Une diversité de talents et d’enjeux pour de nouvelles chaires de recherche du Canada à l’Université de Sherbrooke

Un point de presse a eu lieu le 14 juillet pour l'annonce des chaires de recherche du Canada. Sur la photo, la députée fédérale Élisabeth Brière; le recteur de l'UdeS, le professeur Pierre Cossette; et la professeure Inès Esma Achouri, titulaire d'une des 4 chaires annoncées.
Un point de presse a eu lieu le 14 juillet pour l'annonce des chaires de recherche du Canada. Sur la photo, la députée fédérale Élisabeth Brière; le recteur de l'UdeS, le professeur Pierre Cossette; et la professeure Inès Esma Achouri, titulaire d'une des 4 chaires annoncées.


Photo : UdeS

Trois chercheuses et un chercheur de l’Université de Sherbrooke pourront déployer de vastes projets en efficacité énergétique, en vieillissement actif, en radiothérapie et en génétique en réponse à des enjeux sociaux majeurs. De nouvelles chaires sont en effet attribuées aux professeures Inès Esma Achouri et Ruth Ndjaboue Njike ainsi qu’au professeur Ayman Oweida, tandis que la chaire de la professeure Aïda Ouangraoua est renouvelée.

« La riche diversité des titulaires de ces chaires ouvrira de nouvelles perspectives sur les préoccupations sociales étudiées, mentionne avec fierté le vice-recteur à la recherche et aux études supérieures, le professeur Jean-Pierre Perreault. Cela s’inscrit parfaitement dans les efforts d’équité, diversité et inclusion de nos activités de recherche ainsi que dans nos thèmes fédérateurs Changements climatiques et environnement, Vieillissement de la population et Santé, qui guident nos stratégies de développement de la recherche. »

Le professeur Pierre Cossette, recteur de l'UdeS
Le professeur Pierre Cossette, recteur de l'UdeS

Photo : UdeS

«L’attribution de ces chaires de recherche du Canada à l’UdeS est fondée sur l’excellence et la pertinence évidente des travaux des chercheuses et chercheurs, explique le recteur, le professeur Pierre Cossette. Elle vise aussi une juste représentativité des effectifs de recherche parmi les groupes désignés. Ces titulaires de chaires contribuent au rayonnement si important des femmes et des membres des minorités visibles en recherche. Pour nous, la diversité est source d’excellence et d’innovation. Notre communauté est engagée à offrir un environnement inclusif, et l’Université de Sherbrooke continue plus que jamais d’être une contributrice essentielle à la société. Nous sommes fiers de pouvoir consolider notre position parmi les plus grandes universités de recherche au Canada, tant sur le plan de la recherche appliquée qu’en matière de recherche fondamentale. »

Lors du point de presse, la députée Élisabeth Brière a fait le point sur les récents succès de l’Université de Sherbrooke en recherche.
Lors du point de presse, la députée Élisabeth Brière a fait le point sur les récents succès de l’Université de Sherbrooke en recherche.
Photo : UdeS

Pour ces chaires, l’UdeS reçoit un montant total de près de 4 M$ grâce à un financement accordé par le Programme des chaires de recherche du Canada (PCRC), la Fondation canadienne pour l’innovation (FCI) et le gouvernement du Québec. Les professeures Inès Esma Achouri et Ayman Oweida obtiendront également du financement pour leurs infrastructures de recherche dans le cadre du Fonds des leaders John-R.-Evans de la FCI.

Convertir les gaz à effets de serre en produits plus écologiques

Professeure Inès Esma Achouri
Professeure Inès Esma Achouri
Photo : UdeS

Nouvelle CRC en intensification des procédés pour catalyseurs avancés et énergie durable | Professeure Inès Esma Achouri | Département de génie chimique et de génie biotechnologique, Faculté de génie

Cette chaire s’inscrit dans le cadre des efforts mondiaux déployés pour la valorisation et la réduction de l’empreinte carbonique. L’objectif de la chaire est d’intensifier les procédés de conversion catalytiques par des techniques à haute efficacité énergétique. Les besoins croissants en énergie de notre société entraînent une hausse des gaz à effet de serre (GES) au-delà des limites du développement durable. De nombreuses recherches sont consacrées au captage des GES et à leur conversion en produits à valeur ajoutée, mais la plupart des technologies de conversion manquent d’efficacité énergétique et ne sont pas aussi performantes que souhaité, ce qui ralentit leur commercialisation. Selon une approche multidisciplinaire, la professeure Achouri et son équipe concevront des catalyseurs multifonctionnels à partir de déchets et de matériaux de source durable, et testeront leur utilisation dans des réacteurs hybrides destinés à produire des vecteurs d’énergie durable. De plus, ce programme visera l’élaboration de techniques innovantes utilisant des énergies alternatives pour la production de vecteurs énergétiques et de carburants synthétiques durables. Cette chaire contribue aux initiatives canadiennes et mondiales de transition énergétique en fournissant des approches innovantes et facilement adaptables, pour convertir efficacement les GES en produits chimiques plus sûrs et plus écologiques.

Favoriser l’inclusion des personnes vieillissantes en fonction de leurs valeurs

Professeure Ruth Ndjaboue Njike
Professeure Ruth Ndjaboue Njike
Photo : Michel Caron - UdeS

Nouvelle CRC en inclusivité et vieillissement actif | Professeure Ruth Ndjaboue Njike | École de travail social, Faculté des lettres et sciences humaines

Les travaux de cette Chaire de Recherche du Canada viseront à comprendre et à faire comprendre les relations complexes qui existent entre les principaux facteurs associés au vieillissement actif, en particulier les facteurs psychosociaux et les facteurs de santé. De plus, ces travaux seront réalisés de façon inclusive, c’est-à-dire en favorisant l’inclusion des personnes aînées dans la recherche et dans la formation, d’une façon qui respecte, reflète et promeut ce qui compte pour celles-ci. Une telle approche permettra de tenir compte des personnes aînées qui pourraient autrement être exclues ou marginalisées, en particulier les personnes issues des groupes minoritaires ou vivant dans la pauvreté. En plus de concourir à une meilleure compréhension du vieillissement actif, les recherches contribueront à faciliter le transfert et l’utilisation optimale des connaissances sur le vieillissement actif à l’aide d’outils qui s’adaptent aux divers besoins, défis et priorités des aînées et aînés en situation vulnérable.

Améliorer la réponse du cancer à la radiothérapie

Professeur Ayman Oweida
Professeur Ayman Oweida
Photo : Michel Caron - UdeS

Nouvelle CRC sur l’immunité antitumorale en radiothérapie | Professeur Ayman Oweida | Département de médecine nucléaire et radiobiologie, Faculté de médecine et des sciences de la santé

Cette chaire vise à découvrir de nouvelles cibles thérapeutiques qui amélioreront la réponse du cancer aux radiations. En se penchant précisément sur le carcinome épidermoïde de la tête et du cou, la forme de cancer la plus fréquente dans cette région du corps, le professeur Oweida et son équipe exploreront de nouvelles immunothérapies pouvant être combinées à la radiothérapie. Pour ce faire, ils tenteront de mieux comprendre, d’une part, comment la radiothérapie déclenche une réponse immunitaire dans la tumeur, et d’autre part, quels sont les facteurs qui diminuent la réponse à la radiothérapie. En utilisant la radiothérapie de pointe guidée par l’image ainsi que des techniques uniques, ils développeront également une approche d’imagerie pouvant identifier les tumeurs susceptibles d’être ciblées par un traitement combiné de radiothérapie et d’immunothérapie. Le savoir qui sera généré dans le cadre de ces travaux mènera à l’élaboration d’une thérapie combinatoire intégrant radiothérapie et immunothérapie. Les résultats issus de cette chaire seront déterminants pour le lancement d’essais cliniques visant à améliorer les options thérapeutiques actuelles.

Découvrir les secrets complexes de notre ADN

Professeure Aïda Ouangraoua
Professeure Aïda Ouangraoua
Photo : Michel Caron - UdeS

Renouvellement CRC en complexité biologique et informatique | Professeure Aïda Ouangraoua | Département d’informatique, Faculté des sciences

La chaire de la professeure Ouangraoua se penche, depuis 2015, sur les mécanismes qui orientent l’évolution et la variabilité des espèces et des individus, d’un point de vue génétique. Poursuivant ses objectifs de reconstruire l’évolution des structures d’épissage des gènes, de reconstruire l’évolution des gènes et des génomes mutuellement, et de prédire les structures secondaires des ARN et reconstruire leur évolution, elle fait la lumière sur les mécanismes biologiques impliqués dans l’évolution et le contrôle de l’expression des gènes. Les outils développés permettent de visualiser, littéralement, l’évolution de l’architecture des séquences biologiques et le rôle des facteurs impliqués dans la modification de l’architecture et des dysfonctionnements dans nos gènes. Grâce à ces recherches novatrices, la professeure Ouangraoua et son équipe développent des modèles et des méthodes informatiques capables de comparer les génomes et d’étudier l’évolution des composants du génome. Les travaux de cette équipe multidisciplinaire, dont l’expertise se situe au croisement de l’informatique, des mathématiques et de la biologie, pourraient notamment conduire à de nouvelles cibles thérapeutiques pour traiter des maladies génétiques.