Collaboration entre cinq universités et le ministère de l’Enseignement supérieur

Lancement officiel de l’Observatoire de la formation professionnelle du Québec

La professeure Chantale Beaucher est directrice de l'Observatoire de la formation professionnelle du Québec.
La professeure Chantale Beaucher est directrice de l'Observatoire de la formation professionnelle du Québec.
Photo : Fournie

Le milieu québécois de l’enseignement professionnel peut désormais compter sur un regroupement de chercheurs et d’acteurs d’un genre unique pour contribuer à son développement : l’Observatoire de la formation professionnelle du Québec.

Financé par le ministère de l’Enseignement supérieur à hauteur de 864 000 $ et lancé officiellement le 10 décembre dernier, l’Observatoire est né de la mobilisation de professeures et professeurs de cinq universités* offrant le baccalauréat en enseignement professionnel, dont l’Université de Sherbrooke, qui unissent leurs efforts autour du pari ambitieux de créer une communauté de la formation professionnelle au Québec. Ses objectifs : mettre fin au fractionnement et à la dissémination des connaissances afin d’augmenter la qualité de la formation et la réussite des personnes qui étudient en FP; soutenir les enseignantes et les enseignants en FP dans leur développement; et faire connaître l’importance de la formation professionnelle pour l’essor du Québec, passé, présent et futur.

La professeure Chantale Beaucher est cofondatrice et directrice de l'Observatoire de la formation professionnelle du Québec.
La professeure Chantale Beaucher est cofondatrice et directrice de l'Observatoire de la formation professionnelle du Québec.
Photo : Fournie

« Au Québec, l’univers de la formation professionnelle évolue un peu à part du reste du système scolaire, explique la professeure Chantale Beaucher, de l’UdeS, cofondatrice et directrice de l’Observatoire. Même si la formation initiale et continue permettent d’assurer la compétence des personnes qui enseignent, nous savons que de nombreux apprentissages sont faits à tâtons, par essais et erreurs. Pourtant, les connaissances et les compétences existent et sont tout près! Cette formule innovante, qui transcende l’habituelle concurrence entre les universités offrant la formation en FP, permettra à tous les acteurs du milieu de profiter de l’ensemble des outils et des expertises existantes. »

Un mode de collaboration hors norme

Les fondatrices et fondateurs de l’observatoire s’appuient sur un mode de collaboration ouvert entre les cinq universités partenaires du projet ainsi que les milieux d’enseignement. C’est la première fois qu’un tel regroupement prend forme dans le domaine de la FP au Québec.

« L’univers de la FP se caractérise par une immense variété de contextes d’enseignement, par une grande richesse de pratiques et par la complexité du développement professionnel des enseignants. La mission de l’Observatoire sera de favoriser la recherche et le partage des connaissances entre nos institutions, d’offrir un accès jamais vu à l’ensemble des ressources technopédagogiques et didactiques et de prendre la parole publiquement pour soutenir l’amélioration continue de la formation professionnelle », ajoute la professeure Beaucher.

Grâce à une meilleure connaissance des besoins des différents milieux, l’Observatoire viendra soutenir la réussite des étudiantes et des étudiants en FP ainsi que leur perfectionnement et leur persévérance. Son approche centrée sur des valeurs de collaboration, d’intégrité, d’ouverture et de pertinence mettra cette richesse en valeur et permettra de soutenir les personnes qui enseignent, à toutes les étapes de leur carrière.

« C’est une magnifique réalisation, se réjouit le professeur Serge Striganuk, doyen de la Faculté d’éducation de l’UdeS. Ça fait longtemps qu’on parle d’améliorer la formation professionnelle au Québec. Cette approche très convaincante, axée sur une collaboration qui fait fi des anciennes structures et carcans, sera porteuse de nombreux bénéfices tant pour les personnes qui enseignent en FP que pour celles qui viennent apprendre un métier à leurs côtés. De plus, cette équipe multi-institutionnelle a obtenu son financement à la suite d’un appel de projets du ministère de l’Enseignement supérieur, ce qui témoigne de la pertinence de sa démarche et du besoin auquel elle vient répondre. »

La professeure Beaucher conclut : « Le lancement officiel de l’Observatoire marque un grand jour pour la FP. Chaque année, au Québec, des mécaniciens, des fleuristes, des infirmiers auxiliaires – entre autres! – deviennent des enseignantes et des enseignants compétents, solides et pleins de ressources pour soutenir l’apprentissage de leurs élèves. L’Observatoire permettra de mutualiser les connaissances et les ressources pour optimiser leurs compétences. C’est un jalon important qui nous rend très fiers, et dont les bénéfices ne tarderont pas à se manifester. »

*Université de Sherbrooke, Université du Québec à Montréal, Université du Québec à Chicoutimi, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue et Université du Québec à Rimouski.