michel Cyr exposera ensuite le thème épineux et délicat de « L’internationalité de l’eau ». La race humaine devra réfléchir très prochainement sur ce thème puisque les pays de notre planète bleue possèdent entre eux des frontières qui ne tiennent presque jamais compte des cours d’eau ou de leurs réseaux hydrographiques. Une question se posera : l’eau doit-elle être considérée comme une ressource supranationale tout comme l’air l’a toujours été?

Enfin, le conférencier partagera avec son auditoire ses connaissances et ses opinions sur « L’avenir de l’eau ». Seront abordées les illusions des uns, les exagérations de certains et les actions nécessaires pour bien distribuer l’eau, afin de donner une chance égale à tous d’obtenir un accès crucial à l’eau potable.

UNE CAUSERIE PERCUTANTE AU COEUR DE L’EAU, SOURCE DE VIE!

QUELQUES NOTES BIOGRAPHIQUES

Double diplômé de l’Université de Sherbrooke, baccalauréat en génie civil, option environnement et maîtrise en administration des affaires, Michel Cyr gère depuis 2007 une équipe d’environ 90 employés à la Division de la gestion des eaux de la Ville de Sherbrooke. De 1999 à 2007, il a été chef de la Division de l’environnement. Pendant cette période, il a été trésorier et gestionnaire de la Régie du centre de tri de la région sherbrookoise et participant majeur à la mise en oeuvre du Plan directeur de gestion intégrée des matières résiduelles. Depuis plus de 30 ans, Michel Cyr se veut un acteur incontournable dans le domaine environnemental à Sherbrooke.

Entrée gratuite pour tous.

Source : Jean-René Tétreault, coordonnateur des jeudis-causeries de l'AGÉÉAUS

Le jeudi 15 octobre, à 17 h, l’Association générale des étudiantes et étudiants aînés de l’Université de Sherbrooke (AGÉÉAUS) présente à l’Agora du Carrefour de l’information

Sami Aoun et sa causerie

LE GRAND MOYEN-ORIENT : INCERTITUDES ET ESPOIRS

09-10-2009 au 16-10-2009

MOYEN-ORIENT : TERRE DE RIVALITÉS ET DE CONFLITS

Rivalités régionales, montée des groupuscules tels le Hamas et les Talibans, souvent plus populaires que les régimes en place. Et, d’ajouter Sami Aoun, « l’émergence de l’Iran chiite et persan qui veut parler au nom de l’Islam, la cause palestinienne, la guerre en Afghanistan, la guerre civile au Yémen et l’Irak ». Que dire aussi du rôle de la Syrie, de la situation très complexe au Liban et de la Turquie ouverte sur l’Europe.

Avec cette nouvelle causerie, Sami Aoun jette un regard critique se situant dans la lignée de son enseignement. Selon lui, le grand Moyen-Orient reste, à moyen terme du moins, un passage obligé des grandes puissances engagées dans des luttes pour un droit de regard sur ses ressources. Les beaux discours sur la paix et la démocratie dissipent mal le spectre des conflits et des turbulences .

QUELQUES NOTES BIOGRAPHIQUES

Politologue et spécialiste reconnu du Moyen-Orient, Sami Aoun est, entre autres, professeur titulaire à l’école de politique appliquée de l’Université de Sherbrooke, chercheur sur les affaires du Moyen-Orient à la chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques de l’UQAM. Son point de vue est régulièrement sollicité dans les médias québécois et canadiens. Il vient de publier Après le choc : Moyen-Orient : incertitudes, violences et espoirs aux Éditions de l’Université de Sherbrooke.

Entrée gratuite pour tous.

Mercredi le 21 octobre à 10h30 au Restaurant OYADA (1070, 12e et 13e avenue Nord à Sherbrooke)

Dîner-causerie de Pascal Cyr :

Napoléon 1er: Les Cents Jours

09-10-2009 au 22-10-2009

Introduction de présentation du conférencier

Pascal Cyr détient un doctorat en histoire de l’Université de Montréal ainsi qu’une maîtrise de l’Université de Sherbrooke. Ayant effectué une thèse sur les Cent Jours, son champ de spécialisation se concentre sur la Révolution française et la période napoléonienne. Professeur ressource à l’UTA, M. Cyr a notamment enseigné à l’antenne et Magog ainsi qu’à l’Université de Sherbrooke. Ayant donné le cours de Bonaparte à Napoléon à la session d’hiver, il donne en ce moment le cours Histoire de la Seconde guerre mondiale.

Introduction de la conférence

Lorsque Napoléon revient de l’île d’Elbe afin de reprendre le pouvoir, il sait que les coalisés vont lui déclarer la guerre à Nouveau. Mais contrairement à ce que la majorité des historiens ont écrit, la principale difficulté ne réside pas dans la conclusion des opérations militaires, mais bien à l’intérieur de la France où de sourdes oppositions minent son pouvoir. Ainsi, Napoléon devra composer avec l’opposition des fonctionnaires, des royalistes, des libéraux et des financiers qui entraînent de graves problèmes d’argent. La campagne qui mènera à la défaite de Waterloo a été entreprise pour réduire au silence ses opposants, car seule la victoire peut lui amener le soutien de toutes ces tendances. Et comme l’explique si bien François Furet, c’est sur la gloire qu’il apporte que repose la confiance du pays à son endroit :

Condamné non seulement à ne pas faire la paix, mais à ne jamais perdre une bataille importante, il remet sans cesse sur le tapis de l’histoire une mise qui ne cesse aussi de grossir.

Il s'agit aussi d'une expérience culinaire cambodgienne et thailandaise à ne pas manquer. Les convives seront invités à faire un choix de menu en arrivant afin de permettre aux cuisiniers d'être prêts à servir dès la fin de la conférence. Le menu du midi du restaurant OYADA peut être consulté à l'adresse suivante http://www.restaurantoyada.com/midi.html

Note: Pour vous inscrire à cette activité, veuillez communiquer avec André Ghibély (819-563-4915, aghibely@videotron.ca), responsable des activités sociales et culturelles, avant lundi le 19 octobre.

Prière d'indiquer le nombre de personnes qui prendront le dîner.

L'APPRUS s'est jointe au regroupement de toutes les associations et syndicats de professeurs de l'Université de Sherbrooke et de Bishop's University qui s'opposent au projet de loi 38 sur la gouvernance des universités.

Texte du mémoire présenté à la Commission de l’éducation de

l’Assemblée nationale

22-09-2009 au 20-10-2009

Consultation générale sur le projet de loi n° 38, Loi modifiant la Loi sur les établissements d’enseignement de niveau universitaire et la Loi sur l’Université du Québec en matière de gouvernance

Préserver des universités libres, démocratiques et responsables

L’avis des professeures et professeurs de carrière de l’Université de Sherbrooke et de Bishop’s University

Mémoire présenté à la Commission de l’éducation de l’Assemblée nationale

Le 12 août 2009

Résumé

Les professeures et professeurs de carrière de l’Université de Sherbrooke et de Bishop’s University, représentés par la totalité de leurs associations et syndicats, demandent le retrait du projet de loi n°38. Les dispositions de ce projet de loi portant sur la composition des conseils d’administration des universités, sur leurs rôles et sur les exigences en matière de reddition de compte vont à l’encontre de ce qui caractérise une institution universitaire digne de ce nom, fondée sur des valeurs et des usages qui préservent la liberté académique et favorisent la poursuite des missions de formation, de recherche et de service à la collectivité. L’approche managériale préconisée par le projet de loi n°38 est mal adaptée à la mission de l’université, une mission complexe qui doit s’inscrire dans le long terme.

Institutions largement financées par des fonds publics, les universités doivent utiliser de façon optimale et responsable les ressources qui leur sont attribuées. Les administrations des établissements universitaires doivent cependant pouvoir compter sur des ressources adéquates pour éviter de recourir à des pratiques et des expédients qui les exposent à la critique. Le projet de loi n°38 n’offre aucune solution au problème fondamental du sous-financement du réseau universitaire.

Les professeures et professeurs demandent plutôt la tenue d’États généraux sur l’université québécoise, où les scénarios sur l’avenir des universités, le rôle des universités, leur mode de fonctionnement et les conditions nécessaires à la réalisation de leur mission feront l’objet d’un débat démocratique, large et ouvert. En toute logique, le type de gouvernance approprié doit découler de la réflexion et non la précéder. Il faut connaître la fin que nous poursuivons avant de choisir le moyen qu’est la gouvernance.

Qui sommes-nous?

Ce mémoire est présenté par l’ensemble des associations et syndicats de professeures et professeurs de carrière, actifs et retraités, de l’Université de Sherbrooke et de Bishop’s University, qui se sont regroupés pour présenter une position commune au sujet du projet de loi sur la gouvernance universitaire.

Ensemble, ces associations et syndicats représentent plus de 1200 professeures et professeurs de carrière. Sont membres de cette coalition les associations et syndicats suivants :

- Association des ingénieurs professeurs des sciences appliquées (AIPSA)

- Association des professeures et professeurs retraités de l’Université de

Sherbrooke (APPRUS)

- Association des professeures et professeurs de la Faculté de médecine

de l’Université de Sherbrooke (APPFMUS)

- Association of professors of Bishop’s University (APBU)

- Syndicat des professeures et professeurs de l’Université de Sherbrooke (SPPUS)

Accès à la version intégrale du mémoire : http://www.usherbrooke.ca/sppus/2009-08-12-PL38-MemoireSppus.pdf

Mercredi, 16 septembre 2009

Assemblée générale de l'APPRUS :

convocation et ordre du jour

13-08-2009 au 17-09-2009

L’Assemblée générale de "l’Association des professeures et des professeurs retraités de l’Université de Sherbrooke" (APPRUS) se tiendra mercredi, le 16 septembre 2009, à partir de 09 h 30, au Bistro-Bar, Pavillon J.-A. De Sève, au Centre d'Arts Orford, 3165 chemin du Parc, à Orford. D'ici quelques jours, les documents relatifs à la tenue de cette assemblée seront envoyés par la poste à tous les membres de l'APPRUS.

Voici le projet d’ordre du jour de l'assemblée:

Ordre du jour

1. Choix d'une présidente ou d'un président de l'Assemblée

2. Choix d'une secrétaire ou d'un secrétaire de l'Assemblée

3. Adoption de l'ordre du jour

4. Adoption du rapport de l'Assemblée générale du 17 septembre 2008

5. Rapport du président sur les activités générales de l’Association, les activités socioculturelles et le site WEB de l'APPRUS, 2008-2009 (Bernard Courteau)

6. Rapport du trésorier, 2008-2009 (Jacques Malouin)

7. Rapport des vérificateurs sur les états financiers de l’APPRUS, 2008-2009 (Bernard Béland et Sylvio Richard)

8. Ratification des actes posés par l’officière et les officiers de l'APPRUS

9. Nomination de 2 vérificateurs ou vérificatrices pour 2009-2010

10. Informations:

- Calendrier d’activités socioculturelles pour 2009-2010

- (…)

11. Divers : Les membres sont invités à présenter leurs messages, projets, services, suggestions, etc.12. Élection des membres du Conseil d'administration de l'APPRUS (2009-2010) (*)

a. nomination d'une présidente ou d'un président d'élection

b. nomination d'une secrétaire ou d'un secrétaire d'élection

13. Levée de l’assemblée

Les conjointes et les conjoints des membres sont invités à l'Assemblée générale. Les membres qui le désirent, leurs conjointes et conjoints, pourront prendre le dîner au Centre d'Arts Orford après la réunion. L'apéro sera offert par le C.A. de votre Association.

Prière d'annoncer le nombre de présences auprès du vice-président André Ghibély, (819-563-4915 ou

aghibely@videotron.caaghibely@videotron.ca) avant le 11 septembre afin de permettre l'organisation de cette rencontre.

Gérard Poulin,

Secrétaire de l'APPRUS

(*) Les membres élus au C. A. se réuniront pour constituer le Comité exécutif (2009-2010)