Les impacts socioéconomiques des relations entre les plantes, les humains et les microorganismes.

Conférence présentée par Mme Carole Beaulieu le mercredi 15mai 2019

"Les impacts socioéconomiques des relations entre les plantes,les humains et les microorganismes"

Présentation en powerpoint

Galerie de photos

Madame la professeure Carole Beaulieu nous entretiendra d’un sujet qui nous concerne tous.  En effet, dans notre vie quotidienne, nous sommes tous confrontés aux maladies végétales  ne serait-ce qu’en tant que consommateurs de fruits et de légumes, de passionnés de plantes d’intérieur, de jardiniers amateurs ou d’amants de la forêt. Nous doutons-nous cependant que les relations entre les êtres humains, les végétaux et les microorganismes ont eu et ont toujours des répercussions sociales, économiques, politiques et scientifiques importantes ? Que ce soit à la suite de catastrophes (grandes famines, guerres biochimiques, éradication d’espèces végétales), d’applications que l’on fait des microorganismes phytopathogènes (médicaments contre la maladie de Parkinson, transgénèse), de courants sociaux (bulles spéculatives, révolution verte, agriculture biologique) ou de découvertes scientifiques inédites (virus et viroïdes), la relation tripartite plantes-humains-microorganismes a transformé le cours de l’histoire et apporte des éléments de réflexion sur la société que nous construisons.

Madame Beaulieu possède un doctorat en biologie végétale obtenu en 1987 à l’Université Laval. Professeure au Département de biologie de la Faculté des sciences de l’Université de Sherbrooke depuis 1990, elle a assumé différentes fonctions au sein de notre Université, dont celle de présidente du Syndicat des professeurs et professeures (SPPUS) durant 7 ans.

Le 14 mai 2018, Madame Beaulieu est nommée doyenne de la Faculté des sciences devenant ainsi la première femme à la tête de l'équipe de direction facultaire, et ce, depuis la création de la Faculté en 1954.

De 2001 à 2003, Madame Beaulieu a été codirectrice du Regroupement pour la recherche en productivité végétale (RRPV), un regroupement de 44 chercheurs des universités McGill, Sherbrooke et Laval, subventionné par Valorisation Recherche Québec.  Elle dirige depuis 2004 l’équipe du Centre Sève, qui a reçu le prix Grande distinction en enseignement universitaire — volet équipe de l’Université de Sherbrooke en 2018. Madame Beaulieu a dirigé plus de 60 étudiantes et étudiants aux cycles supérieurs.

Les travaux de la professeure Beaulieu se situent dans les champs de la phytopathologie et du contrôle biologique d’agents pathogènes. Ils visent à comprendre les mécanismes de virulence de ces agents, tandis que d’autres agissent au contraire comme agents de lutte biologique et protègent les cultures végétales.  Une meilleure connaissance de la biologie de ces différents agents permettra d'entreprendre des programmes adaptés de lutte contre la maladie et d’élucider les mécanismes associés à la protection des plantes